Accueil / Jouer / Jeunes / National & International / Calendrier / 2017 / Championnat de France des Jeunes - U12 Garçons / CFJ U12 garçons : la jolie course de Louis Audrain

CFJ U12 garçons : la jolie course de Louis Audrain

Tombeur de Dimitri David sur le dernier trou (1UP), Louis Audrain s’est qualifié mercredi en quarts de finale pour sa première participation au Championnat de France. Mais la concurrence sera rude dans la quête du titre national.

Louis Audrain
30 juil.
5 août
CHAMPIONNAT DE FRANCE DES JEUNES - U12 GARÇONS
LIEU : La Baule, France
CATÉGORIE : U12

Skieur de fond en hiver et golfeur les trois autres saisons, Louis Audrain a un profil atypique. Lorsque la neige est absente, le Grenoblois se rattrape dans le sable des bunkers où il excelle d’autant que le reste du jeu a tendance à suivre.

Une double facette qui a pris de court Dimitri David, auteur de la surprise de la veille en sortant le vainqueur de la qualification. Dans un match qu’il domine, l’Isérois ne parvient pas néanmoins à creuser l’écart car le Polynésien se défend. Tout se réduit à un putt stressant d’un mètre pour par sur le green du 18.

« Je n’ai pensé à rien, même pas à une éventuelle prolongation, et c’est rentré. Le mental a fait la différence. Mon objectif est déjà atteint car je voulais franchir le cut et gagner le premier match », raconte le fondeur dont la course n’est peut-être pas terminée à La Baule.

La prochaine étape se nomme Hugo Saurel. Le jeune Nantais s’est défait, lui aussi sur le dernier trou grâce à un par, d’Amaury Vaillant (1UP). Il a suffi d’une branche pour priver le garçon de Domont, au nom approprié, du partage malgré une belle sortie de bunker pour essayer d’aller le chercher.

« J’avais de la concurrence avec Amaury qui a très bien joué, fait remarquer Hugo. Le titre de champion de France passe par ce genre de match et maintenant que j’ai franchi le cut, je ne vise que ça ! »

Dorian Fournier prend confiance

Le deuxième quart de finale mettre aux prises Valentin Luna à Dorian Fournier. Le premier a bataillé jusqu’au bout pour se défaire de Raphaël Le Grand grâce à un coup de pitching wedge de 85 mètres salvateur au 18 puisque la balle tombe à un mètre.

« C’est dur quand vous êtes menés du 1 au 17, s’exprime le petit du Golf National. Je suis resté concentré sur moi car de toute façon je ne pouvais contrôler que ce que je faisais moi et pas l’adversaire. Je devais être offensif dans mon jeu et j’en ai profité quand il a moins bien joué. »

Clore l’affaire a été moins rude pour Dorian Fournier, très vite devant au tableau d’affichage. « C’était un match assez pénible car nous n’avons pas bien joué tous les deux », nuance le Tarbais malgré une efficacité redoutable au putting (90%) décisive dans ce qui perd gagne sans birdie.

Hugo Le Goff n'a pas traîné

Combatif comme la veille, le Réunionnais Galaad Hoarau a dû finalement s’incliner au 19e trou contre Noa Auch-Roy. Une débauche d’énergie supplémentaire qui pourrait peser lourd si son quart de finale face à Hugo Le Goff s’éternisait.

D’autant le golfeur du Paris Country Club, avec les quarts en objectif, est en confiance après son large succès 6&5 aux dépens de Swann Vallot : « Mon petit jeu a été très bon et a fait la différence car j’ai rentré le plus de putts. »

Quatre d’entre eux ont débouché sur des birdies mais le Parisien a aussi su faire sans puisqu’il s’adjuge les trois premiers trous avant de renchaîner sur les quatre initiaux du retour.

Co-leader au terme du premier tour de qualification, Matthieu Touneji est battu 4&3 par Nathan Biais sans démériter. « Il a très bien joué mais il n’a pas eu autant de réussite que moi et a fait beaucoup de virgules », détaille Nathan fair-play. Avec cinq trous d’avance au départ du 12, le garçon de Cognac a définitivement scellé la confrontation en enquillant une ficelle de dix mètres en montée afin de passer dormie.

Il affrontera l’un des visages les plus remarqués depuis le début de la semaine, celui de Timothée Fallu-Labruyère. Le joueur d’Aix-Marseille s’est donné les moyens pour dominer Paul Noel 2&1. « J’ai mené tout le long du match d’autant que j’ai retrouvé des sensations au putting que j’ai travaillé le matin du match », confie le Marseillais.

Rien n’est laissé au hasard pour les huit derniers coureurs dans l’ascension du titre de Champion de France.


Par Pierre-François Yves
2 août 2017