Accueil / Actus / Pro / Pro Golf Tour / Victor Veyret : « Mon corps entier tremblait »

Victor Veyret : « Mon corps entier tremblait »

Très stressé au moment de putter pour la victoire, Victor Veyret a su retrouver son calme lors du play-off disputé face à Julien de Poyen, pour remporter son premier tournoi sur le Pro Golf Tour.

Veyret
Victor Veyret entouré des quatre joueurs qui complètent le podium de ce premier tournoi de la saison Pro Golf Tour
14-16
janvier
RED SEA EGYPTIAN CLASSIC
LIEU : Ain Sokhna B+C, Egypte
CIRCUIT : Pro Golf Tour

Félicitation pour cette première victoire parmi les professionnels. Que ressentez-vous à chaud ?

C’est vrai que je ne suis pro que depuis le mois d’août et je suis content je ne pensais pas que cela viendrait aussi vite. D’autant plus car j’ai changé pas mal de trucs cet hiver et cela paie rapidement. Donc c’est avant tout une grosse satisfaction de voir ce travail récompensé.

Il y a eu pas mal d’émotions en fin de partie avec ce bogey au 18 qui vous pousse en play-off…

Oui beaucoup d’émotions en effet. J’ai eu un petit peu de mal sur la fin car je pouvais gagner sur le 18 mais j’ai pris un vilain trois putts à dix mètres. Je savais que je devais faire le par pour gagner le tournoi et l’émotion est venue assez rapidement et de manière assez forte. C’était intense car même si j’ai déjà gagné chez les amateurs, je n’avais jamais ressenti ça. J’avais le corps entier qui tremblait au moment de putter.

À quoi pensiez-vous à ce moment-là ?

Je ne me disais rien d’exceptionnel. J’essayais de continuer dans ma routine et d’avoir la bonne stratégie, mais on ne peut pas passer à côté de l’enjeu. C’est quand même un titre à aller chercher, sur le premier tournoi de la saison en plus. J’étais tendu tout simplement. Après ce bogey, j’étais assez énervé car on sait que les play-offs sont souvent assez aléatoires. Je me suis laissé un temps pour la frustration et je me suis remis dedans assez vite. Le stress avait finalement disparu pour le play-off.

Comment s’est passé ce play-off face à Julien de Poyen ?

On se connait bien avec Julien car on était ensemble au pôle il y a quelques années. C’était cool d’être contre lui car cela assurait la victoire à un Français. On a tous les deux tapé de belles mises en jeu. Ensuite je jouais en premier et je me suis mis à quatre mètres du trou. Lui a raté le green et a enchaîné avec un chip moyen. Je me suis mis donné pour par et cela a suffit pour gagner.

Avec cette victoire, vous ne pouviez pas mieux lancer votre saison. L’objectif est-il de finir dans le Top 5 du Pro Golf Tour cette année ?

Je ne me mets pas d’objectif de résultat. Cette année, l’objectif est surtout d’améliorer mes statistiques, notamment sur le petit jeu.

Vous évoquiez les changements opérés pendant l’hiver. En quoi consistent-ils ?

J’ai changé ma façon de m’entraîner. À l’entraînement, chaque coup que je tape a de l’importance. Je note tout ce que je fais, je regarde mes stats et j’essaie que mes entraînement servent vraiment à quelque chose pour avoir des retours directs sur ma progression. Je note le résultat de chaque coup. C’est un travail que j’ai mis en place avec Charles Beraud, le coach de Chantilly, depuis quatre mois.

Je travaille toujours la technique avec Renaud Gris mais Charles me prépare mes entraînements. J’ai passé la moitié de l’hiver à Marrakech au Maroc, à m’entraîner au soleil. J’ai aussi changé mon grip de putting il y a une semaine pour passer en grip inversé. Pour l'instant ces changements ont très bien fonctionné.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
16 janvier 2020