Accueil / Actus / Pro / LPGA Tour / AIG Women’s Open : Boutier, Delacour et Herbin à l’assaut de Muirfield

AIG Women’s Open : Boutier, Delacour et Herbin à l’assaut de Muirfield

Réfractaire jusqu’en 2017 aux membres féminins, le site écossais très privé de Gullane, hôte de 16 The Open entre 1892 et 2013, reçoit pour la première fois un AIG Women’s Open. Céline Boutier, Perrine Delacour et Céline Herbin sont les trois françaises engagées dans cette 22e édition en mode Majeur.   

Muirfield retrouve la lumière pour la première fois depuis The Open 2013 remporté par Phil Mickelson R&A
04-07
août
AIG WOMEN'S OPEN
LIEU : Muirfield, Écosse
CIRCUIT : LPGA Tour

Le tournoi

Créé en 1976, le Women’s British Open est devenu Majeur en 2001. Il fait depuis partie à la fois du calendrier du LPGA Tour et du Ladies European Tour (LET). Il est régulièrement positionné entre le 15 juillet et le 15 août mais l’édition 2012, organisée au Royal Liverpool, avait cependant été décalée du 13 au 16 septembre en raison des Jeux olympiques de Londres. Estampillé Ricoh Women’s British Open entre 2007 et 2018, le sponsor titre a changé depuis 2019 avec l’arrivée de AIG (un groupe d’assurance américain) devenant AIG Women’s Open à partir de 2020. Il se dispute sous cette appellation au moins jusqu’en 2025. Tournoi du Grand Chelem depuis plus de vingt ans, il se joue le plus souvent sur les mêmes parcours retenus par la rotation de The Open pour ces messieurs, tels le Royal Lytham & St Annes (2003, 06, 09, 18), le Royal Birkdale (2005, 10, 14), l’Old Course de St Andrews (2007, 13), Carnoustie Golf Links (2011, 21), le Royal Liverpool (2012), Turnberry (2015), le Royal Troon (2020). En 2023, on ira à Walton Heath (Surrey), là où se sont disputées entre 2005 et 2019 les qualifications européennes sur 36 trous de l’US Open masculin. St Andrews et le Royal Porthcawl recevront le British féminin en 2024 et 2025. 

La dotation

Passée à 4,5 millions de dollars en 2019, la dotation était la même jusqu’à l’an dernier où elle fut réévaluée à 5,8 millions de dollars. Pour 2022, elle connait une fois encore une sensible augmentation puisque qu’elle affichait jusqu'à l'avant-veille du tournoi 6,8 millions de dollars, un montant poussé ce mercredi à 7,3 millions ! La lauréate empochera un chèque de 1 095 000 dollars contre 870 000 en 2021. Après l’US Open (10 millions) et le KPMG PGA Championship (9 millions), le British est le troisième Majeur le mieux doté de la saison devant l’Amundi Evian Championship (6,5 millions) et le Chevron Championship (5 millions)

Le parcours

Long de 6 625 mètres, le par 71 de Muirfield (Ecosse) a été allongé de 193 mètres pour la venue de The Open en 2002 remporté par le Sud-Africain Ernie Els, vainqueur en play-off du Français Thomas Levet et des Australiens Stuart Appleby et Steve Elkington.   

Muirfield n’est plus persona non grata

Parcours de golf privé situé à Gullane (East Lothian) qui abrite l’Honorable Company of Edinburgh Golfers, Muirfield a reçu seize fois The Open entre 1892 et 2013. Mais sa politique d’ostracisme vis-à-vis des femmes a bien failli lui coûter sa place dans la rotation de l’Open britannique. Jusqu’en 2017, les femmes n’étaient ainsi pas autorisées à devenir membres du club. Sous la pression du R&A après un premier vote effectué en mai 2016 refusant l’adhésion des femmes en son sein, un second vote réalisé en mars 2017 acceptait enfin les femmes en tant que membres. Un résultat qui a replacé Muirfield dans le droit chemin avant d’accueillir cette semaine l’AIG Women’s Open. 

La fin de la jauge

En raison du Covid, toujours très virulent en 2021 dans les Iles britanniques, une jauge de 8 000 personnes par jour avait été instaurée à Carnoustie. Celle-ci a été depuis levée et le public pourra de nouveau venir en masse assister au British féminin à Muirfield. Rappelons que l’édition 2020 à Troon s’était déroulée à huis-clos alors que The Open 2020 avait été reporté à 2021. 

La tenante du titre

Agée de 35 ans, Anna Nordqvist prend le départ cette semaine de son 16e British. Depuis 2007, elle n’en a manqué aucun, ne ratant le cut qu’à deux reprises (2012 et 2018). Avant sa victoire à Carnoustie en 2021 grâce à quatre cartes de 71, 71, 65 et 69, la Suédoise n’avait jamais fait mieux qu’une 7e place (en 2011, 2015 et 2017). Neuf fois victorieuse sur le LPGA Tour, dont trois Majeurs (PGA Championship 2009, Evian Championship 2017 et donc British 2021), Nordqvist l’a emporté sur le Ladies European Tour (LET) cette année (au Big Green Egg Open) mais son meilleur résultat sur le Circuit US cette saison est une 6e place obtenue à l’US Open. Son seul et unique top 10 en 2022 en treize départs de ce côté-ci de l’Atlantique. 

Un champ toujours très relevé

144 joueuses sont en lice. A l’exception de la Sud-Coréenne Min jin Park et de l’Américaine Danielle Kang, respectivement 15e et 16e joueuse mondiale, aucune pensionnaire du top 20 n'est absente cette semaine en Ecosse. 2e en 2015, 3e en 2019, Jin Young Ko, la n°1 mondiale, avait préféré rester chez elle au Pays du matin calme lors des deux dernières éditions du British Open en raison de la pandémie liée au Covid-19. Elle vient de finir 4e à l’US Open et 9e à l’Amundi Evian Championship. Elle sera donc une fois encore une sérieuse candidate à la victoire. Tout comme l’Australienne Minjee Lee, n°2 mondiale, victorieuse du dernier US Open, les Américaines Nelly Korda (n°3), Lexi Thompson (n°7) et Jennifer Kupcho (n°11), et bien évidemment la demi-douzaine de Coréennes trustant les meilleures places mondiales telles Hyo Joo Kim (n°8), In Gee Chun (n°11) et Sei young Kim (n°12). Vainqueur avec une dernière carte de 62 (-10) dimanche dernier au Scottish Open, la Japonaise Ayaka Furue, rookie sur le LPGA Tour et 18e mondiale, est, elle aussi, à surveiller de près. Attention également à la Canadienne Brooke Henderson, n°5 mondiale, brillante lauréate à Evian il y a quinze jours, et à la Néo-Zélandaise Lydia Ko, n°4 mondiale, qui lors de ses six derniers départs a fini deux fois 5e, deux fois 4e et une fois 3e ! 

Les Françaises

Deuxième du Scottish le week-end passé, Céline Boutier débarque gonflée à bloc à Muirfield après son échec à Evian (cut manqué). La Francilienne, 17e joueuse mondiale, s’élance pour son 8e British Open. 56e en 2013 pour ses débuts en tournoi du Grand Chelem (elle était encore amateure), elle a justement signé l’un de ses meilleurs résultats en Majeur au British 2019, finissant 6e à Milton Keynes. Depuis, la Française demeure sur deux cuts manqués dans cette compétition.

125e mondiale, Perrine Delacour n’a de son côté jamais échoué au British Open, prenant la 39e place en 2020 puis la 34e l’année suivante. La Picarde prend part à son 15e Majeur personnel depuis le Women’s PGA Championship 2015 (49e). 34e au Scottish il y a quelques jours, elle avait connu un terrible dimanche à Evian postant un lourd 79 (+8) alors qu’elle se trouvait encore dans le top 15 après 54 trous.

Présente ce lundi à North Berwick (Ecosse) pour les qualifications sur 18 trous, Céline Herbin, 304e joueuse mondiale, s’est extirpée de ce marathon après trois trous de play-off. Elle sera jeudi au départ de son 5e British Open où elle a franchi deux fois le cut (61e en 2018, 51e en 2020). En possession d’un droit de jeu partiel sur le LPGA Tour en 2022 (4 tournois joués seulement), elle a plus souvent évolué sur le LET où son meilleur résultat demeure pour l’instant une 18e place acquise au Investec SA Women’s Open le 2 avril dernier. 


Par Lionel VELLA
2 août 2022