Golf et socialisation

D’après une étude suédoise menée en 2008 auprès de 2300 000 golfeurs, le golf, par la socialisation, réduit de 40% la mortalité et permet une augmentation de l’espérance de vie de 5 ans.

D’autres sports, tels que le vélo, par exemple, peuvent prétendre à des résultats positifs sur la population qui les pratiquent, mais l’impact du golf est augmenté par le fait que les golfeurs jouent avec des gens qui leur ressemblent et ainsi, apporte aux individus ce que les scientifiques ont appelé "La prévention par la socialisation".

Une étude américaine montre que le premier critère de choix d'une activité sportive par les seniors est la socialisation : rencontrer des gens qui "vous" ressemblent. Le golf arrive en première position.

En effet, les golfeurs jouent le plus souvent avec des partenaires qui leurs ressemblent en termes d’âge et de niveau de jeu. Lorsqu’un golfeur constate qu’il éprouve des difficultés à suivre le rythme de marche et de jeu de ses partenaires, il va, de lui même, s’engager dans une démarche de prévention en allant consulter un médecin afin d’avoir une explication à cet état de fait.

Le golf, surtout chez les seniors, permet également de lutter contre les états dépressifs, sensation d’isolement. Grâce aux cours collectifs, aux petites compétitions, aux différentes manifestations qui participent du succès du golf, les gens sont  engagés dans un tissu relationnel, et peuvent ainsi garder une socialisation importante. 

Chez les enfants et adolescents, le golf aura des impacts positifs sur des profils particuliers. Les obèses y trouveront une activité qui va les valoriser contrairement à beaucoup de sports. D'autres profils y suivront l'école de respect des règles et expérimenteront la confrontation au parcours.