Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / European Tour / Calendrier / 2018 / Ryder Cup / Actus / Junior Ryder Cup / Souvenirs de Junior Ryder Cup : Benjamin Régent et Tony Raillard

Souvenirs de Junior Ryder Cup : Benjamin Régent et Tony Raillard

Les 24 et 25 septembre prochains le parcours de Disneyland Paris accueillera la Junior Ryder Cup 2018. La compétition mixte s’affiche comme un tremplin pour les jeunes talents mondiaux depuis sa première édition en 1997. Retour sur nos anciens participants tricolores avec cette série de souvenirs.

Benjamin Régent
Benjamin Régent au départ du 1 en Irlande pour la Junior Ryder Cup 2002. Andrew Redington/GettyImages
28-30
septembre
RYDER CUP
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

Le palmarès des victoires de la compétition souriait à cette époque aux Européens. D’abord en 1995 lors d’un match d’exhibition remporté par l’Europe qui comptait dans ses rangs un certain Sergio Garcia âgé seulement de 15 ans et qui quatre ans après, jouait sa première Ryder Cup. Puis vaincue en 1997, la Team Europe reprend le titre en 1999 pour en arriver à cette fameuse année 2002 qui marque l’histoire de la Junior Ryder Cup. L’Europe s’impose et bouleverse les traditions avec le premier trophée glané « à domicile » depuis sa création.

Saut en arrière de seize années, on est en 2002, c’est la troisième édition de la Junior Ryder Cup et deux Français font partie de l’équipe Européenne, Tony Raillard et Benjamin Régent. C’est en Angleterre sur le parcours du The K Club que s’affrontaient les deux camps. Tony et Benjamin avaient alors gagné leur place au sein de l’équipe en terminant premier et troisième de l’European Young Masters en 2001. 

La compétition d'une vie 

Des souvenirs inoubliables pour Benjamin qui a eu peur de ne pas prendre part à la compétition : « Pour la petite histoire j’étais sélectionné pour l’édition de 2001 à la base, mais elle a été reportée suite aux attentats du 11 septembre. Je m’étais dit à ce moment-là que j’allais rater la Junior Ryder Cup pensant que l’organisation allait refaire de nouvelles équipes au cours de l’année 2002. Mais finalement ils ont conservé l’équipe de 2001 sans rien changer donc j’étais vraiment soulagé et impatient. »

Comme les grands, les duels se disputaient en duo et Benjamin pouvait compter sur un soutien indispensable, celui de Tony Raillard. Tony se souvient avoir été impressionné par l’environnement autour des équipes, une atmosphère particulière qui l’a marqué : « C’est le souvenir le plus fantastique de ma carrière et à l’époque j’étais halluciné par l’organisation. Il y avait une caméra avec nous tout le temps, un bus spécial pour nous, des petites pyramides de balles au practice, bref c’était vraiment inhabituel pour moi. » 

Malgré ça, ils avaient perdu leur match face à une paire américaine trop forte, mais Benjamin garde surtout dans un coin de sa tête la victoire avec Emma Cabrera Bello, la sœur de Rafa : « J’ai eu la chance d’être avec Tony dans l’équipe et du coup pour l’intégration c’était plus simple. Je me souviens que l’équipe USA ne donnait pas l’impression d’être soudée. Ils avaient l’air plus individualiste alors que nous, malgré la barrière de la langue, on était une vraie équipe et c’est sûrement ça qui nous a fait gagner. Quand je remporte mon match avec Emma j’ai eu le sentiment de vraiment apporter ma pierre à l’édifice, c’était une sensation incroyable. »

Je pense que c’est le tournoi où j’ai le plus ressenti la pression. Au départ du trou n°1 mes mains tremblaient, je me souviens m’être dit simplement : touche la balle, touche la balle !

Team Europe 2002
L'équipe Européenne au complet après son sacre en 2002.

Pour les jeunes golfeurs français, l’insouciance avait pris le dessus. Sur un parcours exigeant et dans un contexte différent du monde amateur habituel, Benjamin confirme avoir gagné en expérience suite à cet événement. Derrière, en 2003, le titre de Champion de France Juniors lui revenait. Nul doute que cette année encore les joueurs et joueuses gagneront en maturité sur le parcours de Disneyland Paris.

Une compétition à part qui fait progresser les joueurs et les fait encore vibrer de nos jours : « Le contexte de la compétition rendait la chose incroyable. Quand tu arrives au départ du 1 avec le speaker, ton nom en grand sur le leaderboard, la veille la cérémonie d’ouverture avec Sergio Garcia qui nous accueille et nous explique l’importance de cet événement pour lui, c’était autre chose. J’avais 17 ans à l’époque, je ne ressentais pas trop la pression mais le fait d’avoir le logo Ryder Cup sur ton polo ça donne des frissons », s’exprime Benjamin.

La Junior Ryder Cup, un autre monde 

Le sentiment de fierté dominait et domine toujours. À l’approche de la Ryder Cup 2018, Benjamin aujourd’hui Pro au golf du Sart, voit resurgir en lui des instants mémorables gravés dans sa mémoire.

Il ne manque pas pour autant de transmettre son vécu auprès de ses élèves : « J’étais fier de représenter les couleurs de l’Europe et on en reparle parfois entre amis ou avec mes élèves. C’était une autre dimension même si ce n’est que la Junior Ryder Cup. L’organisation était parfaite, il y avait du public et surtout l’atmosphère Ryder partout dans le golf. Je prends encore du plaisir à en parler aujourd’hui. »

La semaine qui suivait cet événement fut aussi un moment rare pour les deux golfeurs. Benjamin Régent et Tony Raillard ont eu l’occasion et la chance de suivre la véritable Ryder Cup de l’intérieur. En Angleterre, dans les cordes, sur les fairways et au bord des greens comme une immersion dans un rêve, la cerise sur le gâteau pour ces deux jeunes qui avaient montré l’exemple aux plus grands en s’imposant face aux USA : « Lorsque Paul McGinley rentre le putt de la victoire on était juste à côté. J’avais presque l’impression de faire partie de l’équipe européenne tellement c’était exceptionnel » affirme Benjamin.

« C’était vraiment unique de pouvoir suivre les parties, il y avait les joueurs, nous derrière sur les fairways et personne d’autre autour. Et l’ambiance avec le public qui hurlait. C’est un souvenir extraordinaire », conclut Tony.


Par Romain MURAILLE
11 septembre 2018