Les zones protégées

À l’aide de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel, nous avons pu déterminer le nombre de golf ayant au moins une zone protégée sur leur emprise foncière. Plus de 200 golfs sur les 700 en France métropolitaine, soit près de 30% du parc golfique, sont concernés par une ou plusieurs protections environnementales.

Plusieurs investigations naturalistes menées sur des golfs ont démontré que dans certains cas, la mise en place d’une gestion différenciée favorisant l’épanouissement de la biodiversité, ainsi que la valeur du patrimoine paysager et biologique, pourrait leur valoir d’être inscrit en ZNIEFF, labellisant ainsi le travail réalisé par les gestionnaires et intendants de terrain pour préserver et enrichir la biodiversité.

Ces différentes protections environnementales ont pour objectif de concilier et réguler le développement des activités économiques avec les enjeux de préservation des équilibres écologiques naturels, de la biodiversité et des environnements paysagers remarquables.

Parmi les différentes protections environnementales, on peut citer :

  • les ZNIEFF, zones naturelles d’intérêt faunistique et floristique. Il s’agit de secteurs géographiques délimités où des inventaires faune/flore ont été conduits et ont démontré leur valeur en termes d’intérêt biologique et écologique. Ces inventaires sont systématiquement consultés dans le cadre de projet d’aménagement du territoire.
  • Le réseau Natura 2000 : fruit d’une politique de l’Union Européenne destinée à enrayer l’érosion de la biodiversité, ce réseau est constitué d’un ensemble de sites naturels, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces de la flore et de la faune sauvage et des milieux naturels qu’ils abritent. Chaque projet d’aménagement doit ainsi évaluer ses incidences sur le réseau et mettre en œuvre toutes les actions visant à réduire et limiter les impacts potentiels.
  • Les protections réglementaires, arrêtés de protection de biotope, réserves naturelles nationales et régionales… Ces outils de protections permettent aux préfets, aux collectivités territoriales de classer des espaces naturels prioritaires en aires protégées, auxquelles est adjoint la mise en place d’un plan de gestion spécifique.
  • Les protections contractuelles, parcs naturels régionaux notamment. Ces parcs ont pour but de valoriser de vastes espaces à fort intérêt culturel et naturel. La charte matérialise la volonté politique des collectivités locales engagées, de veiller à la protection et au développement durable de ces territoires.