Arles

Si les Rencontres de la photographie d'Arles sont devenues, depuis 1970, le premier festival de photographie, c’est parce que, plus qu’ailleurs, la lumière y est spéciale. Comme en peinture, le « Pays d’Arles », aux portes de la Camargue, a su conquérir la sensibilité de Van Gogh, quand Christian Lacroix le régional de l’étape, lui a longtemps rendu hommage. « Enfant, je jouais au théâtre dans les Arènes, à l’opéra dans le Théâtre antique. Le temple des Alyscamps était mon terrain de jeu. » dira-t-il. C’est là que nous vous emmenons cette semaine. Là où le Street Art se conjugue avec la photo, où l’Art roman et les vestiges romains impressionnent les amoureux de l’architecture, et aussi là où la Camargue sauvage débute pour s’étendre sur plus de 100 000 hectares, dévoilant ses manades où sont élevés chevaux et taureaux…

En savoir + L'intégral

Accueil / Parcours et détours / Nos échappées vertes / Arles / Pause assumée - Arles : et si on prenait le temps de le perdre ?

Pause assumée - Arles : et si on prenait le temps de le perdre ?

Voici des idées d’activités, d’excursions et de balades pour profiter des beautés du lieu après un bon parcours de golf.

Plan A - La Fondation Vincent Van Gogh

Crédit : Fondation Van Gogh Arles

Vincent Van Gogh décrivait ainsi Arles à son frère Théo : « J’ai aperçu de magnifiques terrains rouges plantés de vignes avec des fonds de montagnes du plus fin lilas. Et les paysages, dans la neige avec les cimes blanches, contre un ciel aussi lumineux que la neige étaient bien comme les paysages d’hiver qu’ont faits les Japonais »… Il a vécu à Arles entre le 20 février 1888 et le 8 mai 1889. Durant 15 mois, il y produit près de 200 tableaux, 100 dessins et aquarelles et écrit plus de 200 lettres ! La plupart d’entre eux ont été conservés. Ils témoignent de sa période arlésienne, souvent appelée « le zénith, le point culminant, le plus grand épanouissement de la décennie de l’activité artistique de Van Gogh. ».

C’est à la Fondation Vincent Van Gogh que vous pourrez admirer des chefs d’œuvres du peintre néerlandais présentant des paysages lumineux et naturalistes de la campagne arlésienne, sa vie à Arles, où la couleur et la lumière ne font jamais défaut. Située au sein de l’hôtel Léautaud de Donines, un bâtiment ancien intégré au patrimoine de la ville depuis les années 2000, l’édifice a été transformé en un lieu d’exposition inauguré en 2014.

35 rue du Dr Fanton
13200 Arles
Tél. : +33 (0)4 90 93 08 08
www.fondation-vincentvangogh-arles.org

 

 

 

 

Plan B - La Camargue et Salin de Giraud

Plage sauvage de Piémanson - Salin de Giraud © Hervé Hote

Arles, c’est aussi la Camargue, un espace naturel sauvage, une biosphère unique au monde, une carte postale grandeur nature où chevaux, taureaux, flamants roses, étangs et rizières s’admirent à perte de vue. Côté mer, les dunes et les plages constituent une barrière naturelle tout en étant un milieu fragile et sans cesse en mouvement. La commune d’Arles compte 28 km de plage de sable fin, soit la plus grande plage naturelle de Méditerranée ! Pour sillonner ce territoire, on emprunte les nombreux sentiers de découverte (Mas du Pont de Rousty, La Palissade, La Capelière, les Marais du Vigueirat) et les circuits pédestres ou cyclistes qui permettent de circuler de Salin de Giraud aux Saintes Maries de la Mer.

À Salin de Giraud, entre sel et mer, à 40 km du centre-ville d’Arles, venez marcher et vous détendre sur la grande plage sauvage de Piémanson et ses sept kilomètres de sable fin en pleine Camargue, façade maritime prisée en saison estivale, haut lieu de pratique du kitesurf.


Par Aude Bernard-Treille
4 septembre 2020