Masters, ce qu'il faut savoir de ce tournoi pas comme les autres

L’Augusta National Invitational Tournament a été créé en 1934 par le légendaire golfeur américain Bobby Jones, et le banquier Clifford Roberts, qui deviendra président de l'Augusta National Golf Club. Le tournoi ne prendra le nom de Masters qu’en 1939.

C’est le premier Majeur de la série annuelle de quatre, et il se joue toujours sur le parcours américain du Augusta National Golf Club, en Géorgie, seul parcours au monde à accueillir chaque année un Majeur.

Le parcours a été tracé sur une ancienne pépinière du XIXe siècle, raison pour laquelle on y dénombre quelque 80.000 fleurs de 350 espèces différentes, des milliers d'azalées et de magnolias, chaque trou portant un nom de fleur.

Le club-house était la demeure de Dennis Redmond le propriétaire de la pépinière. Construit en 1854, et partiellement détruit lors du tremblement de terre de 1886, il est surmonté d’une coupole, assez typique du style architectural sudiste, le Crow’s Nest, où logent les amateurs invités au Masters.

Le parcours de l'Augusta National Golf Club a été dessiné par Alister Mackenzie et Bobby Jones. Son dessin sera inversé dès l’édition 1935, le 1 devenant le 10.

Trois ponts agrémentent le parcours.  Le Hogan Bridge au trou n°12, en hommage au score de 274 (-14) signé par Ben Hogan en 1953. Le Nelson Bridge sur le 13 pour l’eagle qui permit à Byron Nelson de gagner l’édition de 1937. Le Sarazen Bridge sur le 15 pour l’albatros signé par Gene Sarazen en 1935.

L’Amen Corner est constitué des trous 11, 12 et 13, baptisés ainsi par le journaliste Herbert Warren Wind dans un article paru le 21 avril 1958 dans Sports Illustrated. Il avait repris ce terme à la chanson Shoutin’in that Amen Corner, de la chanteuse de jazz Mildrey Bailey, pour rendre compte du duel que s'y livrèrent en 1958 Arnold Palmer, et Ken Venturi.

La fameuse veste verte, qui appartient aux membres de l’Augusta National Golf Club, ne se porte pas en dehors de l'enceinte « sacrée ». Ces membres seraient au nombre de 300. Dont un Français: l'avocat Pierre Bechmann.

Parmi les prix décernés au vainqueur, outre les gains monétaires, une invitation à vie, une médaille en Or, et son nom sur le Trophée qui trône au club house, la veste verte fait particulièrement rêver tous les prétendants à la victoire.

Symbole de l’Augusta National Golf Club, la veste verte était adoptée par les membres du club en 1937. Elle est offerte aux vainqueurs depuis 1949, avec Sam Snead comme premier acteur.

Le vainqueur la garde pendant un an mais la restitue ensuite, seul le tenant du titre ayant le droit de la porter en dehors des fairways d’Augusta. Et c’est traditionnellement le vainqueur de l’année précédente qui aide le nouveau vainqueur à enfiler sa veste lors de la remise des prix.

Le meilleur amateur reçoit la Silver Cup.

Le diner des champions ou « Masters Club » a été initié par Ben Hogan en 1952. Il réunit le mardi du Masters les anciens vainqueurs du tournoi et le menu est choisi par le tenant du titre. Cuisine espagnole pour le menu élaboré par Sergio Garcia en 2018, autre style en 1998 pour le menu du très jeune Tiger Woods (cheeseburgers, french fries, milkshakes…)

Le Par 3 Contest : disputé pour la première fois en 1960, il se joue sur un 9 trous pitch & putt (par 27 de 969 mètres) dessiné autour de l’lke’s Pond. Jusqu’à aujourd’hui, aucun vainqueur de cette mini-compétition n’a remporté quatre jours plus tard le Masters…

En préambule du tournoi, le mercredi, le traditionnel "Par 3 Contest" : c’est en 1960 que ce concours de Par 3 est disputé pour la première fois, sur un 9 trous pitch & putt (par 27 de 969 mètres) dessiné autour de l’lke’s Pond, là où le premier président d’Augusta, Clifford Roberts, s’est suicidé d’un coup de revolver, à l’automne 1977. Jusqu’à aujourd’hui, aucun vainqueur de cette mini-compétition n’a remporté quatre jours plus tard le Masters.

Depuis 2008 les jeunes sont à l’honneur avec l’instauration du Junior Pass programm, puis, depuis 2013 le Drive, pitch and Putt.

La cérémonie du tee shot inaugural le jeudi et les starters honoraires. Ce rituel remonte à 1963, avec Jock Hutchison et Fred McLeod comme premiers « honorary starters ». Gene Sarazen, Byron Nelson, Ken Venturi, Sam Snead, Arnold Palmer, Jack Nicklaus, Gary Player… prendront leur suite au fil des ans.

Le Masters réunit chaque année le plus petit champ de joueurs de la saison ce qui n’est pas pour rien dans la réputation et le succès de ce tournoi. Depuis 1972, il n'y a plus de billets en vente, exception faites des journées d’entrainement. Joueurs comme spectateurs sont triés sur le volet !

C’est la seule épreuve du Grand Chelem dont les participants ne passent pas par des tournois de qualification. Les quelque 80 participants sont « invités » par le Comité d’Augusta qui fixe lui-même les conditions et s’est fait une règle de toujours réserver plusieurs places pour des amateurs. En 2016, avec le retour du golf aux JO, le champion olympique a été ajouté à la liste, dispositif commun à l’ensemble des Majeurs.
Parmi les autres critères qui président au choix du comité du Masters, les anciens vainqueurs sont invités à vie, tandis que chaque année sont conviés les derniers vainqueurs des trois autres Majeurs et du Players Championship (l’officieux 5e Majeur…), le top 50 mondial de la saison précédente et de la semaine précédant le tournoi, le dernier vainqueur de l’US amateur (et son finaliste), du British amateur, de l’Asia-Pacific Amateur, du Latin America Amateur, de l’US Mid-Amateur… et tout autre joueur à la discrétion du comité.