Accueil / Actus / Pro / PGA Tour / US PGA Championship : un Majeur diabolique

US PGA Championship : un Majeur diabolique

La 101e édition de l’US PGA Championship débute jeudi du côté de New York. Désormais deuxième Majeur de la saison, le tournoi s’annonce redoutable sur un parcours de Bethpage Black diabolique. Titré sur ces mêmes terres lors de l’US Open 2002, Tiger Woods avance en favori. Mike Lorenzo Vera est lui le seul Français engagé.

US PGA
Le trophée Wanamaker soulevé l'an passé par Brooks Koepka Ross Kinnaird / Getty - AFP
16-19
mai
U.S. PGA CHAMPIONSHIP
LIEU : Bethpage State Park (Black Course), Etats-Unis
CIRCUIT : PGA Tour

Le « quatrième Majeur de la saison » n’est plus. Baptisé ainsi tant par sa place dans le calendrier que par sa réputation moins flatteuse que celle de ses trois rivaux (le Masters, l’US Open et le British Open), l’US PGA Championship s’apprête à vivre, pour sa 101e levée, une édition du renouveau.

Directement concerné par les changements dans le calendrier du PGA Tour, l’ US PGA s’est trouvé une place bien plus prometteuse, abandonnant le mois d’août pour celui de mai. Désormais deuxième Grand Chelem de la saison, le tournoi est disputé un mois tout juste après le Masters et un autre tout pile avant l’US Open. Un US Open dont il aura les attraits cette semaine avec un parcours à donner des cauchemars aux amateurs : le Bethpage Black Course.

Redoutable Bethpage Black

Situé en banlieue de New York, sur la presqu’île de Long Island, le parcours noir du Bethpage State Park est un monstre, réputé comme l’un des tracés les plus difficiles des Etats-Unis. Au départ du 1, un panneau d’avertissement annonce d’ailleurs la couleur : « Attention, ce parcours est extrêmement difficile et recommandé seulement aux golfeurs chevronnés »… Créé en 1936, ce par 70 de 6 796 mètres a auparavant accueilli deux US Open, remportés par Lucas Glover en 2009 et Tiger Woods en 2002.

Seul joueur sous le par cette année là, le Tigre ne se veut pas particulièrement rassurant pour ses condisciples en amont de cet US PGA 2019 : « nous pourrions bien vivre une semaine d’enfer cette année. » Car depuis lors le parcours a été rallongé, parsemé de quelques bunkers additionnels et certains de ses greens ont été retravaillés pour accroître un peu plus le défi. Avec l’humidité du parcours après plusieurs jours de pluie, l’étroitesse de ses fairways et la densité impressionnante du rough, le parcours devrait sembler encore plus long aux 156 joueurs du champ.

Woods en favori

Grandissime favori après sa victoire au Masters le mois dernier, Tiger Woods connaît donc bien Bethpage après sa victoire ici-même lors de l’US Open 2002. Le Tigre, qui n’a plus rejoué depuis qu’il a enfilé sa cinquième veste verte apparaît en tête chez les bookmakers avec une cote de 9 contre 1. Il aura bien entendu fort à faire avec la présence des tous meilleurs joueurs du monde, à l’exception de Justin Thomas, vainqueur du tournoi en 2017, forfait en raison d’une blessure au poignet.

Le tenant du titre Brooks Koepka est lui bien là et vise un quatrième titre Majeur en moins deux ans (US Open 2017 et 2018 et US PGA 2018). Le colosse floridien reste sur une deuxième place au Masters au mois d’avril et une quatrième le week-end dernier lors de l’AT&T Byron Nelson. Au rayon des cogneurs, le numéro 1 mondial Dustin Johnson et le vainqueur du Players Rory McIlroy auront également leur mot à dire. Les métronomes Francesco Molinari et Justin Rose pourraient aussi se mêler à la bagarre sur ce parcours étroit. Sans oublier les Rickie Fowler, Bryson DeChambeau ou Phil Mickelson, deux fois deuxième lors des deux US Open disputés à Bethpage.

Lorenzo Vera, seul Bleu au départ

Du côté des Français, seul Michael Lorenzo Vera est parvenu à se qualifier pour ce deuxième Majeur de l’année. 115e mondial, le Basque est entré tout juste dans le champ, grâce notamment à sa jolie cinquième place au Volvo China Open il y a quinze jours. Il s’apprête à disputer son troisième Grand Chelem après le British Open 2017 et l’US PGA 2018. Les deux fois il était parvenu à franchir le cut avant de connaître des week-ends difficiles (62e et 65e au final). Il sera associé pour les deux premiers tours au Sud-Africain Justin Harding, révélation de ce début de saison (victoire au Qatar) et à l’Américain Richy Werenski.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
15 mai 2019