Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / European Tour / Calendrier / 2018 / Ryder Cup / Actus / Ryder Cup 2018 / Thomas Bjørn : « La meilleure équipe dont j'ai jamais fait partie »

Thomas Bjørn : « La meilleure équipe dont j'ai jamais fait partie »

De la joie chez les Européens, de la déception chez les Américains mais la reconnaissance que le Vieux Continent est décidemment leur bête noire.

Equipe européenne
Les Européens célébrant leur victoire. Andrew Redington / Getty Images Europe - AFP
28-30
septembre
RYDER CUP
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

Thomas Bjørn

« Que chaque joueur marque au moins un point n'arrive pas souvent. Tout le monde a joué son rôle dans cette victoire. Certains ont joué cinq matchs et d'autres deux, mais tous ont contribué. Quand j'ai joué en Ryder Cup, je ne me souciais pas de savoir combien de matchs je jouais, tant qu'on gagnait. Je crois que c'est ça, l'esprit d'équipe. C'est ce que nous ressentons tous ce soir. C'est la meilleure équipe dont j'ai jamais fait partie. Il y avait du calme, de la détermination, du plaisir. »

Ian Poulter

« L'équipe mise en place par Thomas (Bjørn), ceux qu'on ne voit pas, sont ceux qui nous ont le plus aidé. Les vice-capitaines, le staff en coulisse, les cuisiniers, les nutritionnistes, les kinés, les caddies, les épouses... La liste est longue. Vous ne voyez que douze joueurs face à vous ce soir, mais cette victoire est celle de tout un groupe. »

Francesco Molinari

« La Ryder Cup n’est pas une affaire individuelle. J’ai déjà gagné deux Ryder Cup sans avoir gagné un point avant cette semaine. Mais ces cinq points que j’ai gagnés, c’est une histoire d’équipe. Nous l’avons fait ensemble. »

Jon Rahm

« Depuis que j’ai su que je jouais contre Tiger Woods, beaucoup de choses m’ont traversé l’esprit. J’ai pensé que ce match arrivait pour une raison, je ne peux pas expliquer laquelle, mais c’est ce que je ressentais. J’ai joué contre le joueur le plus intimidant de l’histoire et les pronostics étaient en sa faveur. Je devais jouer mon meilleur golf et je l’ai fait. Et ce dernier putt, il était adressé à Seve (Ballesteros). »

Sergio Garcia

« Je n’ai pas l’habitude de pleurer, mais là…. Grand merci à Thomas (Bjørn) de m’avoir pris comme wild card et de croire en moi. Je suis heureux de ramener le trophée à Paris et en Europe. Devenir le plus grand marqueur de points de l’équipe européenne est un bonus. Mais tout ça a permis d’aider l’équipe à gagner. »

Alex Norén

« J’ai essayé de finir sur une belle note mais j’avoue que c’était plus facile quand le boulot avait été fini auparavant par les copains. La Ryder Cup ne ressemble à aucun autre tournoi. De se battre pour son équipe m’a fait presque pleurer après ma victoire en double le premier jour. »

Rory McIlroy

« Le parcours du Golf National est vraiment taillé pour de grands événements. Et ces tribunes comme celle du 1 étaient incroyables. Je suis heureux que la Ryder Cup soit venue à Paris, et j’espère qu’elle y reviendra un jour. »

Jim Furyk

« Je suis très fier de mes joueurs. Un moment de la journée, on sentait que la remontée était possible. Mes gars avaient mis la pression sur les Européens. Mais on n’a pas pu aller au bout. Thomas (Bjørn) a été un meilleur capitaine que moi. Je n’ai rien de plus à dire. Et je tire mon chapeau à l’équipe européenne qui nous a surclassés. »

Grégory Havret, assistant de Robert Karlsson

« C’est la victoire de l’esprit du jeu traditionnel, de l’essence du golf. Le parcours était préparé dans le respect de cet esprit où il faut savoir se mettre sur les fairways dans les mises en jeu. C’est comme ça que le golf doit être joué. Pas sur des fairways de 80 mètres de large où on peut envoyer la balle n’importe où. Là, l’intendant de terrain du Golf National et ses équipes ont fait un boulot phénoménal qui a été reconnu et salué par tous. »


Par Jean-François BESSEY
30 septembre 2018