Pau - Lourdes

Bienvenue à Pau, votre camp de base au pied des Pyrénées ! Depuis la cité d’Henri IV, un panel impressionnant d’ambiances, paysages et activités sont rapidement accessibles. Au programme : surf sur l’océan ou descentes de pistes de ski, randonnées ou canoë, petits sentiers ou sites classés et parcours de golf en fil rouge bien évidemment !
Poursuivez votre périple vers Lourdes et son lac, ne manquez pas le Pic du Jer pour admirez le plus beau panorama des Pyrénées, et ne passez pas à côté des grands classiques de l’étape : le Château fort et son musée ou le Sanctuaire et la Grotte de Massabielle.

En savoir + L'intégral

Accueil / Parcours et détours / Nos échappées vertes / Pau - Lourdes / Pause assumée - Pau et Lourdes : et si on prenait le temps de le perdre ?

Pause assumée - Pau et Lourdes : et si on prenait le temps de le perdre ?

Voici des idées d’activités, d’excursions et de balades pour profiter des beautés du lieu après un bon parcours de golf.

PLAN A - Le train d'Artouste

À 50 min au sud de Pau, et une quarantaine de kilomètres, nous vous proposons un petit dépaysement avec un voyage en train à bord du « Petit train d’Artouste ». Partez pour un voyage inoubliable, au sommet des montagnes. Le site d’Artouste est situé à proximité de l’Espagne, soit à environ 10km du col du Pourtalet. En partant du lac de Fabrèges avec la télécabine, on accède à la gare du petit train et du domaine skiable à près de 2000 m d’altitude et face au célèbre Pic du Midi d’Ossau. L’excursion démarre à la gare de la Sagette et le tunnel de l’Ours (375 m).

Le chemin de fer offre aux visiteurs des vues panoramiques sur les sommets pyrénéens et aussi plongeantes sur la vallée du Soussouéou. Il parcourt 10 km à flanc de montagne pour rejoindre le lac d’Artouste. Le petit train, sans crémaillère se trouve sur l’une des lignes ferroviaires touristiques les plus hautes d’Europe. Après sa création en 1920, il devient touristique dès 1938. Aujourd’hui ouvert de fin mai à fin septembre, l’excursion du petit train fait le bonheur des béarnais et de tous ceux qui veulent découvrir les Pyrénées de façon originale.

Réservez votre billet : https://artouste.fr/ete/le-train-dartouste/
15 minutes de montée en télécabine
55 minutes de traversée à 2000m d’altitude
1h20 de temps libre au lac (avec le billet Découverte) ou toute la journée (avec le billet Escapade).

 

PLAN B - Cirque de Gavarnie

Ne vous attendez pas à voir des clowns et des éléphants, les grands cirques calcaires pyrénéens doivent leur existence au travail d'immenses glaciers aujourd'hui disparus. Gavarnie, dans les Hautes-Pyrénées, est le plus célèbre d'entre eux. Compter 1h de route en voiture au départ de Lourdes pour rejoindre le village de Gavarnie. Arrivés au village, vous êtes face à la muraille et, en 1h30 de marche facile, vous vous retrouvez au pied du cirque où se tient l’ancienne hôtellerie. La promenade est à faire à pied ou à cheval : elle donne à l’apparition de Gavarnie une dimension véritablement théâtrale.

Ici, vous êtes au cœur du Parc National des Pyrénées, à la frontière franco-espagnole. Au sud, les canyons extraordinaires de Ordesa, Aniscle et Pineta. Adossés à eux, au nord, le pays des cirques avec le majestueux Gavarnie, Troumouse, le plus vaste de tous, et Estaube le plus sauvage. Depuis 1997, cet ensemble de plus de 30 000 hectares est inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO, tant pour ses richesses naturelles que culturelles. Gavarnie est le berceau de ce que l’on appelle le Pyrénéisme.

Le cirque entra dans la légende lorsque Victor Hugo, dans son illustre poème « Dieu », le qualifia « d’objet impossible et extraordinaire ». Venez découvrir à votre tour cette prodigieuse muraille de 1700 mètres de hauteur et de 14 kilomètres de circonférence. Cette orchestration de gradins concentriques d’une symétrie frappante est encadrée par un cortège de géants : Mont Perdu (3352m), Pic du Marboré (3248m), Taillon (3144m) et la très renommée Brèche de Roland, lieu de tant de légendes. Vous pouvez y observer l'une des plus haute cascade d’Europe avec ses 413 m de chute libre.
 

Crédit : P. Meyer

Par Aude Bernard-Treille
8 juillet 2021