Accueil / Élite / Circuits Pro Masculins / European Tour / Calendrier / 2019 / Alfred Dunhill Links Championship / Alfred Dunhill Links Championship (ET) : Fantastique Perez

Alfred Dunhill Links Championship (ET) : Fantastique Perez

Co-leader à l'entame du dernier tour, Victor Perez a tenu bon pour remporter dimanche l'un des plus beaux tournois de la saison du Tour européen, l'Alfred Dunhill Links Championship.

Victor Perez
À 27 ans, le Tarbais remporte son premier titre sur le Tour européen David Cannon / Getty - AFP
26-29
septembre
ALFRED DUNHILL LINKS CHAMPIONSHIP
LIEU : St. Andrews (Old Course), Carnoustie & Kingsbarns, Ecosse
CIRCUIT : European Tour

Le résumé

Quelle première ! Rookie sur le Tour européen, Victor Perez s'est imposé dimanche dans le Temple du golf, la mythique terre de St Andrews qui a vu les plus grands triompher. À 27 ans, le Tarbais s'est offert l'Alfred Dunhill Links Championship, l'un des plus beaux tournois de la saison, tant par son format de jeu - disputé en alliance avec un amateur sur les trois links de Kingsbarns, Carnoustie et St Andrews - que par sa dotation et son champ de joueurs. En -22, le joueur formé à Biarritz l'a emporté avec un coup d'avance sur l'Anglais Matthew Southgate, le seul à l'avoir véritablement enquiquiné ce dimanche.

Car si les deux hommes partageaient les commandes du tournoi au départ de ce dernier tour. C'est bien Southgate qui prenait le meilleur départ. Avec quatre birdies pour un seul bogey l'aller, le joueur de l'Essex virait en -23. Un coup devant un Perez solide, mais parfois timide au putting (-2 sur l'aller). Après un trois-putts concédé au 11, le Français comptait même deux coups de retard. Mais la bascule intervenait au 14. Sur ce par 5, Southgate commettait une vilaine gratte sur son troisième coup quand celui de Perez, parfaitement touché, stoppait sa course à trois mètres du mât. Birdie pour le Tarbais. Et bogey pour son adversaire après un trois-putts depuis l'extérieur du green. « Ça a été le tournant, confirmait plus tard Perez au micro du Tour européen. J'ai senti que j'étais revenu dans le match et je me suis senti plus fort pour les derniers trous.»

À égalité à -22 - all square serait-on presque tenté de dire puisque la concurrence coinçait à -20 - les deux hommes poursuivaient leur mano a mano jusqu'au 17. Auteur d'un nouveau trois-putts sur ce par 4, Southgate abandonnait cette fois les commandes au seul Perez. Qui n'avait plus qu'à assurer le coup au 18 d'un par solide, pour l'emporter en -22 total.

16Victor Perez est le 16e joueur français à l'emporter sur le Tour européen et rapporte un 39e titre à la France.

« C’était une journée incroyable, très stressante. Je n’ai pas beaucoup dormi hier soir. Je n’avais pas très faim non plus. C’était une belle bagarre avec Matt. Il a livré un sacré combat. Cela aurait pu tourner dans les deux sens et je suis heureux que cela ait été mon tour aujourd’hui. J’ai eu un petit peu de réussite avec son trois putts au 17 et un par à suffi au 18 pour gagner. »

Avec ce titre, Perez empoche un joli pactole avec 915 points qui le propulsent au 17e rang de la Race to Dubaï. Il intégrera surtout lundi matin le Top 100 mondial (autour de la 70e place) pour la première fois de sa carrière !

C'est une sensation incroyable de gagner ici à St Andrews, dans la « Home of golf ». C’est une semaine que je n’oublierai jamais.

Les autres Français

La victoire de Perez ferait presque oublier la jolie semaine d'ensemble des joueurs français. Car derrière lui, Mike Lorenzo-Vera a de nouveau signé une très belle performance. Avec un dernier tour en 66 (-6) et quatre birdies et un eagle sur ses sept derniers trous, le Basque a gagné dimanche 24 places pour finir 15e du tournoi (-17). Il devance Victor Dubuisson, lui aussi très bon dimanche avec un joli 68 (-4) qui lui permet de terminer 26e (-15) et d'assurer quasiment son maintien sur le Tour l'an prochain (il est désormais 95e du circuit).

Avec son 69 (-3) du jour, Matthieu Pavon fait lui aussi un pas de géant vers le maintien. 46e du tournoi, en compagnie de Benjamin Hébert, le Bordelais grimpe à la 96e place du circuit.

Julien Guerrier (56e,-7) et Raphaël Jacquelin (60e,-4) ferment la marche. Ce qui ne les a pas empêché d'offrir une jolie douche au champagne au lauréat.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
29 septembre 2019