Accueil / Jouer / Jeunes / National & International / Calendrier / 2018 / PING Junior Solheim Cup / Junior Ryder Cup / Actus / Junior Ryder Cup / Souvenirs de Junior Ryder Cup : Adrien Pendaries et Pauline Roussin-Bouchard

Souvenirs de Junior Ryder Cup : Adrien Pendaries et Pauline Roussin-Bouchard

Les 24 et 25 septembre prochains le parcours de Disneyland Paris accueillera la Junior Ryder Cup 2018. La compétition mixte s’affiche comme un tremplin pour les jeunes talents mondiaux depuis sa première édition en 1997. Retour sur nos anciens participants tricolores avec cette série de souvenirs.

Adrien Pendaries et Pauline Roussin-Bouchard
Nos deux tricolores aux couleurs de la Ryder Cup 2016. STREETER LECKA / GETTY IMAGES
28-30
septembre
RYDER CUP
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

« C’était tout simplement une des meilleures semaine de ma vie », que dire de plus après les mots d’Adrien Pendaries. En compagnie de Pauline Roussin-Bouchard il avait eu l’honneur de jouer la Junior Ryder Cup de 2016. Sur le parcours de l’Interlachen Country Club, dans le Minnesota, la team USA avait une fois de plus remporté le duel face à l’Europe. Pour autant Adrien et Pauline gardent en tête le plaisir intense de cette semaine unique. Cette année, les Américains sont donc tenant du titre et tenteront de défendre le trophée sur le parcours de Disneyland Paris.

Que de la bonne pression

Pour certains participants la pression peut s’abattre sur leurs épaules et créer une faille dans le swing. À l’image des anciens Français, dont nous avons raconté l’histoire dans cette série, les mains peuvent trembler et le moral flancher sous le poids d’un tel événement. En 2016, aucun problème pour le binôme tricolore qui s’était préparé : « Pour moi c’était une compétition comme une autre, on était motivé, on était un groupe vraiment soudé, on s’entendait très bien avec le staff et le but c’était de profiter. Le soir c’était très convivial avec les deux équipes qui se rassemblaient autour d’un ping-pong, Américains et Européens », s’exprime Pauline.

« La semaine de Junior Ryder Cup, c’est 14 clubs, un parcours de golf comme un autre et on joue au golf. Ce n’est pas quelque chose de nouveau pour nous mais c’est vrai j’étais fier de porter le logo Ryder sur la poitrine », complète Adrien.

Outre Atlantique donc, mais avec une capitaine Française aux commandes de l’équipe Europe. En effet en 2016 et pour la première fois de l’histoire de la compétition Maïtena Alsuguren assurait le rôle de leader. Une mission importante qui a pour but de fédérer et de rassembler les joueurs autour d’une même dynamique. À en croire les propos de d’Adrien Pendaries, ce fut une mission réussie : « L’ambiance était géniale, les supporters ont reconnu la qualité de jeu. J’ai rencontré des joueurs avec qui je suis encore ami aujourd’hui. On faisait tout ensemble que ce soit les Européens et les Américains. On a passé de bons moments à l’hôtel et c’était bien plus qu’une compétition de golf. »

Mini Ryder, minis stars

Pauline et Jordan Spieth
La photo souvenir avec Jordan Spieth.

La notoriété n’était pas d’actualité mais déjà en 2016 les jeunes golfeurs et golfeuses attiraient du monde. Jouer dans une compétition d’une telle importance ne passe pas inaperçue. Le public s’amassait sur le bord des fairways et certains spectateurs se laissaient aller au jeu des encouragements comme en témoigne Pauline Roussin-Bouchard : « On était vraiment les petites stars, les parents des Américains étaient là et même les parents des Suédoises. Chez les amateurs on n’a pas souvent du public et pas souvent de caméra donc c’était vraiment différent. À l’aéroport on était tous habillé pareil et les gens venaient nous voir pour nous poser des questions, c’était fou. Aux USA le golf prend une autre dimension. »

L’ambiance c’est comme un match de foot pendant la coupe du monde, on ne voit ça qu’en Ryder Cup.

Dans le sillage des plus grands, ces minis stars de demain et futurs crack du golf ramenaient déjà les foules. La semaine qui suivait l’événement fut l’occasion pour eux de se muer en spectateur pour suivre la Ryder Cup à Hazeltine. Une chance inouïe et des instants précieux qui ont marqué nos deux tricolores : « Ce qui m’a vraiment frappé c’est la journée passée avec les pros lors de la Ryder Cup. J’ai beaucoup appris auprès des joueurs et des cadets. C’était ça le plus mémorable. J’ai eu la chance de discuter avec le cadet de Matt Kuchar, il m’avait montré ses carnets de notes. Il en avait quatre, deux pour le parcours et deux pour les greens. C’était très enrichissant. »

Apprendre, voilà le pilier principal de cette compétition. La Junior Ryder Cup se décline en deux axes d’après les dires de ses acteurs. Une première semaine de plaisir et une seconde d’apprentissage. Combiner le tout, mélanger et obtenez l’extase. Comme une recette qui fonctionne à chaque fois, la compétition va cette année nous régaler à Disneyland Paris. À nouveau sous le capitanat de la Française Maïtena Alsuguren (DTN adjointe), l’équipe Européenne tentera de remporter le titre sur le sol hexagonal et pourquoi pas montrer la voie aux plus grands.


Par Romain MURAILLE
21 septembre 2018