Accueil / Jouer / Toutes catégories / Messieurs Dames / National & International / Calendrier / 2020 / Championnat de France par équipes Dames 1ère Division - Trophée Golfer's club / Trophée Golfers’ Club : le Racing et Toulouse en finale

Trophée Golfers’ Club : le Racing et Toulouse en finale

Le RCF La Boulie et le Golf Club de Toulouse ont décroché leur billet pour la finale du Trophée Golfers’ Club ce samedi, respectivement aux dépens du PCC et de Saint-Cloud. Le Racing tentera de décrocher un 17e titre, tandis que les Toulousaines pourraient devenir pour la première fois championnes de France.

07-11
octobre
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES DAMES 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOLFER'S CLUB
LIEU : GOLF DE BONDUES, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Le résumé

Des visages qui se tendent. Puis qui se libèrent à la vue d’un petit putt qui rentre, ou d’un message sur un écran de téléphone colportant la nouvelle. Les scènes sont habituelles en phase finale de championnat de France par équipes, et une nouvelle fois, le parcours de Bondues en a été le théâtre, ce samedi. Le phénomène a surtout touché les visages des Toulousaines et des Racingwomen : les deux clubs se sont qualifiés pour la finale du Championnat de France de première division féminine, non sans avoir dû batailler pour se défaire de l’adversité représentée par le Paris Country Club et Saint-Cloud.

Toulouse a dû patienter

Pour les lauréates de la phase de qualification, opposées à Saint-Cloud dans la première demi-finale, la matinée avait commencé sous les meilleurs auspices. Zoé Allaux et Marion Veysseyre plaçaient le Golf Club de Toulouse 5 up après huit trous face à la paire phare clodoaldienne, composée d’Adéla Cernousek et Charlotte Lafourcade. Dans l’autre match, Louise Reau et Céline Manche faisaient également le boulot pour les Occitanes, face à Clotilde de Lembeye et Céleste Collet, en passant 2 up après neuf trous.

Marion Veysseyre a bataillé face à Alix François-Poncet.

Mais Saint-Cloud n’est pas resté sans réagir. Lafourcade et Cernousek se sont tout d’abord relancées en rentrant quatre birdies de suite du 9 au 12 (dont celui du 11 sur un superbe coup de fer de la première citée).Revenues 1 down après le gain du 13 (bogey des Toulousaines), elles ne parvenaient pourtant pas à remettre la rencontre à égalité, et s’inclinaient au 18 sur la plus petite des marges.

Dans le deuxième match, Louise Reau et Céline Manche se sont fait encore plus peur, notamment en concédant un dommageable bogey sur le par 4 du 17 en étant en un presque au pied du green, et ce alors que Clotilde de Lembeye venait de rentrer une approche pour le par. Le bogey concernait en revanche les deux paires sur le trou suivant, scores synonymes de victoire et de deuxième point pour Toulouse.

L’après-midi a offert un scénario assez analogue. Tout a bien commencé pour l’équipe en rouge et noir, avec la nette victoire d’Yvie Chaucheprat sur Charlotte Lafourcade dans le premier simple, 3&2. Mais elles ont ensuite été contraintes d'attendre le quatrième point décisif pendant un temps qui a dû leur paraître infiniment long, et surtout au cours duquel Saint-Cloud n’a cessé de reprendre espoir. Dans le deuxième simple, Adéla Cernousek, ayant pourtant manqué une belle occasion d’égaliser face à Clémence Cadéac au 17, empochait le 18, puis rentrait un birdie au 19e trou pour apporter le premier point de la maison jaune et verte.

La course, au sens littéral, a alors concerné tout le monde pour remonter le long par 5 du 1, le temps de retrouver au passage Yada Alliot, sortant du green du 18 forte de sa victoire face à Céline Manche (1 up), qui faisait alors écho au succès de Clotilde de Lembeye sur Zoé Allaux (2&1). Mais autour du green du 18, la course s’est arrêtée, quand un autre écho, à grands renforts de données mobiles, est arrivé : dans un match serré de bout en bout, Marion Veysseyre délivrait Toulouse, en battant Alix François-Poncet dans le dernier match, 2&1. Six ans après, le club de la Ville Rose retrouvait la finale nationale.

« On a vraiment dû se battre, admet Marion Veysseyre. Les filles ne se sont jamais démontées, elles se sont toujours accrochées. De mon côté, je savais que c’était un match où il fallait être patiente, que chacune d’entre nous allait faire des erreurs. Ça a tourné en ma faveur. Je savais que je devais gagner mon match, quoi qu’il arrive. »

Le RCF remporte le duel de la capitale

Si le Trophée Golfers’ Club est gourmand en émotions et en scénarios incroyables, il l’est également en paradoxes comme celui-ci : la rencontre ayant livré la matinée de foursomes la plus accrochée a été la plus rapide à se dénouer l’après-midi. Le Paris Country Club et le RCF La Boulie se retrouvaient en Golfers’ pour la première fois depuis la finale qui les avait opposés il y a deux ans.

Alexandra Yschard a remporté le point décisif face à Clémence Martin.

La session matinale s’est donc soldée par un score de parité. Dans la partie de tête, opposant les deux paires les plus en verve de chaque club, Clémence Martin et Pauline Stein ont vite fait la différence face à Chloé Salort et Alexandra Vilatte Farret, avec notamment quatre birdies pour aucun bogey sur les dix premiers trous. Un bogey des Racingwomen sur le trou n° 18 (tous les matches de cette rencontre sont partis du 8) portait la marque à 5 up, et permettait une victoire du PCC, 5&4.

Les débats ont été plus serrés dans la deuxième partie. Pourtant, Vairana Heck et Évangeline Prévot avaient constitué un beau matelas sur l’aller pour le RCF, en passant 4 up après seulement six trous. Mais Rose Le Tendre et Solène Balet sont revenues peu à peu, tout d’abord avec un birdie au 17, puis profitant de deux bogeys de leurs adversaires au 1 et au 3. Le match repassait square sur le trou suivant, avant que la paire du PCC ne connaisse de nouveaux déboires sur le 5 et le 6, leur coûtant une défaite, 2&1.

L’après-midi, dans les simples de tête, Ambre Lefèvre s’est chargée de donner le ton pour les joueuses en ciel et blanc, en s’imposant 7 & 6 face à Olivia Cosmano. Mais contrairement à celui de la première demi-finale, le scénario a vite été verrouillé par les joueuses du Racing. Certes, dans le deuxième simple, Pauline Stein parvenait à s’imposer, 2&1 face à Nawel Ben Letaïef. Mais dans les trois matches restants, l’avantage de plusieurs trous était à chaque fois côté La Boulie.

Le dernier putt, celui de la qualification, a été le fait d’Alexandra Yschard. Face à Clémence Martin, avec qui elle est restée square du 11 au 18, la joueuse du Racing a pris l’avantage sur le par 5 du 1, pour le doubler au 2 sur un birdie, puis sceller le sort de la rencontre sur le 4, là encore sur un birdie. « La partie a eu du mal à se décanter, commente-t-elle. J’ai rentré des putts à 4-5 m sur les quatre derniers trous, du coup, j’ai gagné comme ça, mais Clémence a très bien joué. Je suis restée calme. J’avais quand même un peu la pression, c’est sûr. Contre Toulouse, ça va être dur aussi je pense, mais je suis très contente que l’équipe soit en finale. »

Le chiffre

2014L’année de la seule finale jouée par le Golf Club de Toulouse en Golfers’. Cela se passait pour elles à domicile, et c’était contre… Le RCF La Boulie.

Le post social


Par William LECOQ
10 octobre 2020