Entretien des parcours de golf, préparer des gazons sportifs et durables

L’objectif de la préparation des gazons de golf est d’obtenir un couvert végétal dense et homogène, composé de graminées adaptées au site, au climat, au sol et aux contraintes sportives sur chacune des surfaces de jeu.

Côté golfs

Le gazon doit être capable de se régénérer et de résister aux opérations de tontes et d’entretien mécanique. Or, les passages répétés des machines asphyxie progressivement les sols, ce qui peut à terme accroître les carences et favoriser l’apparition de maladies et d’espèces indésirables.

Les opérations mécaniques du sol comme l’aération, la scarification et le sablage sont alors essentielles pour prévenir ces phénomènes. Elles favorisent l’enracinement profond des gazons et améliorent ainsi le drainage, les échanges air et eau, l’accès aux nutriments et la vie des sols. Elles stimulent ainsi les défenses naturelles des gazons, réduisent le stress causé par les opérations de tontes, le piétinement et les aléas climatiques, par exemple en cas de forte pluie, d’humidité importante ou de sécheresse. Elles permettent également de contrôler les organismes nuisibles du sol et ainsi de prévenir leurs dégâts. Surtout, elles visent à maintenir le plus durablement possible, et ce tout au long de l’année, les qualités sportives des gazons. 

L’intensification du travail mécanique du sol ces dernières années, en lieu et place des solutions de traitements conventionnels, constitue le meilleur rempart pour prévenir les maladies, en réduisant l’emploi des produits phytosanitaires. 

Ces derniers restent à ce jour le seul rempart efficace, sur les greens en particulier, pour éviter des dégâts irréversibles qui mettraient en péril l’exploitation des golfs et leurs emplois. Mais des solutions alternatives biologiques et  respectueuses de l’environnement ont fait leur apparition et continuent de se développer.

Côté joueur 

La fermeté des surfaces, le contrôle de la ligne et le maintien d’une vitesse de roule homogène sur l’ensemble du parcours mais pas nécessairement rapide, sont des critères d’appréciation compatibles avec la gestion environnementale qu’il convient de privilégier aux critères esthétiques.

La coloration hétérogène, la présence de tâches, de plantes indésirables (pâquerettes, trèfles, pissenlits…) ne sont pas le signe d’un entretien négligé. Lorsque des tâches apparaissent mais qu’elles n’ont pas d’incidence sur les critères sportifs de jouabilité cités ci-avant, la conduite d’un traitement ou d’une opération mécanique n’est pas systématiquement nécessaire et/ou peut être repoussée à plus tard.

Acceptons les imperfections esthétiques temporaires qui n’enlèvent rien au plaisir du jeu

Gestionnaires, intendants et jardiniers mettent tout en œuvre pour organiser leur planification en minimisant l’impact sur votre pratique du golf. Bien que ces opérations impactent temporairement le jeu et la performance, elles permettent de profiter plus longtemps de d’un haut niveau de jouabilité, et de préparer des parcours plus respectueux de l’environnement, réclamant moins d’eau, d’engrais et de traitements. 

Calons notre jeu sur le rythme des saisons

Les compétitions médiatisées peuvent fausser notre perception de ce qu’est un vrai parcours de golf en toute saison. 

Profitons des plus hauts niveaux de qualité atteignables lorsque la saison est favorable et que les clubs préparent des compétitions importantes. En automne et en hiver, le gazon entre en repos végétatif et ne peut raisonnablement pas offrir la même qualité qu’à la belle saison. Tolérons ces conditions changeantes qui offrent un parcours différent au cours de l’année et apprécions sa valeur au regard des critères objectifs de jouabilité, de ses qualités architecturales paysagères et environnementales. 

Un golfeur qui prend soin de son parcours contribue à sa bonne gestion environnementale

  • Relever correctement les pitchs empêche la formation de cicatrice qui pourrait devenir des foyers à maladies,
  • Réparer les divots en les replaçant ou en les regarnissant, limite la colonisation par des espèces indésirables,
  • Ratisser les bunkers et ne pas escalader les lèvres facilitent le travail des équipes terrain. Les bunkers représentent en effet, après les greens, les surfaces de jeu mobilisant le plus les équipes.

Et permet aux équipes terrain de se mobiliser sur leur mission prioritaire : vous proposer un parcours alliant des aspects sportifs, esthétiques et écologiques.