Accueil / Jouer / Jeunes / Equipes de France / Calendrier / 2019 / Championnat d'Europe par équipes Boys / Championnat d'Europe par équipes Boys : La France croque l’Espagne

Championnat d'Europe par équipes Boys : La France croque l’Espagne

Dominateurs de bout en bout, les joueurs de l’équipe de France Boys n’ont fait qu’une bouchée de l’Espagne, pourtant favorite du tournoi. Ils affronteront vendredi la Suède en demi-finale du Championnat d’Europe par équipes.

Boys
Les Bleus peuvent avoir le sourire après ce succès probant face à l'Espagne Alexis Orloff / ffgolf
09-13
juillet
CHAMPIONNAT D'EUROPE PAR ÉQUIPES BOYS
LIEU : GOLF DE CHANTILLY, France
CATÉGORIE : U18

>>> L'album photo du tournoi

Le résumé

À voir leurs mines sombres mercredi soir après avoir bouclé la qualification à la huitième place, on craignait un petit peu que les joueurs de l’équipe de France ne fassent pas le poids face à l’Espagne. Tenante du titre et brillante première à l’issue des deux premiers tours de stroke play, la Roja était l’équipe à éviter en quart de finale. Mais on le sait, au golf la vérité d’un jour est rarement celle du lendemain. Transcendés par l’enjeu d’une place en demi-finale du Championnat d’Europe par équipes, qui plus est à domicile, les Bleus ont coupé l’appétit de l’ogre ibérique à coup de fléchettes et de ficelles venues d’ailleurs. Ils terminent même leur journée invaincus avec une victoire 5,5 à 1,5, et rejoignent donc les demi-finales où les attend la Suède.

Une démonstration en foursome

Quentin Debove et Nathan Trey

Outsiders mais sereins avant d’aborder cette confrontation, les Tricolores n’ont pas tardé à se mettre en confiance lors des foursomes matinaux. Première à s’élancer, la paire Nathan Trey / Quentin Debove affrontait pourtant des clients avec David Puig, meilleur joueur de la qualification, et Alvaro Mueller-Baumgart, maître es putting. Mais ce sont bien les Français qui prenaient le meilleur départ, empochant les deux premiers trous. La doublette espagnole recollait bien à mi-parcours, mais sans jamais faire douter les Bleus. Jamais menés, ils repassaient rapidement devant et abordaient le final avec un trou d’avance (1 Up). Avant le festival Nathan Trey : putt somptueux à six mètres pour partager le trou au 17, puis ficelle exceptionnelle à douze mètres au 18 pour eagle et offrir la victoire aux siens : 2 Up.

La France pouvait sourire. D’autant plus que derrière, Charles Larcelet et Nicolas Muller n’avaient fait qu’une bouchée de Jose Luis Ballester et Albert Boneta. En tête dès le 1, les deux hommes l’avaient finalement emporté au 14 (5&4).

Avec deux points dans l’escarcelle après les foursomes, l’affaire semblait bien embarquée. « On espérait vivre un quart de finale comme ça, ça part bien, confiait même le sélectionneur Benoît Teilleria, soulagé de retrouver ses joueurs en forme après une qualification compliquée. C’est comme en Ryder Cup, à chaque fois on pense que les Américains sont bien plus forts et on les bat bien souvent. Le match play c’est un autre monde. Ce n’est pas encore fini mais ça ne pouvait pas mieux commencer. »

Simples : l’Espagne à terre

Ne manquaient donc plus que deux points aux Français pour passer en demi-finale. Rien d'acquis donc. Mais autant le dire tout de suite, ils n’auront pas vraiment eu l’occasion de se faire peur. À mi-parcours les cinq matchs penchaient côté tricolore. Certains avec une marge qui ne laissait guère de doute sur l’issue de la confrontation. 3 Up au départ du 10, Quentin Debove, aligné dans le deuxième simple filait ainsi tout droit vers la victoire. Tout comme Charles Larcelet et Nathan Trey derrière lui. Les deux autres matchs – ceux de Tom Vaillant et Nicolas Muller - demeuraient eux plus indécis, mais les sourires étaient déjà de sortie du côté du staff. La victoire 4&3 de Debove les renforçaient un petit peu plus, même si les Espagnols ne lâchaient pas et grignotaient du terrain dans les autres simples.

Tom Vaillant

Le point décisif était finalement signé Tom Vaillant, auteur d’une partie fantastique face à Mueller-Baumgart. 1Up à l’attaque du 18, le joueur de Saint Donat aurait pourtant pu trembler après avoir vu son rival déposer son coup de fer à 2 mètres du drapeau. Mais depuis le bord du green, il ne lui laissait aucune chance de recoller en boîtant son chip pour eagle. « Sur ce dernier coup, je me suis dit que c’était comme une pétanque avec mes amis à St Donat, explique-t-il. Je sentais que j’allais la rentrer et je ne me suis pas posé de question. C’est une satisfaction intense d’avoir remporté ce match, car c’était vraiment dur. Alvaro est 9e mondial et ce n’est pas pour rien. Mathieu (Santerre, le reponsable de la filière Boys) m’avait dit de ne me dépasser sur ce match. J’étais un peu frustré de ne pas jouer ce matin donc j’avais envie de prendre ma revanche. »

Le clan tricolore pouvait rugir et rapatrier ses trois autres joueurs encore en piste, car avec ce quatrième point, la victoire était assurée. Un succès sans coup férir, 5,5 à 1,5 (les trois derniers matchs non terminés sont partagés) face à la nation favorite du tournoi. Une victoire qui permet à la France de se hisser en demi-finale où elle affrontera la Suède, tombeuse de la Suisse (5 à 2).

Le mot du coach Benoît Teilleria

« J’en ai les larmes aux yeux. L’Espagne est une super nation. Ils ont explosé la qualif’, ça fait deux ans qu’ils gagnent tout donc les battre c’est exceptionnel. On a vraiment bien joué, on a rehaussé notre niveau de jeu par rapport aux deux premiers jours. Le coach espagnol m’a d’ailleurs demandé “comment vous avez fait pour vous qualifier à la huitième place ?! ” Demain est un autre jour, on verra bien ce qu’il va se passer. »

Les compos de la demi finale


Par Sébastien CACHARD-BERGER
11 juillet 2019