Accueil / Actus / Pro / PGA Tour / Masters : Molinari, le métronome

Masters : Molinari, le métronome

À mi-tournoi, cinq joueurs se partagent la tête du Masters à -7, parmi lesquels Francesco Molinari. L'Italien, qui a rendu une carte de 67 (-5) sans bogey, est en course pour un deuxième Majeur. Tiger Woods est sixième, un petit coup derrière.

Francesco Molinari
L'Italien est l'un des cinq joueurs à se partager la tête à -7. Andrew Redington / Getty Images North America - AFP
11-14
avril
MASTERS
LIEU : Augusta National Golf Club, Etats-Unis
CIRCUIT : PGA Tour

Contrairement à l'édition précédente, au cours de laquelle Patrick Reed s'était détaché dès le deuxième tour pour ne plus jamais être rattrapé ensuite, le 83e Masters offre aux fans de golf du monde entier un scénario bien plus indécis. Au terme du deuxième tour, disputé ce vendredi à l'Augusta National Golf Club, le leaderboard est extrêmement resserré, avec pas moins de 35 joueurs sous le par, dont les quinze premiers qui se tiennent en deux coups ! Difficile dans ce contexte de dégager des favoris, puisque la quasi-totalité des grands noms de la petite balle blanche sont présents. On notera simplement, parmi les victimes du cut (+3), qui a pourtant retenu le nombre record de 65 joueurs, les échecs de trois stars européennes de la dernière Ryder Cup : exit Justin Rose, Sergio Garcia et Paul Casey.

Machinal Molinari

Le héros du Golf National en septembre dernier est en revanche à sa place habituelle, celle qu'il occupe inlassablement des deux côtés de l'Atlantique depuis un an : tout en haut. Francesco Molinari a en effet été le premier à placer la barre à -7 total, en rendant un impeccable 67 (-5). Machinal, le lanceur de fléchettes italien a signé l'une des deux cartes du jour vierge de tout bogey, bien aidé par un putting affûté. « C'était une très bonne journée. J'ai bien joué dès le début, et j'ai rentré quelques bons putts sur la fin de l'aller. Je ne me suis pas vraiment mis en danger, j'ai juste joué solide jusqu'au bout », s'est satisfait le vainqueur du dernier British Open. Molinari a ensuite été rejoint à -7 par quelques sérieux clients : Jason Day (67), Brooks Koepka (71), Adam Scott (68) et enfin Louis Oosthuizen (66). De son côté Bryson DeChambeau, co-leader après le premier tour, a vécu un vendredi difficile : en concédant un 75 (+3), le « Savant fou » a chuté au 16e rang, à -3.

Tiger à l'affût

Mais la sensation du jour, tout comme celle du premier tour jeudi, est l'étincelante forme affichée par Tiger Woods. En quête d'un quinzième titre du Grand Chelem depuis son sacre à l'U.S. Open en 2008, l'ex-numéro 1 mondial tient peut-être le bon bout cette semaine. Après son 70 (-2) d'ouverture, il a doublé la mise hier en rendant un très bon 68 (-4) émaillé de deux bogeys et six birdies. À mi-tournoi, le joueur de 43 ans pointe en sixième position, à un coup du quintette vedette, et se pose plus que jamais en candidat à une cinquième veste verte, quatorze ans après la dernière. « J'ai le sentiment d'être bien revenu dans le tournoi. J'ai été très patient, et je suis content de ce que j'ai produit. C'est le troisième Majeur consécutif où je suis à la bagarre pour la gagne, c'est plutôt positif », a déclaré l'Américain, auteur de quelques fist pumps rageurs comme à la grande époque. À -6, il partage sa sixième place avec ses compatriotes Dustin Johnson (70) et Xander Schauffele (65, meilleur score du jour), et le surprenant rookie sud-africain Justin Harding (69).


Par Alexandre MAZAS
13 avril 2019