Accueil / Élite / Circuits pro masculins / European Tour / Calendrier / 2018 / Ryder Cup / Actus / Infos pratiques / Ryder Cup 2018 - Edward Kitson : « Préférez les transports en commun »

Ryder Cup 2018 - Edward Kitson : « Préférez les transports en commun »

La sécurité et le transport sont deux aspects très importants de l’organisation de la Ryder Cup. Décryptage avec Edward Kitson, le patron de ces deux secteurs à Ryder Cup Europe.

28-30
septembre
RYDER CUP
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

En raison des menaces terroristes qui pèsent sur la France, avez-vous réévalué le budget sécurité de la Ryder Cup ?
Edward Kitson : Nous travaillons sur un plan de sécurité très important, en étroite collaboration avec la police et les autorités françaises. Nous devons encore affiner un certain nombre de détails. En Écosse, le plan était très détaillé, très précis. Nous pensons mettre sur pied un dispositif similaire en 2018, bien que nous devons prendre en compte les spécificités locales. Cela fera de nous les leaders de ce type de dispositifs dans le monde de l’événementiel golfique.

Quel pourcentage représente la sécurité dans le budget global de la Ryder Cup ?
Je ne peux pas révéler le bugdet que nous accordons à la sécurité, c’est un chiffre confidentiel. De plus, nous sommes à quinze mois de la Ryder Cup, certaines choses peuvent être amenées à changer. C’est en tout cas un investissement conséquent.

Et quelle est la part du budget allouée aux transports ?
Là aussi, on est encore un peu loin de l’événement pour pouvoir donner une estimation précise car certains aspects du plan transports ne sont pas encore finalisés. Nous allons nous consacrer notamment à la question du transport des spectateurs vers le Golf National depuis les parkings et les gares. Nous avons aussi investi dans la création de parkings et de navettes à destination du site car nous espérons accueillir environ 51 000 personnes par jour, sans compter le personnel, la sécurité et les volontaires sur le site du Golf National.

Quel est votre plan concernant les transports en commun ?
Nous allons encourager au maximum les gens à venir en train. Nous tablons en effet sur 60 % de spectateurs qui choisiraient cette formule de transport car le Golf National sera très bien desservi par les gares de Saint-Quentin-en-Yvelines et Massy. Les spectateurs pourront donc rejoindre l’une ou l’autre de ces gares facilement depuis Paris, puis être amenés au Golf National par des navettes. Bien sûr, ceux qui n’auront pas accès facilement au train devront venir en voiture.

Et pour ceux qui choisiront de prendre leur voiture, à quelle distance du Golf National les parkings seront-ils situés ?
Pour l’instant, nous disposons de trois parkings dédiés, et nous faisons notre possible pour en finaliser un quatrième. D’ici le mois d’octobre prochain, nous communiquerons sur les options disponibles pour réserver des places sur l’un d’entre eux. Globalement, nous sommes optimistes : ce plan de transport est le fruit d’un bon travail d’équipes.

"Aussi bien des parkings que des gares, il ne faudra pas plus de 15 minutes pour rejoindre le Golf National"

Une fois leurs voitures garés, comment les spectateurs seront acheminés sur le site ?

Ils seront transportés par des navettes, nous en prévoyons 300 qui se chargeront des spectateurs aussi bien des parkings que des gares. De ces deux points, il ne faudra pas plus de 15 minutes pour rejoindre le Golf National. Certaines navettes feront également le trajet directement depuis les hôtels.

Avec quels organismes de transport travaillez-vous ?
Nous travaillons étroitement avec toutes les autorités et organismes concernés, comme la RATP et la SNCF, pour mettre ce dispositif en place. Les pouvoirs locaux sont également investis : les préfectures, la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et la commune de Massy. Tout comme la police, les pompiers, les ambulanciers… Nous nous réunissons régulièrement avec tous les acteurs concernés pour assurer l’organisation, les transports et la sécurité de l’événement.

Depuis quand remontent les premiers contacts avec ces organismes ?
Notre première réunion doit remonter à dix-huit mois. Les réunions se font plus régulières, environ tous les trimestres. En 2018, nous allons passer à un rythme d’une réunion tous les deux mois. À l’heure actuelle, nous sommes plutôt confiants, tout le monde travaille avec l’objectif commun d’organiser une Ryder Cup réussie. C’est très important pour nous de travailler en bonne intelligence avec tout le monde et d’obtenir le soutien local dont nous avons besoin.

"La RATP nous a promis des offres intéressantes pour les billets de transport des spectateurs"

Quels conseils donneriez-vous aux spectateurs pour assister à la Ryder Cup ?
Nous allons vraiment insister pour que les gens prennent le train. Tout simplement parce que leurs trajets en seront facilités : on sait que la circulation peut être compliqué autour de Paris. De plus, lors d’une récente réunion, la RATP nous a promis des offres intéressantes pour les billets de transport des spectateurs. Cette offre devrait leur permettre de profiter également des merveilles touristiques de Paris et de sa région pendant leur séjour.

Les récents changements de président de la République et de gouvernement ont-t-ils eu des conséquences sur l’organisation ?
Nous avons l’habitude, nous avons rencontré la même situation en Écosse, il y a quelques années. Bien sûr, il est plus simple de travailler tout au long de l’organisation avec les mêmes personnes. Mais il semble que le gouvernement en place est stable, plutôt ouvert et favorable à l’organisation de ce type d’événements sportifs.

Pour finir, l’organisation de la Ryder Cup 2018 est-elle dans les temps ?
Nous sommes satisfaits des progrès réalisés jusqu’ici. Nous espérons avoir conclu tous les accords concernant les transports et la sécurité d’ici le mois d’octobre, ce qui nous permettra de communiquer aux spectateurs les possibilités qui leur seront offertes pour venir à la Ryder Cup dans les meilleures conditions. La participation de nos équipes à l’organisation du dernier HNA Open de France nous a aidés à mieux comprendre les lieux et à anticiper les meilleures façons d’organiser l’événement. Nous ferons également partie de l’organisation du HNA Open de France 2018, pour nous permettre de renforcer ces connaissances à quelques mois de la Ryder Cup.


Par Jean-François Bessey
26 juillet 2017