Accueil / Jouer / Jeunes / Equipes de France / Calendrier / 2019 / Match France vs Angleterre Girls / France-Angleterre Girls : en route pour le combat

France-Angleterre Girls : en route pour le combat

L’équipe de France Girls affronte l’Angleterre le mercredi 17 avril pour un match amical sur le tracé de Saint-Cloud. En amont de la Coupe Esmond (Internationaux de France U21 filles), cette rencontre est une bonne préparation pour la semaine.

Groupe girls
Adéla Cernousek en plein swing sous les yeux de Lucie Malchirand et Gwladys Nocera pendant la reconnaissance. RM / FFGOLF
17-17
avril
MATCH FRANCE VS ANGLETERRE GIRLS
LIEU : Saint-Cloud, France
CATÉGORIE : U18

Le contexte

C’est la 6e édition de ce match France-Angleterre qui à la base se jouait entre l’Hexagone et l’Espagne. L’an passé les tricolores se sont inclinées tout comme en 2017 et en 2015. Depuis la première rencontre de 2014 et le nul final, la seule victoire des girls date de 2016.

Le théâtre de ce combat sera le parcours vert du golf de Saint-Cloud. Le tracé est un dans un état exceptionnel, les greens sont rapides et la météo devrait être clémente. Seul petit changement à la différence de l’année précédente, les roughs autour des greens sont très piégeux et épais. Il faudra donc être vigilant et appliqué sur le chipping.

L’ensemble des filles qui composent l’équipe a profité de la journée pour faire la reconnaissance du parcours. Une reconnaissance sous un regard avisé, celui de Gwladys Nocera (Sélectionneuse équipe de France Girls) qui a délivré de bons conseils : « Ce qui est important pour elles c’est le chipping autour des greens et trouver la bonne vitesse des greens dès le premier jour d’entraînement. Parfois je donne mon avis sur des choix de club, je tente de les mettre en confiance avant le début du tournoi. »

« Par exemple, sur certains coups elles décident souvent de jouer un fer plus tranquille, sans forcer alors que la solution est d’attaquer. J’essaie de leur faire comprendre qu’il faut parfois être plus offensive dans le jeu si il n’y a pas danger derrière », poursuit Gwladys.

« De ce que j’ai vu c’est plutôt très positif, c’est bien elles bossent, elles ont envie, il faut rester focus sur ce que j’appelle le process et tout ira bien », conclut la sélectionneuse.

La compo

Quatre filles auront à coup sûr soif de revanche. En effet Adéla Cernousek (Saint-Cloud), Lucie Malchirand (Marseille La Salette), Lilas Pinthier (Paris Country Club) et Alizée Vidal (Saint-Cloud) faisaient déjà partie de l’équipe perdante l’année passée et repartent au charbon dès demain. Mathilde Delavallade (Royan) et Loïs Lau (Fontainebleau) complètent l’escouade bleu blanc rouge.

L’équipe Anglaise est composée de Lily May Humphreys, Caley McGinty, Emily Brennan, Charlotte Heath, Caitlin Whitehead et Euphemie (Mimi) Rhodes.

Premier départ à 8h30 avec au programme six matchs en simple.

L’œil du staff : Mickaël Mahéo

Quelles sont vos attentes pour ce match France-Angleterre ?

Le but c’est de les former au format match play International, de les préparer pour la semaine et à la fois si elles jouent en équipe de France de s’habituer au format de référence qui est le match play. L’autre objectif c’est de les regrouper en mode team et travailler sur la dynamique de groupe, la communication dans le match. La configuration est très proche de ce qu’on va retrouver au Championnat d’Europe donc ça va aussi nous permettre de travailler ça. Dans ce type d’événement ça devient presque un sport collectif donc on va bosser sur l’échange entre les filles et aussi la façon de s’exprimer et de montrer des choses sur un parcours. Si tu commences à mal jouer et que tu baisses la tête les autres filles vont le voir et ce n’est pas le but recherché donc c’est l’axe principal de travail, l’attitude en groupe et en mode équipe de France.

Les filles sont prêtes ?

Oui elles le sont, on a fait un bon job cette après-midi tout en décontraction. Elles sont impliquées et puis de toute façon au-delà du résultat ce match sera une bonne préparation pour la compétition en individuel derrière (Coupe Esmond) et puis sur la dimension plus sportive c’est sûr que si en plus on peut battre les Anglaises on ne va pas s’en priver.

Le post social


Par Romain MURAILLE
16 avril 2019