Accueil / Actus / Pro / PGA Tour / Masters : La quinzième merveille de Tiger Woods

Masters : La quinzième merveille de Tiger Woods

Onze ans après sa dernière victoire en Majeur, Tiger Woods a remporté ce dimanche son quinzième titre du Grand Chelem, le cinquième à Augusta. À 43 ans, l'Américain parachève de la plus belle des manières son retour au plus haut niveau, et l'un des plus grands come-backs dans l'histoire du sport.

Tiger Woods
Le « Tigre » n'est plus qu'à trois unités du record de Jack Nicklaus en Majeur ! Kevin C. Cox / Getty Images North America - AFP
11-14
avril
MASTERS
LIEU : Augusta National Golf Club, Etats-Unis
CIRCUIT : PGA Tour

Il l'a fait ! Onze ans après son succès à l'U.S. Open 2008, et quatorze ans après sa dernière victoire au Masters, en 2005, Tiger Woods a enfin ajouté un nouveau Majeur à sa collection. Un exploit jugé par beaucoup impensable, après quasiment une décennie gâchée par les scandales et les blessures. Mais ce dimanche dans son jardin d'Augusta, au terme d'un back nine parfaitement maîtrisé, le « Tigre » a bel et bien écrit un nouveau chapitre de sa légende personnelle, de celle du golf aussi, et même du sport en général. Retombé au 1199e rang mondial fin 2017, à une époque où son corps abîmé lui permettait à peine de se déplacer, il s'affiche ce soir en colosse triomphant, son fameux polo rouge du dimanche recouvert, pour la cinquième fois, de la non moins fameuse veste verte.

La machine Molinari en panne au 12

L'affaire semblait pourtant loin d'être entendue en sortant du green du 11, où l'Américain affichait un score dans le par pour la journée avec trois birdies et trois bogeys. Imperturbable leader, Francesco Molinari ne ratait rien ou presque, ayant joué lui aussi les onze premiers trous dans le par (un bogey, un birdie). Mais comme souvent au Masters, un simple petit par 3, 142 m au télémètre, allait bouleverser l'ordre établi. Fort d'une avance de deux coups, l'Italien en ressortait « simple » co-leader après un balle dans l'eau et un vilain double bogey. Après des birdies de part et d'autre au 13, Woods prenait définitivement l'avantage au 15 d'un birdie, quand la « Macchina » voyait son troisième coup heurter une branche et finir dans l'obstacle d'eau, pour un nouveau double. Dans la foulée, Woods manquait d'un rien le trou-en-un au 16, où un birdie donné lui offrait deux coups d'avance.

Une déferlante d'émotions

La suite appartient désormais à l'Histoire. En rendant une carte finale de 70 (-2) à peine ternie par un bogey sans conséquence au 18, l'Américain s'est imposé à -13, un coup devant ses compatriotes Dustin Johnson (68), Xander Schauffele (68) et Brooks Koepka (70), trop courts d'un cheveu. Littéralement extatique après avoir rentré son dernier putt, le si robotique Tiger a cette fois-ci été submergé par l'émotion, offrant au « patrons » d'Augusta et aux téléspectateurs du monde entier un visage rarement vu, si ce n'est jamais. « L'an dernier je m'estimais juste heureux d'être capable de jouer, alors être sacré à nouveau ici, vingt-deux ans après la première fois, c'est une expérience irréelle. Je ne pourrais être plus heureux ni plus excité. Je n'ai pas de mots ! » a-t-il déclaré après avoir longuement étreint ses enfants, sa mère, sa compagne et quelques proches à la sortie du 18.

À 43 ans, l'avenir lui appartient

Sept mois après son succès au Tour Championship, son 80e sur le PGA Tour, Woods porte donc son total à 81 trophées, dont 15 Majeurs. Le voilà à une unité du record de Sam Snead sur le circuit américain, et à trois de celui de Jack Nicklaus dans le Grand Chelem. Avec un physique solide, un jeu affûté comme jamais et un mental à nouveau gagnant, nul doute que, comme le passé et le présent, l'avenir lui appartient...


Par Alexandre MAZAS
14 avril 2019