Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / Challenge Tour / Calendrier / 2019 / Le Vaudreuil Golf Challenge / Vaudreuil Golf Challenge (CT) : quatre Français au coin du bois

Vaudreuil Golf Challenge (CT) : quatre Français au coin du bois

Avec un score de -12 (201), l’Anglais Steven Tiley conserve les commandes du tournoi après trois tours. Mais des garçons comme Grégory Havret (4e à -8), Thomas Linard (6e à -7), Grégory Bourdy et Robin Sciot-Siegrist (9es à -6) peuvent encore y croire. 

Thomas Linard signe la meilleure carte tricolore du jour, un solide 68 (-3) Warren Little / Getty Images Europe - AFP
11-14
juillet
LE VAUDREUIL GOLF CHALLENGE
LIEU : Golf PGA France du Vaudreuil, France
CIRCUIT : Challenge Tour

Le résumé

Grâce à un ultime birdie sur le par 5 du 18 du Vaudreuil, Steven Tiley, 69 (-2) aujourd’hui et en tête depuis le premier jour, s’offre après cinquante-quatre trous trois points d’avance sur son compatriote Dave Coupland et sur le Néerlandais Darius Van Driel. Deuxième l’an passé derrière un autre anglais, Richard McEvoy, Tiley, 36 ans, cherchera surtout à ouvrir son compteur sur le Challenge Tour. Il demeure néanmoins sous la menace d’une bonne douzaine de joueurs, dont les Français Grégory Havret (4e à -8), Thomas Linard (6e à -7) ainsi que Grégory Bourdy et Robin Sciot-Siegrist, 9es à -6.

« Heureusement que ça s’est bien décanté sur la fin, tempère toutefois Grégory Havret, auteur d’un 69 (-2) avec deux derniers birdies au 17 puis au 18. J’étais à +1 après 13 trous, c’était un peu frustrant. Pourtant, je n’avais pas l’impression de mal jouer au golf, malgré un vent tourbillonnant. Me voilà maintenant en embuscade comme l’on dit. J’ai signé trois cartes consécutives sous le par (66, 70, 69). Tout va bien. Les semaines s’enchaînent et il y a une espèce de régularité qui se met en place. Le fond de jeu est bon. A moi de conserver le cap, et si ça se confirme, je ne jouerai pas sur le Challenge Tour l’année prochaine. »

Thomas Linard alterne lui aussi entre frustration et satisfaction. Sans ce méchant double-bogey sur le par 4 du 15, il serait ce soir deuxième ex-aequo…
« Je perds quatre points en trois tours au 15, peste le Berruyer. Deux doubles lors du premier tour et aujourd’hui… C’est un peu frustrant car j’ai vraiment bien joué, très bien putté aussi… La partie se finit sur un goût d’amertume alors que, dans l’ensemble, j’ai bien joué au golf. Ce 68 (-3) le confirme. Mais bon, je suis encore dans le coup. »

Victime de la même erreur sur le 15 (une balle hors-limite à droite du fairway), Grégory Bourdy rend un encourageant 69 (-2) qui le place à six longueurs de Steven Tiley. Il faudra cependant sortir le très grand jeu ce dimanche pour inverser la tendance.
« Mis à part ce dérapage au 15 en ratant ma mise en jeu, j’ai fait un troisième tour solide, confirme le Bordelais. Il y a eu beaucoup de bonnes choses aujourd’hui. Il reste 18 trous et je sens que j’ai la capacité de sortir encore pas mal de birdies… Quand on est derrière, c’est toujours un challenge différent. C’est à nous d’attaquer, d’être plus agressif sur le parcours. La stratégie est différente. Quand j’ai gagné sur le Tour européen en 2013 au pays de Galles, j’avais trois ou quatre coups de retard... Je connais donc la recette. Au golf, tout est jouable, surtout quand il n’y a qu’un seul leader et une meute derrière. »

Enfin, avec un 70 (-1) arraché grâce à trois birdies entre les trous 14 et 18, Robin Sciot-Siegrist veut lui aussi y croire.
« C’était parti pour être un tour pas franchement terrible et finalement ça se termine bien, conclut le gaucher de St-Nom-la-Bretèche (78). Finir sous le par ce troisième tour est une bonne chose. Demain ? Tout est possible. Surtout si je démarre bien. »

Le fait du jour

Dernier vendredi soir avec un score de +1 (143), le Néerlandais Wil Besseling, parti seul à 7h40 depuis le tee n°1, a bouclé les 18 trous du Vaudreuil en seulement 2h40. Il s’est également payé le luxe de poster la plus balle carte de la journée, un 65 (-6), par la suite partagé avec l’Ecossais Duncan Stewart, le Nord-Irlandais Cormac Sharvin et l’Espagnol Sebastian Garcia Rodriguez. Une sacrée performance qui lui permet surtout de gagner 36 places au leaderboard et de pointer en quatorzième position à -5 (208).

Les autres Français

En rendant une troisième carte dans le par, après deux 70 (-1), Victor Riu prend la 28e place à -2 (211), juste devant Julien Quesne, auteur d’un très bon tour en 69 (-2). Une jolie percée au leaderboard pour le Manceau (19 places de mieux) qui rate d’un rien le top 30 (31e à -1). Il rejoint Robin Roussel et Ugo Coussaud, tous deux auteurs d’une carte de -1. Dans le par total, on retrouve ensuite en 40e position Edouard Dubois et Jérôme Lando-Casanova, victime d’une fin de journée difficile (bogey au 17 et au 18). Suivent Richard Jouven (48e à +2), Mathieu Fenasse (54e à +3), Antoine Schwartz (57e à +4) et Adrien Saddier (60e à +5).


Par Lionel VELLA
13 juillet 2019