Accueil / Jouer / Toutes catégories / Messieurs Dames / National & International / Calendrier / 2020 / Championnat de France par équipes Dames 1ère Division - Trophée Golfer's club / Trophée Golfers’ Club : les quatre premiers en demies

Trophée Golfers’ Club : les quatre premiers en demies

Les quatre premières équipes au classement de la qualification ont tenu leur rang, ce vendredi lors des quarts de finale. Le Golf Club de Toulouse affrontera Saint-Cloud, samedi en demi-finale, tandis que la seconde affiche sera 100 % francilienne, entre le Paris Country Club et le RCF La Boulie.

07-11
octobre
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES DAMES 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOLFER'S CLUB
LIEU : GOLF DE BONDUES, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Toulouse sur sa lancée

Après avoir empoché la qualification, le Golf Club de Toulouse se présentait face à Saint-Nom-la-Bretèche, dans une matinée fraîche où l’absence de vent laissait les drapeaux collés à leur mât. La formule complète ayant été conservée pour ces quarts de finale (au seul prix d’avoir fait partir les matches du 1 et du 8), la journée a commencé par deux foursomes, avant cinq simples programmés l’après-midi.

Le point apporté par Carla Mengelle a pesé lourd pour les Toulousaines.

Une session matinale qui allait déboucher, en l’occurrence, sur un match nul : dans le match de tête, Charlotte Liautier et Lou Rousselot square face à Louise Reau et Céline Manche, ont donné un bon coup d’accélérateur pour Saint-Nom sur le retour. Après deux birdies sur les deux par 5 du 9 et du 10, puis deux autres au 13 et au 15, elles se sont imposées, 4&3.

Le deuxième match a été encore plus à sens unique, mais cette fois pour les Toulousaines. Déjà 2 up après cinq trous, du fait de deux bogeys de Charlotte Ménager et Diane Duchefdelaville, Marion Veysseyre et Zoé Allaux ont mis elles aussi la poignée au fond, avec quatre birdies entre le 6 et le 10. Le match se concluait logiquement sur le score de 7&6.

Tout allait donc se jouer dans les simples de l’après-midi. Ménagée dans la matinée, après avoir fait l’impasse sur le second tour des qualifications, Yvie Chaucheprat, la leader toulousaine, faisait son retour sur le tracé de Bondues, face à la capitaine nonnais-bretechoise Charlotte Liautier. Le début de partie équilibré trouvait un premier tournant sur le green du 8 : après un premier putt discutable, Yvie Chaucheprat rentrait un bon 4 m pour partager le trou, et rester 1 up. Elle entretenait ensuite cette dynamique en rentrant des putts pour birdie au 9 et au 10, pour passer 3 up. Un dernier volatile sur le 14 lui offrait un succès 5&4.

La victoire de Carla Mengelle dans le match de tête face à Karen Nassy, 3&1, mettait les Occitanes à un point de la qualification. Mais rien n’était définitivement joué, Zoé Allaux étant à égalité avec Lou Rousselot au départ du 18. Car derrière, ni Céline Manche ni Clémence Cadéac n’étaient assurées de s’imposer.

La décision est pourtant venue du match entre Allaux et Rousselot, et malheureusement sur un putt de moins d’un mètre manqué par cette dernière sur le green du 18, qui aurait permis au match de se poursuivre. Score final : 5,5 à 1,5.

« C’est une belle victoire, mais ça nous montre qu’on doit s’accrocher, confie Céline Manche. On essaie de rester concentrées, car c’est un long tournoi. On essaie de maintenir le niveau. Ce n’est pas parce qu’on a gagné que c’est fini. »

Saint-Cloud sans ménagement

Adéla Cernousek et Charlotte Lafourcade ont mené l'équipe de Saint-Cloud à la victoire.

Hélas pour ceux qui aiment les rencontres se dénouant sur un dernier putt d’un match décisif, les débats ont été plus expéditifs entre Saint-Cloud et Saint-Germain. Les Clodoaldiennes ont pris l’ascendant dès la session matinale, tout d’abord avec la victoire de Charlotte Lafourcade et Adéla Cernousek face à Diane Buisson et Perrin Gouin-Petit. Déjà 4 up une fois passé le trou n°18 (tous les matches de cette rencontre sont partis du 8), la paire verte et jaune a connu comme unique déboire dans le final du match une virgule de Cernousek sur le 2 pour partager le trou. Mais pas de quoi enrayer leur dynamique : le gain du 3 leur permettait de s’imposer sur le trou suivant, 4&3.

Dans le deuxième foursome, Béryl Giletti et Eugénie Varet ont pris le meilleur départ pour Saint-Germain, en étant 2 up après trois trous grâce à deux birdies. Mais Yada Alliot et Céleste Collet sont patiemment remontées et sont même passées devant grâce à un birdie au 15. Une longue série de huit trous partagés menait la partie sur le par 3 du 6, où un bogey de la paire de Saint-Germain forçait la concession du trou et du match, qui se terminait sur le score de 2&1.

L’après-midi a offert à Charlotte Lafourcade et Adéla Cernousek l’occasion de poursuivre l’œuvre qu’elles avaient entamée le matin en foursome. Avec quatre birdies sur les neuf premiers trous, la première s’est ouvert les portes d’un succès, 5&4, face à Diane Buisson dans le match de tête. La seconde trouvait, en revanche, du répondant dans le domaine de la course au birdie : elle et Eugénie Varet en rentraient quatre chacune entre le 11 et le 17 (consécutifs en ce qui concerne la joueuse de Saint-Germain, du 11 au 14).

La différence s’est faite, en réalité, sur les quatre bogeys concédés par Varet durant la partie, Cernousek parvenant à éviter ce genre d’écueil. Le par 5 du 4 voyait le match se terminer, ainsi que la rencontre. La victoire de Clotilde de Lembeye sur Perrine Gouin-Petit étant intervenue quasi-simultanément, le score final s’est établi à 6-1 en faveur de Saint-Cloud, qui affrontera Toulouse en demi-finale.

« On a gagné les deux foursomes, ce qui donne un peu plus de confiance sur les simples, analyse Charlotte Lafourcade. Les demi-finales seront peut-être plus accrochées, mais je pense que le niveau de jeu est là. Je ne suis pas très inquiète. Je pense que les filles sont motivées autant que moi. »

Le RCF La Boulie se sort du piège lyonnais

Deux matches dans la journée, et deux victoires pour Alexandra Vilatte Farret.

L’affiche entre le RCF La Boulie et le Golf Club de Lyon a montré dès les foursomes de la matinée qu’elle serait la plus accrochée de ce vendredi. Dans cette première passe d’armes à la fraîche, jamais aucune des deux équipes n’a compté plus de deux trous d’avance sur son adversaire.

La chose est même survenue une seule fois dans le match de tête, Ariane Klotz et Éléonore Hubert profitant de leur birdie du 15 pour passer 2 up sur Évangeline Prévot et Vairana Heck… uniquement pour voir leur avantage amputé de moitié sur le 16, du fait du birdie des Racingwomen. Ces dernières n’évitaient pas pour autant la défaite, 1 up.

Dans le deuxième match, les Rhodaniennes Marie Pardi et Bénédicte Kerviel avaient pris le meilleur départ, passant 2 up après le 8. Mais Chloé Salort et Alexandra Vilatte Farret ont refait leur retard grâce à deux birdies au 9 et sur le délicat par 3 du 11. Ce match serré de part en part se jouait finalement… au bogey, celui de la paire du RCF sur le 18, qui suffisait malgré tout à gagner le trou, et le match par la même occasion.

Contraintes de faire la différence lors des cinq simples de l’après-midi, les Ciel-et-Blanches se sont reposées dans le premier match sur l’expérience et la solidité de la vice-championne d’Europe Chloé Salort, qui limitait au maximum les coups laissés en route pour s’imposer 4&3 sur Sara Brentcheneff. Même idée et mêmes conséquences dans le dernier duel, où Alexandra Vilatte Farret rentrait quatre birdies pour un seul bogey, ce qui lui apportait un succès 5&4 face à Tsara Ralamboarison.

La rencontre a définitivement rejoint le camp du Racing à la conclusion du match entre Ambre Lefèvre et Éléonore Hubert, match pourtant très serré jusqu’à la mi-parcours. Hélas pour les Lyonnaises, les trois bogeys concédés par Hubert au 9, au 10 et au 12 faisaient passer la marque à 3 up, et ce jusqu’à la conclusion du match, sur le par 3 du 16.

« On savait que tous les points étaient importants cette après-midi, souligne Alexandra Vilatte Farret. On vient pour gagner, mais chaque étape est importante. Il ne faut pas croire que les autres équipes sont moins fortes que nous, au contraire, je trouve que le niveau de jeu est plutôt bon. Il faut se méfier de tout le monde. »

Le PCC en maîtrise

Le putter de Clémence Martin a contribué à la réussite du PCC.

En demi-finale, les Racingwomen s’offriront une revanche de la finale 2018 à Hossegor. En effet, le Paris Country Club, vainqueur des joueuses locales de Bondues, sera leur adversaire de samedi. Dans cette rencontre qui avait le 8 comme point de départ de tous les matches, la différence s’est faite en grande partie sur les foursomes du matin. Dans le premier, Eve-Marie Sapin et Salomé Zasio ont globalement eu l’ascendant sur le début de partie, mais elles ont vu Clémence Martin et Pauline Stein revenir à leur hauteur après 12 trous. Après un biridie au 4 pour passer 1 up, les Parisiennes ont enfoncé le clou par l’intermédiaire de Clémence Martin, qui rentrait un birdie au 5 pour passer 2 up, puis mettait son approche quasi-donnée sur le 6 pour le gain du match, 2&1.

Dans le deuxième match, Rose Le Tendre et Solène Balet ont eu besoin d’aller jusqu’au 7 (le 18e trou) pour l’emporter face à Laura Van Respaille et Sophie Delfosse. Comme leurs camarades, ces dernières avaient bien négocié le début de partie, avant que quelques incidents de parcours ne replacent leurs adversaires 1 up aux abords de ce dernier acte. Une très belle approche de Solène Balet, conclue dans la foulée par Rose Le Tendre, permettait alors au club de la capitale de partir déjeuner à 2-0.

Dos au mur, et malgré l’indéfectible soutien de leur public, les joueuses locales ont dû subir assez vite la défaite dans l’après-midi. Dans le match de tête, Olivia Cosmano disposait d’Anne Dezemery, 5&4, et plaçait le PCC à une victoire de la demi-finale. Victoire qui arrivait par l’intermédiaire de Clémence Martin, une nouvelle fois, 6&5 face à Constance Benoît. Les Parisiennes sont ainsi toujours en lice pour récupérer le titre qu'elles avaient conquis trois fois consécutivement de 2016 à 2018.


Par William LECOQ
9 octobre 2020