Accueil / Élite / Circuits Pro Féminins / LPGA Tour / Calendrier / 2016 / Manulife LPGA Classic / Manulife LPGA Classic : Karine Icher y était presque

Manulife LPGA Classic : Karine Icher y était presque

Grâce à un dernier tour brillant bouclé en 66 (-6), Karine Icher a pris la deuxième place du Manulife LPGA Classic ce dimanche au Canada, à un tout petit coup de l'Allemande Caroline Masson.

Karine Icher
01-04
septembre
MANULIFE LPGA CLASSIC
LIEU : Whistle Bear GC, Canada
CIRCUIT : LPGA Tour

>>> Les résultats

Après son excellente carte de 65 (-7) et sa superbe remontée lors du troisième tour, Karine Icher pouvait nourrir de réelles ambitions pour la dernière ronde du Manulife LPGA Classic. Dixième au départ, elle comptait en effet cinq coups de retard sur la tête, un handicap important mais pas insurmontable. Pourtant, après onze premiers trous bouclés en seulement -1 avec deux bogeys (au 1 et au 10) et trois bogeys (3, 8, 9), la Castelroussine pointait toujours à distance respectable des leaders. Mais, bien aidée par un petit jeu millimétré et un putting d'exception, Icher s'est enflammée dans le final : avec cinq birdies en sept trous (12, 14, 15, 17, 18), elle rejoignait le club-house du Whistle Bear Golf Club avec une dernière carte de 66 (-6), et une première place provisoire à -15 total ! Hélas, deux parties après la sienne, l'Allemande Caroline Masson signait un 67 (-5) synonyme de victoire -16 total...

De bon augure avant Évian

Auteur à Cambridge, dans l'Ontario, de son 40e top 10 en carrière sur le LPGA Tour, le deuxième cette saison après sa troisième place au ShopRite LPGA Classic début juin, Karine Icher devra donc encore patienter avant de décrocher sa première timbale outre-Atlantique. Ce résultat, assorti d'une remontée à la 21e place de la Race to the CME Globe, va néanmoins lui permettre d'arriver en pleine confiance à Évian, où se tiendra du 15 au 18 septembre le cinquième Majeur de la saison. Elle y sera l'une des quatre Tricolores engagées, en compagnie de Joanna Klatten, Céline Herbin et Isabelle Boineau.


Par Alexandre Mazas
5 septembre 2016