Accueil / Jouer / Jeunes / Equipes de France / Calendrier / 2019 / Match France vs Angleterre Girls / France-Angleterre Girls : un nul savoureux

France-Angleterre Girls : un nul savoureux

Juste et mérité, le match qui opposait aujourd’hui la France à l’Angleterre nous a livré du beau spectacle et s’est soldé sur un nul. Le clan tricolore est plutôt satisfait du résultat à la veille du début des Internationaux de France U21.

équipe de France Girls
L'équipe de France Girls au complet après le match partagé face aux Anglaises. RM / FFGOLF
17-17
avril
MATCH FRANCE VS ANGLETERRE GIRLS
LIEU : Saint-Cloud, France
CATÉGORIE : U18

Le résumé

Six matchs étaient au programme de cette journée sur le parcours vert du golf de Saint-Cloud. Sous un soleil radieux, cette confrontation franco-anglaise s’annonçait relevée et équilibrée et elle a tenu toutes ses promesses. Pour sa 6e édition la France rehausse son bilan en concluant la rencontre par un match nul.

Première à s’élancer sur la rosée matinale du parcours, Lucie Malchirand affrontait une redoutable joueuse, Lily May Humphreys (70e au Ranking Mondial Amateur).

Le début de la partie est à l’avantage de la Française qui pointe à 5 UP au neuvième trou. La suite est un revirement de situation en faveur de l’Anglaise qui retourne les débats et revient finalement dans la partie pour finir le match square.

« Elle manque un birdie facile au 11 et là je me suis un peu déconcentré pensant que je n’avais plus qu’à faire des pars pour gagner. Je lui offre deux trois cadeaux mais bon dans l’ensemble c’est une bonne reco pour le tournoi à venir », déclarait Lucie à l’issue de la matinée.

« C’était bien aussi de voir le parcours changer aujourd’hui, les conditions sont différentes et les greens plus fermes que les années précédentes, poursuit la joueuse de Marseille. Cela va modifier la stratégie sur certains trous et le choix de club va être important pour la Coupe Esmond. »

Le premier point remporté par les Française est l’œuvre d’Adéla Cernousek qui s’est débarrassée sans trop de soucis de Charlotte Heath. Dans la maîtrise de son sujet et dynamique clubs en mains, elle s’impose finalement sur le score de 4&3 : « J’étais 1 down après huit trous et je me suis un peu énervé, j’étais pas trop en confiance avec mon driving en début de partie. Mon adversaire fait birdie 7 et 8 et j’ai eu comme un déclic pour plier le match. Je suis contente en plus c’est mon club ici donc je connais bien et j’ai envie de bien faire. »

Mathilde Delavallade a emboité le pas de sa partenaire d’équipe. Elle remporte elle aussi son match sur le score de 2&1. À l’inverse les deux matchs suivants sont remportés par les joueuses d’outre manche. Lilas Pinthier s’incline 3&2 tandis qu’Alizée Vidal perd son duel sur le dernier trou, score final 1 Down.

La décision ultime dépendait donc du dernier match opposant Loïs Lau à Caley Mcginty. La joueuse de Fontainebleau n’a pas tremblé et sur le trou numéro 18 elle rentre un bon putt pour faire le par et partager son match.

L’œil du staff

Derrière les filles tout au long de la matinée, Mickaël Mahéo et son équipe restent heureux malgré le résultat final.

« Plutôt satisfait de la rencontre de manière générale à la fois par le score qui est encourageant et par l’attitude. Les filles ont fait le job, on a bien aimé avec Gwladys le bon compromis entre l’implication et la décontraction sachant que c’est un match amical. Bravo à celles qui ont gagné leur duel, les Anglaises sont très difficiles à jouer dans ce format donc c’est une bonne performance. »

« Mais surtout ce qui est intéressant avec cette journée c’est la seconde reconnaissance du parcours pour les girls. Parfois elles ont du mal à faire cette deuxième étape mais là elles ont mis l’intensité qu’il fallait. Cela permet de se rendre compte qu’avec les fairways plus secs, il faut jouer deux clubs de moins sur certains coups. Les greens sont plus fermes ce qui veut dire que jouer le drapeau devient plus dangereux. Elles sont obligées de réfléchir et d’analyser encore plus donc à ce niveau c’est très intéressant. »

Le post social 


Par Romain MURAILLE
17 avril 2019