Accueil / Élite / Circuits pro masculins / European Tour / Calendrier / 2018 / Ryder Cup / Actus / Actions fédérales / Pascal Grizot/Keith Pelley : « Nos contacts sont quotidiens »

Pascal Grizot/Keith Pelley : « Nos contacts sont quotidiens »

Keith Pelley, directeur exécutif de la PGA European Tour, et Pascal Grizot, président de la commission Ryder Cup France 2018, se félicitent de la collaboration quotidienne entre le circuit européen et la Fédération française de golf. Car la France est un acteur très important du Tour européen.

Keith Pelley et Pascal Grizot
28-30
septembre
RYDER CUP
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

Keith, êtes-vous satisfait de tout ce vous voyez autour de vous au Golf National?
Keith Pelley : Je vois un événement de première classe, il n’y a aucun doute là-dessus. Grâce à l’implication de HNA et de Rolex et aux bonnes relations que nous avons avec la Fédération française de golf, tout marche à merveille, ici. D’ailleurs, les commentaires des joueurs sont unanimement élogieux.

Et vous Pascal, quelle est votre opinion sur cet Open de France version 2017 ?
Pascal Grizot : Intégrer les Rolex Series donne également des responsabilités car ce tournoi fait désormais partie des huit plus grosses épreuves du circuit. Nous avons donc un rang à tenir. Avec l’arrivée d’un nouveau promoteur, la PGA European Tour, de nouvelles choses ont été mises en place – que vous ne retrouverez pas forcément lors de la Ryder Cup – qui augmentent encore un peu plus l’importance du tournoi.

En somme, vous nous affirmez que le HNA Open de France a franchi un nouveau palier ?
Keith Pelley : Je pense que oui. Mais l'Open de France a déjà, à lui seul, une histoire très longue que nous avons fêtée l’an passé à l’occasion de son centenaire. Pour sa 101e édition, nous l’avons fait basculer dans une nouvelle ère. Avoir un nouveau sponsor principal, le groupe chinois HNA, et intégrer les Rolex Series en est la première étape.

Keith Pelley : « On peut s'appeler dix fois par jour au téléphone »

Avec l’arrivée de HNA, sponsor principal de l’Open de France, l’ouverture vers la Chine et l’Asie est-elle primordiale pour le tournoi ?
Pascal Grizot : Le plus important était d’abord de trouver un nouveau sponsor. Et nous sommes vraiment heureux de travailler avec HNA, une société qui a plusieurs cordes à son arc : aviation, immobilier, logistique, transports, hôtellerie, tourisme… L’attractivité de la France en termes de tourisme n’est plus à démontrer. Ce n’est donc pas un hasard qu’un sponsor du calibre de HNA ait été séduit par l’Open de France qui se dispute près de Paris. N’oublions que la capitale est un point d’attraction pour le monde entier.

Quels changements avez-vous opéré sur le tournoi ?
Keith Pelley : Nous avons créé quelque chose de spécial pour l’Open de France Vous pouvez entrevoir cette année ce que doit être un grand tournoi. Grâce à l’apport de HNA et de l’inscription dans les Rolex Series, nous avons considérablement agrandi et réaménagé le Players Lounge ainsi que le Media Center, nous avons multiplié la surface du Village des exposants, renforcé les activités dans le village, étendu la couverture télévisée à l’international.

En raison de l’Open de France et la Ryder Cup, la Fédération française de golf et l’European Tour ne se quittent donc plus ?
Keith Pelley : Nous avons établi entre nous une relation excellente. Elle ne cesse de se renforcer à mesure que la Ryder Cup 2018 approche. Nous sommes en communication permanente, je dirais même au quotidien. Parfois, avec Pascal, on peut s’appeler dix fois par jour au téléphone !

Pascal Grizot : « L’expérience Ryder Cup ne va pas se limiter au Golf National »

Les relations entre le Tour européen et la Fédération sont donc de plus en plus fortes ?
Keith Pelley : Elles sont très fortes, car nos relations ne se limitent pas aux seuls tournois cités plus haut. Il y a aussi les trois tournois du Challenge Tour et le Senior Tour qui nous permet de travailler ensemble. La Fédération fait un énorme travail pour développer le golf. La France compte plus de 400 000 joueurs, de nombreuses installations pour le petit jeu ont été construites, de plus en plus de joueurs professionnels rejoignent le Tour et nous pouvons constater leur évolution année après année dans le classement mondial.

Pascal Grizot : Les relations entre nos deux organismes ont toujours été fortes et elles se sont renforcées depuis deux ans. Comme la confiance est grande entre nous, tout est devenu simple dans nos rapports.

Cette relation privilégiée va-t-elle se poursuivre après la Ryder Cup 2018 ?
Keith Pelley : Absolument. La Ryder Cup offre une opportunité de business unique très importante pour nous. La Ryder Cup est une épreuve qui laisse aussi un héritage partout où elle se déroule. Pour notre circuit, la France est un pays qui a toujours répondu présent. Elle fait de l’histoire du golf européen.

Pascal Grizot : En France, nous avons non seulement l’Open de France et la Ryder Cup, mais aussi des tournois du Challenge Tour, le Senior Tour, l’Évian Championship… Pouvoir offrir autant de magnifiques épreuves est unique en Europe. Tous ces tournois permettent de développer le jeu de golf et de créer de nouveaux pratiquants. A la Fédération, nous sommes très heureux de cet outil qu’est le Golf National pour lequel de gros investissements ont été consentis. Des investissements qui ne servent pas uniquement à la Ryder Cup, car ils sont tout aussi utiles pour l’Open de France. Tout ce qui est bon pour la Ryder Cup l’est pour l’Open de France, et inversement. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle notre partenaire chinois a accepté de sponsoriser l’Open de France. Il savait qu’en termes de logistiques, tout était déjà en place pour créer un bel événement.

Êtes-vous impatient d’être à la Ryder Cup au Golf National ?
Keith Pelley : Je serai là, c’est sûr, j’essaierai de me libérer une journée (rires). Non, je serai là un mois avant le début de la compétition.
Pascal Grizot : Je voudrais conclure en rappelant que pour les spectateurs, l’expérience Ryder Cup ne va pas se limiter au Golf National. Ce sera une expérience globale car nous avons avec Paris, le château de Versailles, la tour Eiffel… toutes les capacités pour accueillir dans les meilleures conditions tous les fans de golf. Et si nous avons autant d‘Américains qui se sont inscrits sur le compte de billetterie, c’est en partie grâce au rayonnement de Paris dans le monde.


Par Propos recueillis par Jean-François Bessey
30 juin 2017