Accueil / Actus / Pro / Mackenzie Tour - Canada / 1932byBateman Open (MacKenzie Tour) : semaine difficile pour Gandon et Barjon

1932byBateman Open (MacKenzie Tour) : semaine difficile pour Gandon et Barjon

Dans un tournoi perturbé par des vents parfois violents, les deux Français présents à Edmonton (Alberta) finissent au-delà de la cinquantième place. Pour la première fois depuis 2016, un Canadien, Taylor Pendrith, s’impose sur le Mackenzie Tour.  

Fin de tournoi délicate à Edmonton pour Jérémy Gandon Alexis Orloff / ffgolf
01-04
août
1932BYBATEMAN OPEN
LIEU : Edmonton Country Club, Canada
CIRCUIT : Mackenzie Tour

Le résumé

Grâce à un magnifique 63 (-8), l’Américain Hayden Buckley prenait jeudi les commandes du tournoi, talonné toutefois par ses compatriotes Shintao Ban, Van Thomas et Will Gordon (tous à -7). Ce dernier ne tardait pas à s’offrir la tête du tournoi dès le deuxième tour avec un second 64 (-7) et un score total de 128 (-14), soit quatre longueurs d’avance sur trois autres américains, Stoney Crouch, Zach Cabra et Ian Holt. Le vent redistribuait pourtant les cartes durant le Moving Day (rafales à plus de 45 km/h dans l’après-midi). Si Will Gordon restait en tête (à -12), son écart se réduisait à deux coups avec ses poursuivants. Et c’est finalement le Canadien Taylor Pendrith qui en profitait dimanche, toujours sous un vent soutenu (20 km/h), pour s’imposer à -17 (267) avec une ultime carte record de 62 (-9) forte d’un eagle et de sept birdies, trois coups devant l’Américain Lorens Chan. C’est la première fois depuis 2016 qu’un Canadien gagne sur ses terres dans une épreuve du Mackenzie Tour !   

Les Français

Départ quasi parfait jeudi de Jérémy Gandon, auteur d’un excellent 67 (-4) qui le plaçait dans le top 20 (18e) tandis que Paul Barjon connaissait des débuts difficiles avec un 72 (+1) et une 112e place inaugurale. Si Gandon ne perdait que cinq places après 36 trous (23e à -5), Barjon réussissait le coup de force de claquer un 67 (-4) et sauvait sa tête pour le week-end (50e à -3). Malgré les conditions de jeu difficiles samedi, les deux Français s’en sortaient plutôt bien avec deux cartes respectives de 69 (Gandon) et 70 (Barjon) les plaçant en 19e (-7) et 38e positions (-4) au leaderboard. Les deux hommes finissaient pourtant dans le dur dimanche (tous les deux 51es à -1) avec un 74 (+3) pour Barjon et un 77 (+6) pour Gandon. Le Néo-Calédonien Paul Barjon, qui enregistre ici son plus mauvais résultat en 2019 sur le circuit canadien, demeure néanmoins toujours deuxième à l’Ordre du mérite avec 105 172 dollars, derrière l’Américain Jake Knapp (112 650 dollars). 


Par Lionel VELLA
5 août 2019