Accueil / Élite / Circuits pro masculins / DP World Tour / Calendrier / 2022 / BMW International Open / Robin Roussel, rechargé à bloc

Robin Roussel, rechargé à bloc

Sacré champion de France professionnel ce week-end au golf du Médoc, Robin Roussel a fait le plein de confiance dans un tournoi maîtrisé de bout en bout. Idéal avant de retrouver le quotidien et les enjeux du DP World Tour, dès cette semaine en Allemagne.

Robin Roussel
Robin Roussel est au départ du BMW International Open ce jeudi en Allemagne. Stuart Franklin / Getty Images Europe - AFP
23-26
juin
BMW INTERNATIONAL OPEN
LIEU : Golfclub München Eichenried, Allemagne
CIRCUIT : DP World Tour

Venu de son propre aveu chercher de la confiance en compétition plutôt que de s'accorder une semaine de repos entre deux tournois du Tour européen, Robin Roussel est reparti du Pian-Médoc avec la jauge au maximum. Vainqueur ce samedi du championnat de France professionnel MCA, le joueur formé au golf d'Ozoir-la-Ferrière (77) a signé une semaine de référence, comme ça ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Malgré la canicule qui a plombé le Golf du Médoc Resort pendant quatre jours, malgré l'exigence d'un parcours des Châteaux à son meilleur, et malgré une concurrence redoutable, Roussel s'est montré le plus fort. « Je n'ai pas joué mon meilleur golf, mais j'ai beaucoup mieux joué que depuis un bon moment, donc ça me fait vraiment beaucoup de bien », indiquait-il après sa victoire. « Ça faisait très longtemps que je n'avais pas produit quatre tours avec un niveau de jeu à la fois constant et très élevé. Je vais pouvoir m'appuyer dessus. »

« Ça fait deux ans que je ne joue pas comme j'aimerais »

Cette semaine en Gironde, à tous points de vue couronnée de succès, pourrait constituer une fondation solide à l'élévation de Robin Roussel au sein de la hiérarchie européenne. Titulaire d'une petite catégorie de jeu (16c) sur le DP World Tour, il n'a disputé cette saison que 12 tournois, dont aucun Rolex Series. Et avec seulement trois cuts franchis et une 37e place mi-mai en Belgique comme résultat de référence, le bilan comptable est pour l'instant loin d'être à la hauteur de ses ambitions. « Il y a des semaines qui se passent mieux que d'autres, mais dans l'ensemble c'est moins bon que ce que je voudrais », commente-il. « Ça fait deux ans, depuis la reprise après le Covid, que je ne joue pas comme j'aimerais. J'ai utilisé ce championnat de France pour essayer de me lâcher un peu plus, vu qu'il y a moins d'enjeu pour moi que sur un tournoi du Tour. Ça m'a permis de jouer un peu moins sur la retenue ; et ça m'a fait du bien car j'ai vraiment besoin de tirer un maximum de bons coups », poursuit l'actuel 185e du classement européen.

Ça a été très dur de me décider à arrêter avec Benoît, car c'est quelqu'un que j'apprécie énormément, et à qui je dois l'essentiel de ma petite carrière de golfeur.

Pour autant, le joueur de 28 ans n'a pas identifié de lacune majeure dans un domaine particulier. « C'est un problème global », résume-t-il. « De moins en moins technique, car je bosse énormément ce secteur et ça va de mieux en mieux. Aujourd'hui, c'est principalement une question d'engagement et de confiance en moi. » Pour y remédier, Robin Roussel n'a pas hésité à sortir de sa zone de confort, mettant au mois d'avril un terme à sa collaboration technique avec Benoît Ducoulombier. « J'ai fait le constat que je ne me sentais plus progresser ces trois dernières années. Et je n'avais pas envie de finir cette saison, et potentiellement de perdre ma carte, en me disant qu'il y avait des solutions alternatives que je n'avais pas essayées. Je ne voulais pas regretter de n'avoir rien tenté, donc j'essaie. » Depuis deux mois, il s'entraîne ainsi avec Jamie Gough, un coach sud-africain bien connu des joueurs du Tour européen – Joost Luiten, Ryan Fox, David Drysdale, Chris Paisley ou encore Ewen Ferguson s'entraînent avec lui – et en particulier de son ami Matthieu Pavon, qui l'a rejoint en 2019.

Des bons coups meilleurs, des mauvais coups moins mauvais

Mais quitter son entraîneur historique n'a pas été facile, comme le raconte Robin : « Ça a été très dur de me décider à arrêter avec Benoît, car c'est quelqu'un que j'apprécie énormément, et à qui je dois l'essentiel de ma petite carrière de golfeur. Mais il fallait que je pense à mes objectifs et à ma situation de joueur, donc j'ai pris cette décision que je ne regrette absolument pas d'un point de vue professionnel. » Et si les premiers effets de cette nouvelle collaboration ne se sont pas encore fait sentir en termes de résultats – du moins sur le Tour européen ! – l'Ozophoricien est convaincu de la justesse de sa décision : « Ce que j'aime beaucoup avec Jamie, c'est qu'on travaille toujours de la même façon. C'est très carré et c'est exactement ce qu'il me faut, car c'est facile de m'y tenir. Et avec lui, j'ai une vraie vision à long terme de comment je veux que mon swing soit, comment je veux que ma trajectoire de balle soit. L'idée est vraiment de gagner en régularité dans la frappe de balle, de faire en sorte que mes bons coups soient meilleurs et mes mauvais coups moins mauvais », explique-t-il.

La saison est encore longue, et Robin Roussel aura de multiples occasions de mettre en application sur le terrain les enseignements de son nouvel entraîneur. Dès cette semaine en Allemagne, ou celle d'après en Irlande, et peut-être même début juillet aux États-Unis au Barbasol et au Barracuda Championship, deux épreuves co-sanctionnées avec le PGA Tour dans lesquelles il espère rentrer. « Même si ça coûte un gros billet, j'irais sans hésiter car c'est une opportunité de fou ! » assure-t-il. En attendant d'être fixé sur ses échéances à moyen terme, le tout nouveau champion de France est prêt à remettre la machine en marche au BMW International Open qui débute jeudi à Munich. Avec un regain de confiance, naturellement, mais toujours une bonne dose d'humilité : «  Oui, j'ai fait le plein de confiance, mais je ne suis pas arrivé... Je suis arrivé nulle part : cette semaine, on repart de zéro, et il faudra faire la même chose. »


Par Alexandre MAZAS
20 juin 2022