Accueil / Actus / Pro / Legends Tour / Legends Tour : 52 ans, et toujours Cévaër

Legends Tour : 52 ans, et toujours Cévaër

Christian Cévaër prendra ce vendredi, en compagnie de trois autres Français, le départ l'épreuve de rentrée du circuit européen senior, en Autriche. À l’aube de sa première saison complète sur le Legends Tour, il affiche toujours le même goût pour la compétition.

Christian Cévaër débute, ce vendredi en Autriche, sa première saison pleine sur le Legends Tour. ffgolf
06-08
mai
RIEGLER & PARTNER LEGENDS
LIEU : Golfclub Murhof, Autriche
CIRCUIT : Legends Tour

Il lui aura fallu patienter un peu plus que les autres. Quinquagénaire depuis avril 2020, Christian Cévaër n’a même pas eu le temps de poser ses clubs sur le Legends Tour avant l’irruption de la pandémie. Mais cette fois, l’attente prend fin : après une saison annulée en 2020 et fortement rétrécie en 2021, le plus grand circuit européen senior va enfin se lancer, ce vendredi en Autriche, dans une saison complète. Et Christian Cévaër avec.

Double vainqueur sur le Tour européen (Open d'Espagne en 2004 et Open européen en 2009), le natif de Nouméa bénéficie à ce titre d’une année d’exemption pour faire ses preuves. Il va également retrouver bon nombre de vieilles connaissances, au premier rang desquelles des Français comme Jean-François Remesy, Thomas Levet, Jean Van de Velde ou encore Marc Farry. « Je me sens à l’aise, je connais tout le monde », sourit Christian Cévaër.

Un emploi du temps bien rempli

Il a eu le temps de le vérifier l’an dernier, où il a pu participer à plusieurs tournois de la saison tronquée, notamment le Legends Open de France hosted by Jean Van de Velde, sur un Golf de Saint-Cloud qu’il connaît parfaitement pour y tenir de multiples stages de coaching. Élément d’une vie déjà bien remplie, avec des interventions au Saint-Malo Golf Resort, mais aussi bon nombre de tournois en alliance et de pro-ams, histoire de ne pas perdre le rythme de la compétition.

« Depuis mes 48 ans, je fais de mon mieux dans mon emploi du temps pour remettre du jeu, souligne-t-il. Je suis un compétiteur. Malgré le fait que l’on prend pas mal d’uppercuts au golf, j’ai toujours envie de performer. Le Legends Tour, c’est une très belle opportunité de continuer à exprimer ma science du jeu, ma connaissance de mon swing, de mon corps, de mon esprit. »

Un corps qui ne lui épargne toutefois pas quelques petites misères, notamment au niveau de l’épaule droite, qui n’a pas passé idéalement l’hiver. « Il y a des gestes de la vie courante que je ne peux pas faire en ce moment, mais je peux swinguer, rassure Christian Cévaër. C’est vrai que j’ai quand même 30 ans de golf professionnel derrière moi, et je n’ai pas ménagé le corps, surtout les articulations. J’ai la chance d’être très occupé dans une vie pleine et chouette, mais du coup, il faut bien gérer. Pour cette année, on va aller crescendo. »

« Pas de cut, en vrai, on s’en fiche »

De gestion, il sera aussi question dans une saison qui comptera 13 tournois réguliers, en plus d’éventuels Majeurs seniors. Même si le calendrier s'étend jusqu’à décembre, la majeure partie des compétitions se déroulera entre début juin et mi-septembre. À chaque fois dans les tournois réguliers, trois tours sans cut sont au programme. « Le fait qu’il n’y ait pas de cut, en vrai, on s’en fiche, relève Christian Cévaër. De toute façon, au-delà de la 20e place, ça ne rembourse pas les frais. »

Car le Legends Tour a beau être réservé aux seniors, il n’en demeure pas moins un circuit professionnel, avec ses voyages, son caractère compétitif, et son ordre du mérite. Pour le nouvel arrivant comme pour les autres, l’un des objectifs principaux est d’intégrer le top 6 en fin de saison, ce qui permet de gagner sa place pour tous les Majeurs seniors de l’année suivante (sachant que le top 30 se qualifie à l'Open britannique, et le top 8 au PGA Championship). « Mais comme je dis toujours, quand tu débutes le tournoi et que tu as le driver en mains, viser le top 10 ou le top 5 de l'ordre du mérite, ça ne veut rien dire, campe le double vainqueur sur le Tour européen. J’en reviens toujours aux sources : être bien dans son swing, bien dans tous les compartiments du jeu, et traiter tour par tour. »

Pour Christian Cévaër, s’il devait y avoir un objectif, ce serait surtout de s’imposer dans un tournoi, imitant ainsi Marc Farry, Thomas Levet ou encore Jean-François Remesy. « Il y a des locomotives qui ont montré l’exemple, constate-t-il. Maintenant, il ne reste plus qu’à aller au fourneau. »


Par William LECOQ
4 mai 2022