Accueil / Actus / Environnement / Programme Golf pour la Biodiversité : les premiers labels arrivent dans les clubs

Programme Golf pour la Biodiversité : les premiers labels arrivent dans les clubs

Depuis deux ans, la ffgolf et le Muséum national d’Histoire naturelle travaillent en partenariat pour la protection de la biodiversité sur et autour des parcours. La première vague de labellisation du Programme Golf pour la Biodiversité va distinguer 22 structures partout en France dans les prochains jours. De quoi parle-t-on exactement ? Explications.

Qu’est-ce que le Programme Golf pour la Biodiversité ?

Ce dispositif est issu d’un partenariat entre la ffgolf et le Muséum national d’Histoire naturelle. Il propose aux golfs de se saisir eux-mêmes de la préservation de la biodiversité de leurs sites, en s’appuyant sur le savoir-faire de structures naturalistes de leur secteur.

Le label repose sur une démarche volontaire des clubs constituée de trois niveaux d’engagement progressif. Le niveau Bronze a pour objectif d'apporter de connaissance initiale de la biodiversité au travers d'un premier inventaire. Le niveau Argent propose d'aller plus loin dans le travail d'inventaire et de préconisation d'actions favorables pour la biodiversité. Enfin, le niveau Or concrétise l'engagement des clubs au travers de la mesure des effets produits par la mise en œuvre des préconisations, la conduite d'actions de sensibilisation et de partage d'expériences.

Le partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle a permis de bâtir un cahier des charges précis et rigoureux au niveau scientifique pour chacun des niveaux, de façon à pouvoir valoriser cette initiative tant auprès des structures naturalistes que des acteurs de la vie locale.

Qui figure dans la première vague de labellisation ?

Après un lancement officiel en 2018, les premiers dossiers ont été examinés par le comité d’évaluation, qui a retenu 22 clubs au total. Ces derniers vont recevoir dans les prochains jours des kits de

Une libellule sur le site du Golf National.

communication, afin de faire mieux connaître et comprendre cette initiative. « Nous avons pris le temps pour l’étude des dossiers, car ce programme repose avant tout sur une crédibilité forte », précise Thomas Charrier, responsable de la Cellule Environnement de la ffgolf.

Le Golf National et les golfs de Chantilly, de Vidauban (argent), de Touraine (bronze) font partie de la liste, eux qui ont été pionniers de cette initiative. Déjà engagés dans une démarche de préservation de la biodiversité dans le cadre d’un partenariat avec la LPO avant le lancement du Programme, plusieurs clubs ont pu bénéficier d’une équivalence pour le niveau bronze (les golfs de Saint-Laurent, d’Avrillé, de Val Quéven, de Port Bourgenay, de Ploemeur-Océan, de Pléneuf, du Grand Rodez et de Caen..

Les autres à rejoindre la liste sont les golfs de Saint-Cloud, La Rochelle Sud, Esery, Terre-Blanche et Mérignies au niveau argent ; l’Ailette, les Bouleaux, Cheverny et Carhaix Golf au niveau bronze. D’autres clubs engagés en 2018 bénéficieront prochainement du label, tandis que de nouveaux s’apprêtent prochainement à franchir le pas.

Comment devenir candidat au label ?

Toutes les structures de France sont invitées à se lancer dans cette initiative, et ce quel que soit leur environnement, urbain ou rural. Il y a partout un intérêt à s’engager pour la préservation de la biodiversité. En ce sens, la ffgolf a lancé une campagne d’information des clubs au travers de nouveaux documents de communication. Si aucun calendrier précis n’est fixé par le label lui-même, les golfs désireux de rejoindre le programme en 2019 n’ont plus de temps à perdre : les premiers passages des structures naturalistes sur les parcours doivent débuter au dès le printemps lorsque la nature rejaillit et s’épanouit pour notre plus grand plaisir.

La cerise sur le gâteau

Porté par la ffgolf avec l’appui du Muséum national d’Histoire naturelle, le Programme Golf pour la Biodiversité a été primé aux Ecosport Awards dans la catégorie "Structures et lieux de pratique".


Par William LECOQ
11 mars 2019