Accueil / Actus / Pro / PGA Tour / U.S. Open : Woodland sacré, Sordet 72e

U.S. Open : Woodland sacré, Sordet 72e

Imperturbable malgré la pression exercée par Brooks Koepka, Gary Woodland a remporté ce dimanche à Pebble Beach la 119e édition de l'U.S. Open, dont Clément Sordet a pris la 72e place.

Gary Woodland
Premier sacre en Majeur pour le cogneur du Kansas après 30 essais infructueux ! Christian Petersen / Getty Images North America - AFP
13-16
juin
U.S. OPEN
LIEU : Pebble Beach Golf Links, Etats-Unis
CIRCUIT : PGA Tour

Le résumé

Le duel annoncé entre Gary Woodland et Justin Rose n'a pas eu lieu. Malgré un birdie d'entrée de jeu, l'Anglais, en difficulté avec son putter, n'est pas parvenu à inquiéter l'Américain ce dimanche à Pebble Beach. Auteur au total de deux birdies contre cinq bogeys, le vainqueur de l'édition 2013 de l'open américain n'a pu faire mieux qu'une carte de 74 (+3) qui le relègue sur la troisième marche du podium, à égalité avec les Américains Xander Schauffele (67) et Chez Reavie (71), et l'Espagnol Jon Rahm (68). Auteur de son côté d'un dernier tour irrégulier (deux doubles et trois bogeys contre six birdies), Rory McIlroy (72) devra également patienter pour décrocher son cinquième Majeur : le Nord-Irlandais se classe neuvième à -5, un coup derrière Adam Scott (68) et Louis Oozthuizen (72).

C'est donc Brooks Koepka qui s'est montré le rival plus dangereux pour son compatriote. Parti comme une fusée avec quatre birdies sur les cinq premiers trous, le double tenant du titre a longtemps cru à un historique triplé (toujours -4 après 11 trous) avant de s'essouffler dans la dernière ligne droite. Après un bogey au 12, le Floridien a en effet enchaîné les pars jusqu'au bout, signant un 68 (-3) de belle facture néanmoins insuffisant pour priver Woodland du titre. Ce dernier, qui abordait le dernier tour d'un Majeur en position de leader pour la première fois de sa carrière, a livré une partie ultra-solide (quatre birdies, deux bogeys) pour l'emporter.

Avec une dernière carte de 69 (-2) conclue par un énorme putt pour birdie au 18, le cogneur du Kansas s'impose à -13 total, trois coups devant le numéro 1 mondial. Trois fois vainqueur sur le PGA Tour depuis son arrivée sur le circuit en 2009, il remporte à 35 ans la plus belle victoire de sa carrière, dans son open national. « J'ai travaillé dur toute ma vie, aidé par des gens exceptionnels qui m'ont donné la motivation pour gagner. J'ai toujours cru en moi, toujours cru que je pouvais devenir un champion depuis que je suis gamin. Les gens ont pu penser que je n'étais qu'un gros frappeur, mais j'ai énormément bossé pour devenir un jour plus complet capable de briller sur tous types de parcours », a-t-il déclaré en recevant le trophée. Gary Woodland succède à Jack Nicklaus (1972), Tom Watson (1982), Tom Kite (1992), Tiger Woods (2000) et Graeme McDowell (2010) comme vainqueur de l'U.S. Open sur le parcours de Pebble Beach Golf Links.

La stat'

4Auteur de quatre cartes sous les 70 (69-69-68-68), Brooks Koepka est le premier joueur de l'histoire à accomplir une telle performance sans remporter l'U.S. Open...

La décla

Ce n'est pas parce qu'on démarre mal qu'il faut baisser les bras. Il faut toujours s'accrocher !

De Tiger Woods, auteur de quatre bogeys sur ses six premiers trous, qui a réussi à boucler sa journée en 69 (-2) en postant six birdies sur les douze derniers ! Le « Tigre » se classe 21e de cet U.S. Open.

Le Français

Seul Bleu encore en lice à Pebble Beach après le cut manqué de Matthieu Pavon, Clément Sordet a bouclé son tournoi sur une carte de 74 (+3), la même que samedi lors du troisième tour. « Je suis un peu déçu d'avoir fini +3, +3 le week-end », a-t-il admis au micro de nos confrères de Golf+. « Il y a beaucoup de positif, car à partir du moment où on passe le cut sur un U.S. Open, ça veut dire que le jeu est là. Mais le parcours est très compliqué et les bogeys viennent très vite. » Auteur ce dimanche de trois birdies contre six bogeys, l'élève de Benoît Ducoulombier a dû se contenter de la 72e place finale, à +8 total. Un résultat un brin décevant de son propre aveu, même si le Lyonnais préfère voir le bon côté des choses : « C'était une expérience incroyable de jouer un U.S. Open à Pebble Beach. Je n'étais pas vraiment très en forme cette semaine, donc c'est plutôt encourageant d'avoir passé le cut sans être à mon meilleur niveau. »


Par Alexandre MAZAS
17 juin 2019