Accueil / Jouer / Toutes catégories / Messieurs Dames / National & International / Calendrier / 2022 / Championnat de France par équipes Messieurs 1ère Division - Trophée Gounouilhou / Trophée Gounouilhou : Biarritz et Saint-Cloud se hissent en finale

Trophée Gounouilhou : Biarritz et Saint-Cloud se hissent en finale

Biarritz et Saint-Cloud se disputeront le titre de champion de France, dimanche, lors de la finale. Que ce soit contre Saint-Germain pour les Basques, ou contre Cannes-Mougins pour les Franciliens, la différence s’est faite dans les simples de l’après-midi, lors des demies.

18-22
mai
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES MESSIEURS 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOUNOUILHOU
LIEU : GOLF INTERNATIONAL DE PONT ROYAL, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Et le Phare prit Saint-Germain

Après la journée folle de vendredi, les deux demi-finales de ce samedi, par leur scénario assez linéaire, auraient presque paru pâles. Mais au niveau d’une demi-finale de Gounouilhou, même lorsque la situation ne passe pas d’un extrême à l’autre à chaque minute, un plaisir demeure inaltérable : celui du beau jeu de golf produit par les quatre équipes, ce samedi à Pont Royal.

Même à une main, Joseph Linel n'a pas tremblé, pour offrir un point très important à Biarritz. (Alexis Orloff / ffgolf)

Après le champion en titre la veille, Saint-Germain devait cette fois se mesurer au vice-champion Biarritz. Alignés de nouveau dans le premier foursome matinal, Valentin Luna et le capitaine Romain Payet ont à nouveau montré beaucoup d’efficacité. Face à Nathan Trey et Hugo Riboud, revenus square au virage après avoir été menés tout l’aller, les Saint-Germanois ont remporté le 10, puis le 12 (la mise en jeu des Biarrots ayant fini au milieu d’un cyprès), puis encore les trois trous suivants, pour s’imposer 5&3.

Scénario différent dans le deuxième match, où l’avantage, lorsqu’il y en avait un, a toujours été pour Biarritz. Rodolphe Cicala et Faustin Labadie-Destenaves ont compté jusqu’à trois trous d’avance sur Thomas Perrot et Tom Auvray. Mais la paire expérimentée de Saint-Germain s’est battue jusqu’au bout, revenant 1 down au départ du 18. Sur ce dernier par 5 toutefois, la mise en jeu des Franciliens a fini très fort à gauche, les obligeant à concéder le match.

Lors des cinq simples de l’après-midi, la fraîcheur physique des Basques, qui ont fait rentrer trois joueurs reposés, a été un atout non négligeable dans leur succès. Certes, dans le match de tête, Valentin Luna a mené tout au long de son match face à Philippe Schmohl (mais a quand même dû aller jusqu’au 19e trou pour s’imposer). Mais derrière, les finalistes de l’an passé ont fait la différence : une première victoire pour Nathan Trey, 5&3 face à Tom Auvray, puis une deuxième signée Joseph Linel, 2&1 sur un Pierre Nouailhac qui a pourtant vendu chèrement sa peau.

Ne manquait plus qu’un point au Phare pour regoûter aux joies de la finale, point qui a été apporté par Alaric Mercié de Soultrait, qui prenait au 15 un avantage qui allait lui permettre de l’emporter, au 17, face à Jules Lauer. « Ça libère un peu, soufflait Joseph Linel après le dénouement. J’étais assez stressé le matin avant les doubles. Cet après-midi, il fallait faire le boulot, et c’est ce qu’on a fait. Il y avait quand même une petite pression, mais on s’est mis dans notre bulle pour arriver à ramener trois points. »

Saint-Cloud tient enfin sa finale

Seize ans. Seize années durant lesquelles Saint-Cloud a patienté, avant de voir son équipe messieurs revenir en finale de Gounouilhou. Et ce n’est pas faute d’avoir multiplié les apparitions en phase finale ces dernières années. Cette fois, les Clodoaldiens ont tracé leur chemin jusqu’à la confrontation ultime, et ont pour cela franchi (on n’ose dire monté) une marche supplémentaire nommée Cannes-Mougins.

Malgré un festival de birdies de Tom Vaillant, Cannes-Mougins n'a pas pu résister à Saint-Cloud. (Alexis Orloff / ffgolf)

Comme dans la première demi-finale, pause déjeuner a rimé avec égalité. Dans le foursome de tête, qui proposait une grosse affiche entre Maxence Mugnier et Julien Sale côté Saint-Cloud, et Tom Vaillant et Nicolas Muller côté Cannes, ces derniers ont remporté le 15, faisant passer le match à 2 up pour la deuxième fois. Tout ça pour concéder le trou suivant, et revenir seulement 1 up. Mais les deux compères cannois n’ont pas tremblé sur le 17, remportant le trou pour gagner le match, 2&1.

Dans le deuxième foursome, la paire formée par l’expérimenté Paul Piedelièvre et le jeune Martin Perrigot a, de nouveau, montré son efficacité. Face à eux, Armand Papaziani et Rafael Bobo-Lloret ont longtemps résisté, ne comptant qu’un trou de retard après le 15. Mais en perdant les deux trous suivants, ils ont permis à Saint-Cloud de recoller au score.

L’après-midi a offert un spectacle golfique de grande qualité. Que ce soit Julien Sale, Mathieu Montagne, ou surtout dans le match entre Marin d’Harcourt et Tom Vaillant, la première pluie de la semaine a arrosé Pont Royal, avec des birdies en guise de gouttes. Sur le leaderboard, toutefois, Saint-Cloud a peu à peu pris l’avantage, pour ne plus le lâcher. Martin Piedelièvre s’est imposé rapidement, 6&5, sur Rafael Bobo-Lloret. Même chose pour Julien Sale, qui venait à bout de Mathieu Montagne, 3&2.

Un seul point suffisait alors à Saint-Cloud pour se qualifier. Un point qui semblait bien embarqué pour Maxence Mugnier, dans le match de tête face à Toméo Tissot. Alors qu’il était 2 up au départ du 16, l’étudiant de Georgia State a été poussé jusqu’au 18. Mais au grand soulagement de toute la maison verte, il rentrait un long putt depuis l’extérieur de ce dernier green, pour mettre fin au suspense.

« C’est exceptionnel, sourit Martin Piedelièvre. Notre dernière finale remonte à 2006, et notre dernière victoire à 1962. On est hyper contents, tout le club est derrière nous. Et on est une équipe soudée, on est potes dans la vie de tous les jours. Cette finale, on va essayer d’aller la chercher tous ensemble. »

La finale en direct

Comme chaque année, vous pourrez profiter de la finale de cette Gounouilhou 2022 en direct et en intégralité, ce dimanche. Pour cela, rendez-vous sur notre page Facebook, et n’oubliez pas les réveils : premier départ, 8h.


Par William LECOQ, à Pont Royal
21 mai 2022