Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / European Tour / Calendrier / 2018 / Ryder Cup / Actus / Ryder Cup 2018 / L'Europe maintient les États-Unis à distance

L'Europe maintient les États-Unis à distance

Avec deux victoires de part et d'autre, Européens et Américains se sont partagés les foursomes ce samedi après-midi. Le Vieux Continent mène 10 à 6 avant les simples de dimanche.

Justin Rose et Henrik Stenson
Sixième victoire en 8 doubles pour Justin Rose et Henrik Stenson ! Christian Petersen / Getty Images Europe - AFP
28-30
septembre
RYDER CUP
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

Le coup

Le putt d'Henrik Stenson au 17, qui assurait à l'Europe le point du premier quatre-balles de l'après-midi. Associé à Justin Rose pour la huitième fois de sa carrière en Ryder Cup, le Suédois a offert à son coéquipier une sixième victoire, la deuxième en 2018.

La stat' : 2

Deux fois depuis 1979, date où le format actuel de 28 points au total a été adopté, deux équipes sont parvenues à remporter la Ryder Cup après avoir été menées 10-6 à la veille des simples. Les États-Unis furent les premiers à le faire en 1999 à Brookline, et les Européens ont répliqué en 2012 à Medinah.

La paire : Francesco Molinari et Tommy Fleetwood

Auteurs de trois succès dans leurs trois premiers matchs, l'Italien et l'Anglais ont livré une nouvelle démonstration cet après-midi pour remporter leur foursome, 5&4 face à Tiger Woods et Bryson DeChambeau. Les héros européens de la semaine deviennent seulement la deuxième paire de l'histoire, après les Américains Lanny Wadkins et Larry Nelson en 1979, à remporter leurs quatre doubles.

La décla : Justin Rose

Nous n'avons pas produit un jeu de rêve, nous n'avons été à 100 % aujourd'hui, mais nous avons fait ce qu'il fallait. Et Henrik a eu – est-ce que je peux le dire au micro ? – des c... d'acier pour rentrer ses putts au 16 et au 17 !

Le résumé

Après deux sessions outrageusement dominées par les Européens, qui ont amassé sept points sur huit possibles entre les foursomes de vendredi après-midi et les quatre-balles de ce matin, la réaction américaine ce samedi après-midi était attendue. Et elle a bien eu lieu. Mais d'un point de vue comptable, rien n'a changé puisque le Vieux Continent devance toujours le Nouveau Monde de quatre points. À la veille des douze simples, cet avantage est presque une garantie de victoire finale : depuis 1979, année où les joueurs d'Europe continentale sont venus renforcer leurs homologues britanniques et irlandais, et où le format actuel à 28 points a été adopté, on ne dénombre que cinq come-backs gagnants. Et seulement deux après un score de 10 à 6 le samedi soir, le premier par les États-Unis à Brookline en 1999, le second par les Européens à Medinah en 2012.

Premiers au front, Henrik Stenson et Justin Rose se sont parfaitement acquittés de leur mission. Laissés au repos par Thomas Bjørn ce matin, le Suédois et l'Anglais ont décroché leur sixième succès en double en huit associations. Une victoire acquise à l'expérience, malgré un départ poussif (bogey au 1), face à Dustin Johnson et Brooks Koepka. Bien plus réguliers au driving que leurs rivaux, Stenson et Rose ont surtout retrouvé de la réussite au putting au moment le plus important : à la fin. Deux putts ultra-solides de « Iceman » au 16 et au 17 ont ainsi offert à l'Europe son neuvième point, sur le score de 2&1.

Impériaux comme depuis le début de la semaine, Tommy Fleetwood et Francesco Molinari sont quant à eux rentrés dans l'histoire en remportant leur quatrième double ! Face à une paire Woods-DeChambeau dépassée, le duo anglo-italien a une fois de plus régalé, enquillant quatre birdies sans concéder le moindre bogey pour une victoire écrasante, 5&4. Un triomphe, le troisième pour eux face à un Tiger Woods méconnaissable par rapport à sa victoire au Tour Championship il y a seulement six jours, qui a permis à l'Europe de mener brièvement 10 à 4.

Les deux autres foursomes ont en revanche tourné à l'avantage des boys de Jim Furyk. Excellents et parfaitement complémentaires, Bubba Watson et Webb Simpson sont facilement venus à bout de Sergio Garcia et Alex Norén, nettement moins précis qu'hier. Les Américains, auteurs de six birdies et un eagle (sur le par 5 du trou n° 14) se sont imposés 3&2. Et ce malgré un curieux trou n° 2 partagé avec des triples bogeys, une première dans l'histoire de la compétition ! Enfin, dans le dernier match de la journée, Rory McIlroy et Ian Poulter ont rapidement pris l'avantage sur Jordan Spieth et Justin Thomas, mais n'ont pas tenu la distance. Les stars européennes ont remporté les deux premiers trous... et puis c'est tout, laissant leurs adversaires s'imposer 4&3.

Les simples de dimanche

Match n° 17 (12 h 05) : Rory McIlroy (Europe) / Justin Thomas (États-Unis)
Match n° 18 (12 h 17) : Paul Casey (Europe) / Brooks Koepka (États-Unis)
Match n° 19 (12 h 29) : Justin Rose (Europe) / Webb Simpson (États-Unis)
Match n° 20 (12 h 41) : Jon Rahm (Europe) / Tiger Woods (États-Unis)
Match n° 21 (12 h 53) : Tommy Fleetwood (Europe) / Tony Finau (États-Unis)
Match n° 22 (13 h 05) : Ian Poulter (Europe) / Dustin Johnson (États-Unis)
Match n° 23 (13 h 17) : Thorbjørn Olesen (Europe) / Jordan Spieth (États-Unis)
Match n° 24 (13 h 29) : Sergio Garcia (Europe) / Rickie Fowler (États-Unis)
Match n° 25 (13 h 41) : Francesco Molinari (Europe) / Phil Mickelson (États-Unis)
Match n° 26 (13 h 53) : Tyrrell Hatton (Europe) / Patrick Reed (États-Unis)
Match n° 27 (14 h 05) : Henrik Stenson (Europe) / Bubba Watson (États-Unis)
Match n° 28 (14 h 17) : Alex Norén (Europe) / Bryson DeChambeau (États-Unis)


Par Alexandre MAZAS
29 septembre 2018