Accueil / Actus / Pro / Le Tour des Bleus / Le Tour des Bleus (Europe) : Pavon et Langasque brillent à Dubaï

Le Tour des Bleus (Europe) : Pavon et Langasque brillent à Dubaï

Débuts réussis pour Matthieu Pavon et Romain Langasque à Dubaï, où les deux Tricolores pointent au troisième rang grâce à des cartes de 69 (-3) lors du premier tour ce jeudi. Aux cartes d'accès du circuit européen féminin, Justine Dreher est dixième et première Française.

Matthieu Pavon
Ils sont 12 à se partager la 3e place provisoire à Dubaï, dont Matthieu Pavon. Ross Kinnaird / Getty Images Europe - AFP

European Tour : Omega Dubai Desert Classic

>>> Les scores

Habitués à voir le vainqueur triompher aux alentours de -20 ces dernières années, les organisateurs de l'Omega Dubai Desert Classic ont quelque peu corsé la préparation de leur parcours cette année pour endiguer l'habituelle avalanche de birdies. Greens fermes, fairways étroits et rough dense sont ainsi au menu cette année pour les 132 engagés dans cette deuxième étape du Desert Swing, dotée de 3,25 millions de dollars. Dans ces conditions la carte de 67 (-5) rendue ce jeudi par Thomas Pieters n'est pas une mince performance : auteur d'un aller (le retour du parcours de l'Emirates Golf Club) en -5, le Belge est parvenu à gommer en fin de partie, grâce à trois birdies de plus, son petit « accident » du milieu (double au 10 et bogey au 11). Avec cet excellente entrée en matière le joueur de Ryder Cup en 2016 se porte seul aux commandes, un coup devant l'Américain David Lipsky, seul deuxième.

Côté français, parmi les dix Bleus en lice deux font partie du gruppetto de 12 joueurs qui se partagent la troisième place à -3. À commencer par Matthieu Pavon, très solide dans la matinée : après un accroc au 3 (bogey) le Bordelais a arraché quatre birdies pour rendre un très bon 69 (-3). « J'ai été solide du tee au fairway. Je pense que c'est la clé cette semaine, car les roughs sont vraiment méchants et les greens très fermes. Il fallait prendre un maximum de fairways, ce que j'ai réussi à faire. Et comme j'ai glissé quelques putts au retour, ça fait une jolie carte au final », s'est-il réjoui au micro de l'European Tour. Même score et même satisfaction pour Romain Langasque, engagé dans l'après-midi et auteur d'une grosse fin de partie avec quatre birdies sur ses huit derniers trous.

Derrière ce duo on retrouve Romain Wattel 15e, un coup derrière ses compères, avec une carte de 70 (-2). Le joueur formé à Bussy, qui n'a plus de droit de jeu complet sur le Tour européen cette saison, a fait honneur à la qualification arraché il y a une semaine sur le parcours voisin d'Al Hamra. Un top 10 aux Émirats arabes unis lui permettrait de décrocher sa place dans le champ du Saudi International la semaine prochaine. Quatrième Français sous le par, Julien Guerrier est 19e grâce à un bon 71 (-1). Suivent Benjamin Hébert (72), Victor Perez (73), Michaël Lorenzo Vera (74), et, déjà distancés, Raphaël Jacquelin (79), Alexander Levy et Victor Dubuisson (81).

Ladies European Tour : Finale des cartes

>>> Les scores

Si trois Françaises pointaient dans le top 20 hier après le premier tour, il n'y en a plus qu'une seule ce jeudi au soir de la deuxième ronde de la finale des cartes. Et c'est une nouvelle tête, en l'occurrence celle de Justine Dreher, qui fait son entrée dans les places qui octroieront à la fin de l'épreuve un droit de jeu sur le LET en 2020. L'Azuréenne, engagée sur le North Course du resort de La Manga (Espagne), a rendu un bon 70 (-1) pour passer dixième dans le par total. Elle n'est qu'à trois coups des deuxièmes, mais à huit de l'Écossaise Alison Muirhead, impressionnante leader après son 67 (-6) du jour sur le parcours Sud !

Les autres Tricolores sont donc hors du top 20 : Emma Grechi (par) est 21e à +1, Manon Gidali (+3) et Anaëlle Carnet (+1) sont 38es à +3, Émilie Piquot (+6) est 46e à +2, et la joueuse amateur Anne-Charlotte Mora (par) est 54e à +5. Toutes les autres Tricolores sont pour le moment en-dehors du cut, qui après le quatrième tour ne retiendra que les 60 premières et ex æquo.


Par Alexandre MAZAS
23 janvier 2020