Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / European Tour / Calendrier / 2019 / Amundi Open de France / Amundi Open de France : Larcelet n’a pas raté la première marche

Amundi Open de France : Larcelet n’a pas raté la première marche

Pour son premier tournoi sur le Tour européen, dont il est le benjamin du haut de ses 17 ans, Charles Larcelet a répondu présent. Après avoir brièvement occupé la tête du tournoi sur son aller, il a rendu une carte dans le par, pour une 50e place laissant intactes ses chances de passer le cut. Le tout sous les yeux d’un Thomas Levet convaincu.

Charles Larcelet a été le meilleur des trois amateurs de cette première journée. Frédéric Stevens / ffgolf
17-20
octobre
AMUNDI OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

« Exceptionnel ! Bravo Charles ! » L’enthousiasme de Thomas Levet sur le bord d’un parcours de golf n’est plus à présenter. Mais cette fois, la source de ce cri du cœur, lancé des hauteurs du green du 1, est un amateur de 17 ans, qui vient de distiller une sortie de bunker magistrale, et s’apprête à sauver son par sans trembler dans la foulée.

Trembler est d’ailleurs rare chez le bonhomme, un dénommé Charles Larcelet, qui dispute cette semaine un tournoi du Tour européen pour la première fois de sa carrière. Il l’a prouvé cette saison lors de sa victoire aux Internationaux de France messieurs, et en ayant été l’un des fers de lance de l’équipe de France Boys, lors de sa conquête de la couronne européenne début juillet.

Bien démarré, bien résisté

Ce jeudi, sa première apparition dans l’élite continentale ne l’a pas davantage délogé de ses chausses. L’Aubois, parti du 10, a même démarré plein badin, avec un premier birdie sur le par 5 du 14 consécutif à un bon coup de wedge, puis un putt solide rentré au 15 pour doubler la mise, avant de la tripler de manière similaire au 17.

Une mise en jeu dans le rough à droite au 18 l’a contraint à concéder son premier bogey, avant qu’un drive dans l’eau puis trois putts ne fassent du 3, conclu d’un double bogey, le principal accident de sa partie. Le joueur de la Forêt d’Orient a repassé la marche avant sur les trous suivants, se procurant de belles occasions (non converties) de birdie. Mais après un bogey au 8 sur une petite erreur de club, il a finalement retrouvé l’ouverture sur son dernier trou, glissant un ultime long putt au fond pour terminer dans le par, et occuper le 50e rang, avec deux coups de marge sur le cut (très) provisoire.

Levet : « Tu ne te prends ni pour Tiger Woods, ni pour Dieu »

Au sortir du parcours, Thomas Levet, qui lui a dicté tous les axes de jeu à privilégier lors des parties de reconnaissance, ne pouvait être que satisfait : « Le début de sa partie, ça montre un caractère assez fort. Être -3 au 8 en tête de l’Open de France à 17 ans, il va s’en souvenir toute sa carrière.  Après, il fait la carte dans le par d’un gamin de 17 ans : très bien au début, et puis à un moment, une grosse faiblesse sur le 3. Mais à la fin, je trouve que son score dans le par est très bien pour une première journée, c’est mérité avec ce qu’il a fait aujourd’hui. »

Chez Nicolas Subrin, coach de Charles Larcelet, la satisfaction est également présente, mais la surprise pas tant que ça : « Cela confirme ce que l’on pense, à savoir que c’est un excellent joueur, et qu’il a encore quelques petites choses à faire progresser pour être parmi les meilleurs. Lui, il fallait qu’il se persuade qu’il était à sa place, c’était le défi dans la préparation de cette semaine. Mais là, il a bien vu qu’il était aussi précis que les autres, et qu’il tapait ses drives aussi loin. »

Une deuxième journée pour confirmer

Après cette bonne première levée, l’enjeu de la deuxième tient en trois lettres : cut. Même si l’intéressé s’en défend… ou plutôt met l’accent ailleurs. « Il faut rester sur les objectifs que je me suis fixés en début de semaine, qui sont des objectifs de moyens, précise Charles Larcelet. Je me contente de faire mon job, et le score, on verra ensuite. Le jeu est là, il faut se faire plaisir, et continuer comme ça. »

Pour Thomas Levet, le cut représente clairement l’objectif de vendredi : « Il y aura de toute façon un moment avec un coup de chauffe, vers les trous 12, 13 et 14. Il faut s’y attendre, et lui dire de jouer son jeu. Moi, depuis que je le connais, je lui dis "Charles, reste Charles. Tu ne te prends ni pour Tiger Woods ni pour Dieu, tu es Charles Larcelet, et tu fais avec tes armes du jour." Ça va probablement bien se passer, parce qu’il est en très bonne forme. » Départ pour lui vendredi à 12 h 40 du 1.

Le post social


Par William LECOQ
17 octobre 2019