Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / Challenge Tour / Calendrier / 2019 / Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open / Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open (CT) : Une première journée corsée

Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open (CT) : Une première journée corsée

À l’issue d’un premier tour disputé dans des conditions très compliquées, deux hommes se partagent la tête du Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open : le Néerlandais Daan Huizing et l’Anglais Chris Hanson. Deux Bleus figurent dans le Top 10 provisoire : Joël Stalter et Thomas Linard, sixièmes à deux coups de la tête.

Joël Stalter
En difficulté depuis le début de saison, Joël Stalter a réalisé l'une de ses meilleures parties de l'année Alexis Orloff / ffgolf
13-16
juin
HAUTS-DE-FRANCE PAS-DE-CALAIS GOLF OPEN
LIEU : Aa Saint-Omer Golf Club, France
CIRCUIT : Challenge Tour

Le résumé

Déjà réputé comme étant l’un des parcours les plus difficiles de la saison du Challenge tour, le tracé du Aa Saint Omer Golf Club est devenu jeudi absolument redoutable. La faute à un vent omniprésent toute la journée et à de nombreuses averses venues doucher les joueurs de la deuxième division européenne. Habitué des lieux, Daan Huizing n’a pourtant pas semblé gêné outre mesure. Détenteur du record du parcours (62, -9 en 2017) et auteur de deux Top 5 à Saint Omer (en 2016 et 2018), le Néerlandais a brillé au plus fort de la tempête avec une très belle carte de 67 (-4) qui le propulsait en tête. Son score sera finalement égalé par l’Anglais Chris Hanson, aligné dans des conditions un brin plus calme l’après-midi.

Les deux hommes partagent donc la tête à l’issue du premier tour, un coup devant le Gallois David Boote et le duo anglais Ben StowChris Lloyd (-3). Derrière, cinq hommes suivent à deux coups, parmi lesquels figurent deux Français : Joël Stalter et Thomas Linard (5e, -2).

Les Bleus du jour

Thomas Linard

Aligné dans la matinée, Joël Stalter a connu une mise en route particulièrement mouvementée. Parti du 10, le Mosellan a d’abord souffert avec quatre bogeys pour deux birdies sur son aller. Avant de finir fort avec cinq birdies pour un seul bogey sur le retour. L’ancien joueur du Tour européen signe au final une très bonne carte de 69 (-2) et certainement l’une de ses meilleures parties de la saison.

Thomas Linard s’est lui aussi bien bagarré pour signer un 69. Avec quatre birdies pour autant de bogeys sur ses 15 premiers trous, le Berruyer pointait dans le par à trois trous du terme avant de profiter des deux derniers par 5 pour scorer à nouveau (birdies au 7 et 9). « Je suis resté concentré sur ce que je voulais faire, explique-t-il. J’étais appliqué sur deux ou trois points clés dans mon jeu : rester bien en équilibre à la fin et bien rythmer la balle. C’est un point fort de mon jeu que je peux parfois oublier. Cela s’est bien passé aujourd’hui donc je suis satisfait. » Souvent à son aise sur le parcours audomarois (deux Top 10 en 2015 et 2017), Linard a l’occasion cette semaine de lancer véritablement sa saison jusque là moyenne (deux cuts passés sur cinq). « Jusque là c’était en dents-de-scie. Je ne m’inquiète pas trop mais ce n’est pas agréable d’avoir autant d’attentes et peu de résultats. Il n’y a pas eu beaucoup de tournois mais quand on s’est bien entraîné l’hiver, qu’on a fait des efforts et que le jeu est meilleur, c’est frustrant de se retrouver dans cette position. Mais je suis un diesel et je commence à me chauffer. »

Les autres Français

Julien Quesne

Deux autres joueurs tricolores sont parvenus à battre le parcours lors de ce premier tour. Parti comme une flèche dans la matinée avec cinq birdies sur son aller, Julien Quesne signe finalement une carte de 70 (-1) qui le place au onzième rang et confirme la bonne forme aperçue la semaine passée en Suisse (8e). « Je retrouve un peu mon swing, ma frappe de balle, commente le double vainqueur sur le Tour européen. Il y a eu un gros boulot technique de fait sur le dernier mois car j’étais un peu à la rue et que je tapais très mal. On a remis beaucoup de chose à plat, j’ai passé du temps avec Benoît Ducoulombier et ça revient bien donc ça fait plaisir. Il faut un peu de temps pour retrouver le rythme, c’est ce qui m’a manqué la semaine dernière pour aller au bout. Le but est de retrouver mon niveau et le plaisir de jouer et c’est ce que je fais donc c’est positif pour la suite. »

Dans l’après-midi, Robin Roussel était bien parti pour un sans faute, avant un cruel 4-putts au 17 qui lui coûtait un vilain double. Mais sa carte finale de 70 le place lui aussi au onzième rang : « Je me suis super bien senti sur le parcours. Je joue très bien depuis le début de l’année et aujourd’hui c’était pareil. Je suis un peu énervé contre moi-même pour ce double bogey car en plus Benoît Ducoulombier (son coach) m’avait dit juste avant le début de la partie qu’il fallait jouer tout à mourir et ne surtout pas se laisser des putts d’un gros mètre ici. Je charge un peu le premier et à nouveau le deuxième… Je suis quand même satisfait du niveau de jeu. Ça reste un score correct dans ces conditions. »

Derrière, Grégory Havret, Damien Perrier, Clément Berardo, Anthony Snobeck et Gary Stal ont également été solides avec des cartes dans le par (71). Ils partagent la 18e place à quatre coups des leaders.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
13 juin 2019