Un swing et des clubs adaptés

On ne joue pas avec les mêmes clubs en fonction de son niveau, de son âge, de son gabarit, de son morphotype, et n'espérez pas avoir le même swing que les champions vus à la télé... 

Il vous faut du matériel adapté, et un swing bien à vous, pas un swing de champion avec des amplitudes articulaires énormes parce qu’eux, sont très souples, ils s'entraînent en permanence, ils font du travail physique conforme au sport de haut niveau.

Le matériel est un autre allié de votre réussite. Il faut absolument que vous jouiez, dès que possible, avec des clubs légers, adaptés à votre technique, à la vitesse de votre swing, à votre morphologie. 

Cela va de la taille des grips (en fonction de la taille de vos mains), aux manches, et aux têtes de clubs.

C’est complètement faux d’affirmer – comme on l’entend parfois – que le manche est le moteur du swing ! Non, le moteur du swing, c’est le corps humain. Le manche, c’est ce qui va permettre à l’énergie produite par le corps humain d’atteindre la tête de club. Il est donc important que ce manche, soit adapté à la vitesse de votre swing, en termes de longueur, flexibilité, point d’équilibre.

Quant à la tête de club, ne la choisissez pas trop exigeante. Bien au contraire, choisissez-là tolérante, et faites-vous plaisir.

Essayez vos clubs avant de les adopter

Du "bon" matériel, ce n’est pas (seulement) une question de marques ou de technologie, mais encore une fois, d’adaptation aux critères de chaque individu. Et tout cela passe par un fitting bien fait. Si possible multi marques, afin d’éviter les considérations commerciales. Aucune raison donc de ce priver du privilège de jouer avec des clubs adaptés, qui vont vous permettre d’optimiser votre jeu, sans entraîner de blessure.

Construisez votre swing en fonction de ce que vous pouvez vous permettre

Il y a une courbe d’apprentissage dans le golf comme dans tous les sports. C’est un sport technique qui nécessite un apprentissage avec un pro, afin de bien comprendre, déjà comment on tient le club parce que si on le tient mal, on risque fort de se blesser au niveau des mains, du poignet, des coudes et ensuite, avoir un swing adapté à son âge, à sa morphologie, à ses capacités physiques, donc un swing beaucoup plus compact, beaucoup plus court ( que ceux des champions) mais (relativement, bien sûr) tout aussi efficace.

La posture est un élément à prendre en considération en fonction de son âge. Et si vous avez la soixantaine et un pro jeune, attirez son attention si besoin sur vos spécificités, car à vingt-cinq ans, on n’a aucune idée de ce qu’un corps de soixante-ans a pu encaisser ! Or, vous ne pouvez pas à soixante ans, adopter la même posture qu’un jeune de quinze ans, ou qu’un pro en pleine possession de ses moyens.

Vous allez donc vous efforcer de construire votre swing en fonction de ce que vous pouvez vous permettre et donc, ne pas hésiter à raccourcir vos gestes. Le but : rendre votre swing plus compact, car plus on vieillit moins on doit solliciter la colonne lombaire en rotation. Ca se joue sur le finish. Ne finissez pas cambré comme un danseur étoile, vous pourriez le regretter ! Optez pour un trois quart de coup (on dit aussi "coups tenus") ce qui vous évitera une débauche d’efforts en fin de geste, décision d’autant bienvenue qu’elle ne sert à rien. A un certain âge, l’expérience aidant, on va aussi loin avec un swing compact que lorsqu’on frappait un swing à pleine vitesse et grande amplitude. Pourquoi ? Parce qu’on donne instinctivement l’accélération au bon moment.

Dans le domaine purement technique, surtout ne pas adopter le swing en "pivot inversé". Evitez de mettre tout votre poids à gauche, puis de vous jeter à droite, car là encore vous sollicitez trop votre colonne lombaire.

Réfléchir, se connaître, travailler son swing avec un pro en fonction de votre âge, faire bouger votre corps sans à-coup, de manière coordonnées, avec des amplitudes articulaires moindres et mieux maîtrisés sont autant de facteurs qui vous garantiront une belle longévité sur les parcours.

Pour vous aider, regardez jouer les anciens champions qui évoluent aujourd’hui sur le circuit séniors. Ils jouent au golf tous les jours, mais se sont adapté au vieillissement de sorte qu’ils ne jouent pas moins bien mais différemment.

En conclusion, retenez que plus on avance en âge, plus il est important de savoir s’adapter sur le plan golfique aux situations qui composent votre quotidien. 

Avouez que ce serait quand même un peu ridicule de devoir arrêter de jouer au golf, alors qu’il est précisément démontré la pratique du golf permet à ceux qui y adonnent de vieillir en forme !