Accueil / Élite / Circuits pro masculins / DP World Tour / Calendrier / 2022 / Cazoo Open de France / Cazoo Open de France (DPWT) : Les Français répondent présent

Cazoo Open de France (DPWT) : Les Français répondent présent

À l'issue d'un deuxième tour à nouveau survolé par Rasmus Højgaard, désormais leader à -15, trois Français sont à la poursuite du Danois : Paul Barjon (2e), Antoine Rozner (4e) et Mathieu Decottignies-Lafon (6e).

Paul Barjon
Le Néo-Calédonien jouera en dernière partie samedi. Lucas Hélin / ffgolf
22-25
septembre
CAZOO OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf National (Albatros), France
CIRCUIT : DP World Tour
Rasmus Højgaard

Meilleur score du premier tour, meilleur score du deuxième, Rasmus Højgaard est en toute logique leader du Cazoo Open de France après 36 trous. À son 62 (-9) d'ouverture qui avait égalé le record du parcours de l'Albatros, le Danois a ajouté ce vendredi un excellent 65 (-6), réalisant sept birdies contre un bogey dans une journée à nouveau quasi-parfaite. « Le parcours est pourtant toujours aussi compliqué », a lâché le joueur de 21 ans. « Mais j'ai encore très bien joué aujourd'hui, touché beaucoup de greens et obtenu beaucoup d'occasions de birdie tout en évitant les bogeys, donc c'était bien. »

Avec un total de 127 coups après deux tours, soit 15 sous le par, le triple vainqueur sur le DP World Tour signe même un autre record dans l'histoire récente du tournoi : depuis 2004, année où l'Albatros est passé en par 71, le meilleur score est en effet de -15... sur quatre tours ! « Je ne vais rien changer ces prochains jours puisque ça a marché, je vais y aller en étant patient et en tentant d'éviter les bêtises », promet Rasmus Højgaard, caddeyé depuis plus d'un an par le Franco-Anglais Tom Ayling, ancien copilote d'Alexander Levy.

Paul Barjon tient la cadence

Paul Barjon

Premier Bleu au leaderboard hier soir, Paul Barjon l'est toujours ce vendredi à l'issue d'un deuxième tour solide. Après un aller franchi en -1 grâce à deux birdies et un bogey, le natif de Bordeaux a poursuivi sans encombre sa route sur le retour, arrachant au passage un eagle inespéré au 14 grâce à une ficelle de plus de 20 m rentrée depuis l'extérieur du green ! « Je voulais me mettre dans un rayon d'1,50 m car le putt était long et difficile, il fallait passer au bord du green avec le bunker sur la gauche et ne pas être trop agressif, et au final elle est rentrée donc c'était parfait ! » a-t-il commenté.

Désormais 2e à -9 total, il s'élancera en dernière partie avec Højgaard, six coups devant lui. « C'est une bonne position d'être 2e après deux tours. J'ai vu en fin de partie qu'il était à -15, donc c'est plutôt bien car ça veut dire que c'est possible ! Il y a toujours une chance que quelqu'un mette une volée aux autres... J'espère taper un poil mieux demain surtout si le temps s'agite un peu avec le vent et la pluie », a conclu le Tricolore qui dispute son open national pour la première fois.

La belle remontée d'Antoine Rozner

Antoine Rozner

Juste derrière Barjon, le Sud-Africain George Coetzee est seul 3e à -8 après son 66 (-5) du jour. Et en 4e position un coup derrière, on retrouve le Suédois Alexander Björk (71), mais surtout le deuxième Tricolore, Antoine Rozner. Le Racingman, qui dispute lui aussi l'Open de France pour la première fois de sa carrière, a rendu un très bon 66 (-5) comprenant six birdies pour un bogey.

« C'est hyper agréable, tous mes proches sont là, mes parents, ma copine, mes amis et les membres de la Boulie, donc ça fait plaisir d'être soutenu. Je me sens à la maison, tout simplement. Il faut le prendre du bon côté car quoi qu'il arrive les gens seront fiers de moi. Ce n'est pas une pression : ce n'est que du plaisir », a-t-il indiqué tout sourire après sa partie.

Mathieu Decottignies-Lafon a le cœur qui bat fort

Mathieu Decottignies-Lafon

Troisième Français au classement provisoire, Mathieu Decottignies-Lafon est 6e à -6 total après un deuxième 68 (-3) en deux tours. Le Nordiste, qui avait terminé 16e et premier Bleu ex æquo lors de l'édition 2016, retrouve cette semaine un tracé, un tournoi et une pression qu'il affectionne tout particulièrement. « J'ai besoin d'être challengé, d'avoir le cœur qui bat. Il y a eu des coups clés à taper et je les ai réussis, et c'était un kif monumental. Plus mon cœur bat, plus j'ai de pression, et plus j'arrive à me concentrer et à tirer le meilleur de moi-même. Je veux continuer à bien jouer, à m'engager sur les coups, et à glisser quelques putts un peu plus longs. Il y aura de la pression ce week-end, mais tant mieux car j'en ai besoin », a-t-il admis.

Saluons enfin la performance des amateurs tricolores qui sont quatre à franchir le cut, tombé dans le par total (soit la limite la plus basse des 17 dernières années). Oihan Guillamoundeguy (69) occupe la 12e place à -4 à égalité avec Victor Perez et Matthieu Pavon ; Tom Vaillant (71) est 22e à -3 ; Julien Sale (69) est 47e à -1 ; et enfin Martin Couvra (76) est 64e dans le par.


Par Alexandre MAZAS
23 septembre 2022