Les drives des capitaines

A moins d'un an de la Ryder Cup au Golf National, les deux capitaines européen et américain Thomas Björn et Jim Furyk ont tapé des balles depuis le premier étage de la Tour Eiffel marchant ainsi dans les pas d’Arnold Palmer, « Mister Palmer » comme ils disent avec tout le respect que leur inspire cette légende du golf disparue en 2016. 

Quand l’histoire se répète...

Le jeudi 14 octobre 1976, Arnold Palmer grimpe au 2e étage de la Tour. Sur une plate-forme spécialement aménagée l’attendent les officiels du Trophée Lancôme, les caméras des télévisions nationales, et les photographes prêts à immortaliser sur leur pellicule cet événement qui fera le tour du monde. 

Un an plus tard, quasiment jour pour jour, le jeudi 13 octobre 1977, Arnold Palmer revient à Paris pour le Trophée Lancôme. Pas seulement. Gaëtan Mourgue d’Algue a fait réinstaller la plate-forme au 2ème étage de la Dame de fer. 

Quarante ans plus tard, le golf français n’a pas oublié cet exploit, imité depuis par de nombreux tournois de la planète. Pour célébrer le "One Year to Go" jusqu’à la Ryder Cup 2018, Thomas Björn, le capitaine européen, et Jim Furyk, le capitaine américain, ont été invités à driver à leur tour du monument emblématique de la capitale française. Devant le challenge qui l’attendait, Jim Furyk semblait déjà gagné par le vertige. « Je ne pourrais jamais taper une balle trop près du vide », avertissait-il. Qu’il se rassure Arnold Palmer restait lui aussi sur la jambe droite au moment de l’impact. On ne sait jamais…

Thomas Bjørn et Jim Furyk ont tapé leurs balles depuis le premier étage de la Tour Eiffel en direction du Champs de Mars.

Un sac de Ryder Cup d’Arnold Palmer avait été placé juste derrière les deux capitaines. Un nouvel hommage rendu au "King".

Thomas Bjorn : « Taper des balles depuis la Tour Eiffel c'était incroyable ; j'avais vu cette photo d'Arnold Palmer il y a quelques temps, recréer ce moment d'histoire, pour la Ryder Cup, pour la France montre combien la Ryder Cup est énorme, et comment la France se mobilise. Ce fut une expérience fantastique pour Jim et moi, je ne suis pas prêt d'oublier ces coups de golf, ils me suivront jusqu'à la fin de ma carrière. » 

Jim Furik : « Jouer le même coup que l'une de mes idoles, Arnold Palmer, avait joué il y a 40 ans ! Il n'y a qu'un seul Arnold Palmer mais ce fut un honneur pour Thomas et moi de faire revivre cela. Taper des balles du haut de la Tour Eiffel, je me pince pour y croire, c'est un peu un conte de fée mais cela montre la portée de la Ryder Cup et combien il est important pur un pays comme la France de montrer sa beauté. »