Accueil / Actus / Pro / Ladies European Tour / Le LPGA Tour prend le LET sous son aile

Le LPGA Tour prend le LET sous son aile

En amont de l'open d'Espagne qui a débuté ce jeudi, les responsables du LPGA Tour et du Ladies European Tour ont officialisé un partenariat entre les deux circuits destiné à étoffer le calendrier des proettes européennes et à créer des passerelles vers l'Amérique.

Mike Whan et Marta Figueras-Dotti
Mike Whan et Marta Figueras-Dotti ont officialisé mardi le rapprochement entre les circuits américain et européen. LET
28 nov. -
1 déc.
ANDALUCIA COSTA DEL SOL OPEN DE ESPAÑA FEMENINO
LIEU : Aloha Golf Club, Espagne
CIRCUIT : Ladies European Tour

« Passion partagée », « vision commune », « partenariat pour tirer le golf féminin vers de nouveaux sommets en Europe et dans le monde »... Les mots tactiques, politiquement corrects du communiqué de presse ne sauraient masquer la réalité : le Ladies European Tour est passé sous la tutelle du tout-puissant LPGA Tour. C'est ce qu'ont annoncé ce mardi, en amont de l'open d'Espagne qui se dispute à Marbella, Mike Whan et Marta Figueras-Dotti, respectivement directeur du circuit américain et présidente du comité de direction du LET. Le partenariat entre les deux instances, dont la forme juridique reste à définir, est selon les responsables en cours depuis « 60 jours » et a été entériné à une très large majorité par le vote des joueuses lors du congrès annuel du Tour européen. « Nos deux équipes se sont unies pour un objectif commun : créer des opportunités que nous n'aurions tout simplement pas pu proposer à nos joueuses autrement », a déclaré l'ancienne joueuse espagnole, première Ibère à fréquenter le LPGA Tour dans les années 80 et 90 et vice-capitaine européenne lors des deux dernières Solheim Cup.

En difficulté financière depuis une dizaine d'années, le LET a vu son calendrier passer de vingt-huit tournois en 2008 à quinze l'an dernier. Et si cette saison le circuit affiche 20 dates, trois d'entre elles (l'Evian Championship, le Women's British Open et le Ladies Scottish Open) sont co-sanctionnées par le LPGA Tour, et représentent environ 10 millions de dollars de dotation cumulée, sur les quelque 15 M$ mis en jeu sur l'ensemble de la saison... Peinant à séduire les promoteurs et sponsors européens, le LET n'offre même à ses joueuses que cinq épreuves régulières sur le Vieux Continent, dont deux double-badge avec le LET Access Series, son circuit de promotion. Depuis quelques saisons, jouer à plein temps sur le circuit européen signifie donc d'importantes dépenses en lointains voyages vers l'Australie, l'Afrique du Sud, l'Inde ou le Moyen-Orient, et de faibles revenus : à ce jour, la 80e Européenne - dernière joueuse à conserver sa carte - a empoché 17 000 euros...

Un ordre du mérite sponsorisé

L'immiscion du LPGA Tour dans les affaires du LET est donc une aubaine pour le golf européen, un cadeau de Noël anticipé et presque trop beau pour être vrai. « Les joueuses n'en croyaient pas leurs oreilles en entendant ce que Mike nous a dit. Nous n'avions rien à perdre dans cette histoire. Rien ! » confessait Azahara Muñoz à notre confrère de Golfweek.com il y a deux jours. Si pas grand-chose n'a été dévoilé pour l'instant, la star espagnole et ses consœurs ont déjà quelques raisons de se réjouir, en effet. En début de semaine, le LET a annoncé le doublement le dotation de l'open d'Espagne l'an prochain (600 000 € contre 300 000 cette année) et, surtout, le naming de l'ordre du mérite. Le classement annuel des gains deviendra en 2020 la Race to the Costa del Sol, et mettra en jeu un bonus pool de 250 000 € à partager entre les trois premières. D'autres bonnes nouvelles devraient tomber ces prochaines semaines, comme le laisse entendre Marta Figueras-Dotti dans la déclaration conjointe : « [Depuis que nous travaillons ensemble] nous pouvons déjà observer un impact spectaculaire sur notre calendrier, un impact dont vont bénéficier toutes nos membres. »

Un impact rendu possible, donc, par le coup de main d'un circuit américain désormais suffisamment puissant pour exporter sa vision du golf sur les autres continent. À sa tête depuis dix ans, Mike Whan peut se targuer d'avoir renfloué le navire de façon spectaculaire, étoffant le calendrier de 28 tournois et 47,6 M$ de dotation en 2009 à 32 épreuves et 70,2 M$ cette saison. Fort de cette expérience et de la puissance financière de son entreprise, le boss entend créer « le circuit féminin le plus fort possible en Europe », même s'il assure, toujours selon Golfweek.com, que ce partenariat ne répond pas à une stratégie de croissance américaine : « On ne va pas se faire de l'argent grâce au LET ». Cet interventionnisme, en réalité, repose sur l'idée que les États-Unis ont tout intérêt à avoir une Europe puissante pour en récupérer, à terme, les meilleures joueuses. Et s'il n'est pour l'instant pas question d'attribuer directement des cartes du LPGA Tour aux meilleures Européennes, à la manière du Symetra Tour, Whan « l'envisage », assure notre confrère.


Par Alexandre MAZAS
28 novembre 2019