Accueil / Actus / Pro / PGA Tour / Paul Barjon : « Des objectifs de préparation et de comportement »

Paul Barjon : « Des objectifs de préparation et de comportement »

Moins d'un an après avoir découvert l'U.S. Open à Winged Foot, Paul Barjon s'apprête à disputer son deuxième open américain à Torrey Pines, un Majeur qu'il aborde en confiance et sans la moindre pression.

Paul Barjon
Le Néo-Calédonien dispute son deuxième U.S. Open. EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP
17-20
juin
U.S. OPEN
LIEU : Torrey Pines (South), États-Unis
CIRCUIT : PGA Tour

Contacté en milieu de semaine dernière, Paul Barjon profitait d'une rare période de quelques jours à la maison au milieu d'un calendrier plutôt chargé. À la sortie d'un mois de mai jalonné de succès - première victoire sur le Korn Ferry Tour dans l'Alabama le 2, qualification pour l'U.S. Open le 24 et accession officielle au PGA Tour le 31, le Français de 28 ans a pris le temps de revenir sur toutes ces émotions, et évoqué ses objectifs pour le défi qui l'attend cette semaine à Torrey Pines.

Vous avez eu un peu de temps pour digérer cette victoire au Huntsville Championship et cette accession au PGA Tour qui est désormais officielle. Comment vous sentez-vous par rapport à tout cela aujourd'hui ?
C'était des objectifs de début de saison, et le fait de les avoir remplis est agréable, tout autant que de savoir que début septembre je débuterai enfin sur le PGA Tour. C'est top d'avoir un nouvel objectif sur lequel je vais pouvoir me concentrer désormais.

Vous projetez-vous déjà sur le PGA Tour, dont la nouvelle saison démarre dans trois mois ?
Je me concentre pour l'instant sur le calendrier du Korn Ferry Tour, puisqu'il reste quand même quelques tournois d'ici la fin de la saison en septembre. J'essaie de me fignoler un beau programme puisqu'il y a deux tournois du PGA Tour sur lesquels je vais pouvoir rentrer, le Barbasol Championship en juillet pendant le British Open et le Barracuda Championship en août en face du WGC-FedEx St Jude Invitational. Je reste dans le présent, et ces derniers jours bien entendu je me suis focalisé sur ma préparation pour l'U.S. Open qui arrive.

Vous aviez découvert l'U.S. Open l'an dernier. Est-ce un autre monde par rapport aux tournois que vous avez l'habitude de jouer ?
C'est très similaire à plein d'égards à un tournoi normal du PGA Tour, mais la grosse différence est avant tout dans la préparation du parcours. C'est la semaine dans l'année où ils essaient de mettre le tracé presque injouable. Après, au niveau du public, ça ne va pas changer grand-chose par rapport à ce que je connais puisque le nombre de spectateurs va être limité en Californie. Mais c'est vraiment la difficulté de la préparation qui va être un challenge.

Évidemment, dans un tournoi comme celui-ci, on tape un peu moins de coups de wedge que d'habitude.

Comment peut-on se préparer à cela en amont ?
Au contraire de l'année dernière, où j'étais arrivé le lundi dans la foulée d'un tournoi du Korn Ferry Tour, je suis arrivé plus tôt, dès le samedi. J'ai donc pu m'entraîner deux jours de plus, ce qui n'est pas négligeable. Évidemment, dans un tournoi comme celui-ci, on tape un peu moins de coups de wedge que d'habitude, donc l'important est de se focaliser un peu plus sur les longs fers et les bois. Après, en ce qui concerne les greens qui vont être ultra-rapides, c'est difficile de trouver des conditions similaires ailleurs à d'autres périodes de l'année, donc c'est vraiment une question de préparation sur place.

Connaissiez-vous Torrey Pines avant d'arriver ici ?
Pas du tout. J'ai en tête quelques images de la victoire de Tiger Woods ici en 2008, et je suis allé un peu sur Internet voir à quoi je devais m'attendre. En tous cas, je suis très excité à l'idée d'être dans le champ cette année encore !

Pouvez-vous nous dire deux mots sur votre caddie, qui est-il et de combien de temps travaillez-vous ensemble ?
Il s'appelle Alex Riddell, il est canadien. On s'est rencontrés quand je jouais sur le Mackenzie Tour où il était arbitre. Il était assez jeune et il pensait faire quelque chose d'autre, et ça a bien matché entre nous. Ça fait maintenant deux ans qu'on travaille ensemble, et on va continuer sur le PGA Tour la saison prochaine évidemment. On s'entend bien, c'est un bon bosseur, donc c'est la combinaison idéale.

Vous fixez-vous l'objectif de franchir le cut, après l'avoir raté de deux coups seulement l'an dernier ?
Oui, évidemment ce serait top de jouer le week-end, mais je ne mets pas vraiment d'objectifs de résultats sur un tournoi comme celui-là. Je me fixe plutôt des objectifs de préparation et de comportement, et aussi de définir un bon plan de jeu en amont. Après, on verra bien, mais si tout se passe comme prévu, l'objectif vers la fin sera tout simplement de jouer le mieux possible pour aller chercher la meilleure place.


Par Alexandre MAZAS
16 juin 2021