Accueil / Jouer / Jeunes / Equipes de France / Calendrier / 2019 / Championnat d'Europe par équipes Boys / Championnat d’Europe par équipes Boys : Les Bleus éliminent la Suède et filent en finale

Championnat d’Europe par équipes Boys : Les Bleus éliminent la Suède et filent en finale

Après avoir arraché les deux foursomes au finish, les Boys tricolores n’ont fait qu’une bouchée des Suédois lors des simples. Vainqueurs de leur demi-finale 6 à 1, ils rejoignent la finale où les attend une belle équipe d’Allemagne.

Boys
Les Bleus exultent après leur victoire face à la Suède Frederic Stevens - Alexis Orloff / ffgolf
09-13
juillet
CHAMPIONNAT D'EUROPE PAR ÉQUIPES BOYS
LIEU : GOLF DE CHANTILLY, France
CATÉGORIE : U18

>>> L'album photo du tournoi

Le résumé

Qu’a-t-il donc bien pu se passer pour qu’en à peine 48 heures la morosité ambiante ne cède la place à l’euphorie collective ? Transcendés face à l’équipe d’Espagne hier, après une qualification manquée les jours précédents, les joueurs de l’équipe de France Boys avaient croqué la meilleure équipe du tournoi en quart de finale. Mais les lendemains de fête auront trop souvent été cruels pour le sport français pour que l’on n’aborde pas la demie avec un brin de méfiance. D’autant plus au regard du pedigree du nouvel adversaire des Bleus : la Suède, brillante en qualif’ et également facile vainqueur de son quart face à la Suisse.

Nostra culpa, il n’y avait pas de raison de s’en faire. Malgré leur exploit espagnol, les Boys de Benoît Teilleria en avaient encore sous le pied face aux scandinaves. Cela n’aura pas été aussi simple que le score final (6 à 1) ne le laisse penser. Mais qu’importe, les voilà en finale de leur Championnat d’Europe par équipe. Ils y affronteront samedi l’équipe d’Allemagne, vainqueur sa demie face à l’Irlande (5-2).

Crème renversée en foursome

Charles Larcelet et Nicolas Muller

Pour les foursomes matinaux, l’encadrement de l’équipe de France avait choisi de laisser au repos Nathan Trey et Quentin Debove fatigués par la joute précédente. L’occasion de retrouver Tom Vaillant qui n’avait pas joué en double la veille, et surtout Claude Churchward de retour sur le parcours après une journée passée à caddeyer les copains. Alignée dans le premier match, la doublette aura souffert, menée une bonne partie du match, avant de retourner la situation en toute fin de partie. Revenus square au 16, Vaillant et Churchward remportaient à nouveau les deux derniers trous pour s’imposer 2 Up et rapporter un premier point aux Bleus.

Dans le deuxième foursome, Charles Larcelet et Nicolas Muller faisaient le chemin inverse. Longtemps devant, ils étaient eux repris par les Suédois en fin de partie, avant d’exulter sur le 18 après une belle approche de Larcelet, convertie en birdie par son coéquipier. La France qui aurait bien pu perdre les deux doubles se retrouvait finalement avec deux points dans l’escarcelle et un bel avantage avant les simples.

« Une sacrée crème renversée, c’est incroyable, commentait alors le sélectionneur Benoît Teilleria. À un moment j’aurais signé pour un score de un partout, mais là, deux – zéro c’est fabuleux ! »

Pas si simple en duel

Comme la veille, il ne manquait donc que deux points aux Bleus pour remporter leur demie. Mais si les joueurs tricolores faisaient globalement la course en tête dans leurs duels, les écarts ne se creusaient jamais véritablement, entretenant l’incertitude.

La situation allait se débloquer grâce à un Charles Larcelet étincelant face à Gustav Andersson. 3 Up à mi-parcours, le joueur du golf de la Forêt d’Orient, remportait coup sur coup les trous 11, 12 et 13 pour s’imposer 6&5. Un troisième point pour la France qui lui permettait d’éviter de douter après la défaite de Quentin Debove dans le premier simple (5&3). « C’était un beau match, explique Larcelet. J’ai très bien joué, je ne lui ai laissé aucune occasion de revenir et j’ai fait les birdies au bon moment. »

Tom Vaillant

Sitôt leurs simples terminés, les deux Bleus filaient caddeyer leurs partenaires. Une influence positive sur l’issue des matchs puisque les trois derniers simples allaient s’offrir aux Bleus simultanément. Le plus avancé était celui de Nathan Trey, revenu square au 15, puis passé devant au 16, avant de l’emporter 2 Up sur un dernier birdie au 18.  « Je suis passé deux down après avoir fait une faute au 10 en jouant la balle provisoire du Suédois puis perdu le 11. Mais je me suis bien accroché et j’ai très bien fini, raconte-t-il. » Dans le même temps, Nicolas Muller bouclait lui aussi sa partie au 17 pour une victoire 2&1. Mais pour quelques secondes, c’est probablement Tom Vaillant qui avait décroché le point décisif en premier. Une victoire sur le 16 (3&2) pour le joueur de St Donat, ravi de ne pas être crédité d’un partage (puisque les trois matchs seront allés au bout, ignorant l’issue des autres). « Ça ne s’est pas joué à grand chose en terme de timing, mais je suis content d’avoir apporté mon point, confie le joueur de St Donat. C’était un match difficile, j’étais un peu fatigué mais je me suis dépassé. Benito (Teilleria) m’a aidé puis Quentin aussi en me caddeyant sur la fin de partie. Maintenant, on va un peu profiter et après on va s’y remettre parce qu’une finale ça se gagne ! »

Une finale France-Allemagne

Déjà dans tous les esprits, cette finale opposera donc la France à l’Allemagne. Une confrontation qui n’est pas pour déplaire au sélectionneur dont les souvenirs sont vivaces : « Quand j’étais petit j’ai pleuré contre les Allemands (le sélectionneur des Bleus fait référence aux demi-finales de Coupe du monde de foot perdues par la France en 1982 et 1986) donc demain j’espère que ce sera à leur tour de pleurer. Blague à part, on est en finale et c’est exceptionnel. C’est une vraie bande de copains qui se connaissent depuis tout gamin. C’est fabuleux pour eux de vivre un moment comme ça et génial pour moi de le partager avec eux. Et puis maintenant, on va aller au bout surtout ! »

Les compos des foursomes de samedi


Par Sébastien CACHARD-BERGER
12 juillet 2019