Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / Challenge Tour / Calendrier / 2019 / Le Vaudreuil Golf Challenge / Le Vaudreuil fait sa mue

Le Vaudreuil fait sa mue

Deuxième des quatre étapes françaises du Challenge Tour 2019, le Vaudreuil Golf Challenge s’est métamorphosé pour cette septième édition offrant un parcours encore plus compétitif que les années précédentes. Va y avoir du sport !

Qui succédera cette année à l'Anglais Richard McEvoy ? A.S.O.
11-14
juillet
LE VAUDREUIL GOLF CHALLENGE
LIEU : Golf PGA France du Vaudreuil, France
CIRCUIT : Challenge Tour

Un parcours relooké 

« Le parcours (par 71 de 6 297 mètres) est un peu plus corsé cette année ! » Thomas Linard, deuxième et meilleur français ici au Vaudreuil en 2015, annonce la couleur. Il faudra en effet être un peu plus fort que d’habitude pour dompter le tracé normand, cher à Jean-Claude Forestier, relooké depuis plusieurs mois sous l’impulsion de Guillaume Biaugeaud, le très dynamique Directeur général. Les fairways ont ainsi été sablés durant l’hiver, le sable des bunkers a été totalement changé et on a laissé pousser volontairement les roughs, notamment autour des greens, pour rendre l’attaque plus compliquée.  

« Au départ de chaque tee, on réfléchit un petit plus quel club prendre pour accrocher un bout de fairway, poursuit Thomas Linard. Avant, c’était un peu plus simple, beaucoup plus ouvert même puisqu’il n’y avait pas de rough. Les greens pitchaient un peu plus. On ne se posait pas la question de savoir si c’était drive ou pas drive. Aujourd’hui, le parcours est beaucoup plus stratégique qu’il ne l’était auparavant. Pour être franc, des quatre dates françaises, le Vaudreuil n’était pas la plus intéressante. Mais ça, c’était avant. Ici, c’est très plat. Le fait d’avoir des greens en dôme, ça peut être lassant à force. Avant, comme cela spinait beaucoup, la balle pouvait redescendre et ce n’était pas toujours fair. Aujourd’hui, on peut avoir des parcours avec des dessins très moyens mais si la préparation est très bonne, ça peut devenir beaucoup plus intéressant. C’est le cas cette année au Vaudreuil. » 

L’armada française 

Quarante-six golfeurs tricolores, dont quatre amateurs, sont au départ cette semaine dans le département de l’Eure (27). Parmi eux, de nombreux anciens vainqueurs sur l’European Tour tels Grégory Havret, Grégory Bourdy, Julien Quesne ou encore Gary Stal. D’autres jouent actuellement ou ont joué au plus haut niveau comme Adrien Saddier, Victor Riu, Joël Stalter, Edouard Dubois, Edouard España, Clément Berardo, Thomas Linard, Jérôme Lando-Casanova ou Damien Perrier. Il y a aussi Antoine Rozner et Robin Roussel, déjà vainqueurs cette saison sur le Challenge Tour. Leader de l’ordre du mérite, Antoine Rozner, victorieux au Challenge de España puis au Prague Golf Challenge, peut à tout moment grimper à l’échelon supérieur en s’offrant un troisième succès. Une éventualité que le Racingman gère parfaitement, sans la moindre pression. Robin Roussel, quatrième de ce même ranking, vient de l’emporter à St-Omer (16 juin) et reste sur une très belle cinquième place en Slovaquie le week-end passé. Cela sera-t-il suffisant ? Le Vaudreuil, depuis sa création en 2013, se refuse ainsi toujours à un golfeur français même si certains n’ont pas été loin d’inscrire leur nom au palmarès. Ce fut le cas pour Clément Sordet, deuxième en 2014, Thomas Linard donc (en 2015), ou Antoine Rozner, quatrième en 2018. Avec un dernier tour un dimanche 14 juillet, on espère juste que 2019 fera retentir la Marseillaise le jour de la fête nationale. 

Un tournoi porte bonheur 

Qui gagne au Vaudreuil valide très souvent son droit de jeu l’année suivante sur l’European Tour. A l’exception de 2013, tous les lauréats ont ainsi grimpé à l’échelon supérieur en fin de saison. Ce fut le cas pour les Anglais Andrew Johnston (2014), Aaron Rai (2017) et Richard McEvoy (2018). Ce dernier se payant même le luxe de s’imposer une semaine plus tard sur le Tour européen, au Porsche European Tour, devant, s’il vous plait, l’Américain Bryson DeChambeau, l’actuel n°6 mondial. Victorieux en 2015 et 2016, le Néo-Zélandais Ryan Fox, fils du célèbre All Black Grant Fox, et le Suédois Alexander Björk se sont eux aussi installés durablement chez les plus grands…


Par Lionel VELLA
10 juillet 2019