Accueil / Élite / Circuits pro masculins / DP World Tour / Calendrier / 2017 / HNA Open de France / HNA Open de France : Fleetwood au sommet, Lorenzo Vera au British

HNA Open de France : Fleetwood au sommet, Lorenzo Vera au British

L'Anglais Tommy Fleewood a remporté ce dimanche la 101e édition du HNA Open de France. Brillant troisième, Michaël Lorenzo Vera s'est qualifié pour le British Open dans quinze jours.

29 juin -
2 juil.
HNA OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : DP World Tour

>>> Les résultats

Un par admirablement sauvé au 18 a été, pour Tommy Fleetwood, la touche finale apportée à une carte jusque là parfaite. Immaculée, en tous cas, puisque l'Anglais, quatrième tête de série du tournoi en termes de classement mondial (21e), avait auparavant enquillé cinq birdies sur un Albatros toujours aussi redoutable, sans y laisser la moindre plume. Il fallait juste espérer que Peter Uihlein, revenu tardivement au contact grâce à quatre birdies en sept trous du 11 au 17, n'en ajoute pas un de plus au 18 pour partir en play-off. Il n'en fut rien, et en voyant l'Américain manquer la cible sur une sortie de bunker de la dernière chance, Fleetwood pouvait savourer un triomphe amplement mérité. Avec des cartes de 67, 68, 71 et 66, seize birdies sur l'ensemble de la semaine et seulement quatre bogeys concédés, le vainqueur de l'Abu Dhabi HSBC Championship au mois de janvier soulève son deuxième trophée de la saison, signe son sixième top 10 sur le Tour européen en 2017 et s'empare de la tête de la Race to Dubai, en attendant une probable incursion dans le top 15 mondial dès demain. Dix ans après Graeme Storm, le HNA Open de France s'offre un nouveau vainqueur Anglais, l'un des plus prometteurs et charismatiques de la nouvelle génération d'outre-Manche.

Lorenzo Vera, un ticket pour Birkdale

66, c'est aussi le score réalisé ce dimanche par Michaël Lorenzo Vera, auteur de six birdies (dont quatre au retour) contre un seul bogey. « Je sens que ça tourne en ma faveur quand je rentre le putt pour le par à 2,50 m au 12, et au 13 quand j'arrive à planter le drapeau alors que Lee Westwood vient de boiter pour eagle depuis le rough », raconte-t-il. Au 15, après un coup de fer flirtant avec l'obstacle d'eau, son long putt depuis la bordure du green trouve la cible. Rebelote au 18, où un fer 8 totalement maîtrisé lui offre une dernière chance de birdie à 5 m, dument rentré sous les hourras de la foule. « Le public a été fantastique, comme depuis le début de la semaine, et comme tous les ans. Le jeu était beaucoup plus complet qu'il y a deux ans et les émotions mieux gérées, donc c'est bien mon meilleur open de France », se réjouit-il.

« Enfin ! »

Parti 16e ce dimanche, le Basque se hisse sur la troisième marche du podium à -8, à quatre coups du vainqueur et à égalité avec le Danois Thorbjørn Olesen et le Suédois Alexander Björk. Comme il y a deux ans où il avait brillé le dimanche pour terminer 6e et meilleur Bleu, « MLV » a donc conclu en beauté son open national. Seule différence, pour le moins notable : une qualification décrochée pour le 146e British Open, qui aura lieu du 20 au 23 juillet prochain au Royal Birkdale. « Enfin, j'ai envie de dire ! Ça fait dix ans que je suis pro et que je bosse comme un âne, sans parler de mes années amateur où je ne chômais pas non plus. Donc, enfin ! » s'enthousiasme celui qui disputera le premier Majeur de sa carrière. Une belle récompense pour l'élève de Benoît Ducoulombier, qui n'a pas joué une seule fois au-dessus du par cette semaine, grâce à une attitude qu'il juge très satisfaisante. « J'essaie de rester juste entre les deux niveaux d'émotion où je sais que je peux performer, et j'ai quelques clés pour le faire. Tout ce que j'essaie de faire, c'est d'être bien, de maîtriser mes émotions », explique-t-il.

De bons top 20 pour Gary Stal et Adrien Saddier

Solide aujourd'hui, de son propre aveu encore plus que lors des trois tours précédents, Gary Stal a conclu sa belle semaine par une carte de 70 (-1) synonyme de 16e place à -3. En signant de très loin sa meilleure performance de la saison, le Lyonnais ne cachait pas sa satisfaction : « J'aurais pu scorer plus bas que ça, mais je suis quand même content d'avoir fait -1. Le bilan est très positif, et ça tombe bien de faire un top 20 dans un Rolex Series. C'est de bon augure pour la suite. Je vais marquer pas mal de points, mais il me reste encore pas mal de taf », indique lucidement le nouveau 120e de la Race to Dubai (64 places de gagnées). Stal partage le 16e rang avec Adrien Saddier, 10e samedi soir, qui a concédé un 72 (+1) avec trois birdies et quatre bogeys, dont un au 18. Pas de quoi cependant gâcher la bonne humeur du Haut-Savoyard : « C'était une semaine bonus, je finis dans le top 20, donc ça fait plaisir, surtout dans mon open national. Je ne retiens que du positif : je suis au contact des meilleurs joueurs dans un champ énorme, donc ça va sûrement booster ma deuxième partie de saison. Ça donne envie de revenir l'an prochain, et de travailler encore plus dur pour que les portes du Tour s'ouvrent un jour ou l'autre », déclare le joueur du Challenge Tour, bien parti cette saison sur la deuxième division européenne (5e actuellement) pour accéder à l'élite en 2018.

Havret un peu déçu

Quatrième Français dans le top 25 de ce HNA Open de France pluvieux, Grégory Havret termine 23e à -2 avec un dernier tour en 73 (+1). « Avec mon bon départ, -2 à l'aller, j'espérais forcément mieux que de jouer +3 au retour. Ça me coûte assez cher, mais bon, ça reste une très bonne semaine, avec beaucoup de bons coups et peu de ratés. Je me sentais vraiment bien, j'avais l'impression de pouvoir faire beaucoup mieux, mais ça terminera entre 20 et 25e. Un peu déçu, donc », déclare le vétéran, qui passe 84e de la Race (+19). Les six autres Tricolores dans le cut, partis plus tôt dans la matinée, ont en revanche terminé très loin : Romain Langasque (73) est 50e à +4, Grégory Bourdy (73) est 57e à +6 tout comme Alexander Levy (76), Julien Quesne (73) finit 62e à +8, Damien Perrier (76) se classe 66e à +10, et enfin Sébastien Gros (77) est 69e à +12.


Par Alexandre Mazas, à Guyancourt
2 juillet 2017