Chartres

La fermeture de la Cathédrale de Paris est regrettable, elle a néanmoins permis de mettre l’accent sur d’autres joyaux de l’art gothique en France. Pour changer d’air, nous partons à 100 km de la capitale pour rejoindre Chartres et sa cathédrale Notre-Dame, classée au patrimoine mondial par l’UNESCO. En admirant l’édifice de l’intérieur, vous serez saisi par la beauté de ses incroyables vitraux anciens XIIe et XIIIe siècles. Ces quelque 2600 m² de panneaux de verres étincelants constituent la plus riche collection d’Europe. C’est d’ailleurs leur bleu emblématique qui a pris le nom de la ville : le « bleu de Chartres ». Du haut de la tour nord, à 70 mètres d’altitude, un panorama exceptionnel vous donnera un aperçu des vertes contrées environnantes. Le temps d’un week-end, laissez-vous surprendre par l’histoire médiévale de la ville à travers ses chefs-d’œuvre d’architecture et les façades sculptées qui racontent des légendes. Enfin, détendez-vous dans nos havres de paix, deux adresses secrètes qui changent de l’hôtel.

En savoir + L'intégral

Accueil / Parcours et détours / Nos échappées vertes / Chartres / Pause assumée - Chartres : et si on prenait le temps de le perdre ?

Pause assumée - Chartres : et si on prenait le temps de le perdre ?

Voici des idées d’activités, d’excursions et de balades pour profiter des beautés du lieu après un bon parcours de golf.

PLAN A - Le Château de Maintenon

Avant de pénétrer dans ce magnifique château digne des plus belles illustrations de contes de fée il faut connaître l’histoire de celle qui l’eut pour demeure, Madame de Maintenon ou plutôt Françoise d’Aubigné. Veuve, elle est au commencement gouvernante des bâtards du Roi et de la Montespan. Après plusieurs années de dévouement total, elle obtient la reconnaissance du Roi Soleil puis son amour car il l’épousera secrètement. Vous allez découvrir le château d’une gouvernante devenue l'épouse du Roi !

En 1676, sur ordre du roi Louis XIV, Le Nôtre remodèle les jardins pour offrir un spectacle paysager où l’eau est la principale composante. Depuis les jardins, vous admirerez la présence de l’aqueduc inachevé qui traverse de part en part le domaine de Maintenon. L’ouvrage, seul édifice civil construit par Vauban, fut un chantier colossal et devait servir à porter les eaux de l’Eure jusqu’aux fontaines du château de Versailles qui manquait d’eau pour alimenter ses bassins et les 1400 cascades qui, selon la volonté du roi, « ne doivent s’arrêter ni de jour ni de nuit ».

Voilà un retour magnifique dans l’Histoire de France et ses secrets. Le soir, vous pourrez assister à un tout aussi beau spectacle avec la mise en lumière et la sonorisation des jardins à la française et de l’aqueduc.

Place Aristide Briand
28130 Maintenon
Tél. : 02 37 23 00 09
www.chateaudemaintenon.fr

Crédit : C'Chartres Tourisme - Studio Martino

 

PLAN B - La Maison Picassiette

Parmi le patrimoine historique de Chartres, il y a évidemment de nombreux édifices religieux comme le cloître des Cordeliers, l’église Saint-Aignan fondée en 400, l’ancienne église monastique de Saint-Martin-au-Val du XIe siècle où la crypte qui garde quatre sarcophages d'évêques de Chartres morts au VIe siècle. Alors, pour changer de style, nous vous emmenons au cœur de l’art naïf, vers une maison insolite qui rappelle les travaux de Gaudí. Venez admirer le travail de toute une vie, celle d’un chartrain nommé Raymond Isidore.

Né en 1900 dans une famille modeste, il sera même balayeur au cimetière Saint-Chéron pendant une dizaine d’années. Après avoir construit lui-même sa maison ce personnage « hors du commun, à la fois, architecte, bâtisseur » se révèle aussi peintre et mosaïste. Au gré de ses promenades, attiré par une couleur ou un motif, il ramassera des petits bouts de verre, des débris de porcelaine et de faïence. Il sera surnommé le pique-assiette ou « Picassiette » en clin d’œil à Picasso. Avec ce fabuleux trésor, il recouvrira entièrement sa maison et ses meubles de ces mosaïques multicolores. Du sol au plafond elle renait comme celle d’un conte enchanteur et devient une œuvre d’art.

Le jardin, puis une chapelle et une maison d’été complèteront son œuvre. Sa dernière réalisation fut un tombeau de l’esprit. S’il décèdera à 64 ans, Raymond Isidore, qui fut souvent pris pour un fou, a eu la satisfaction de voir son travail reconnu de son vivant. Il aimait volontiers faire visiter sa maison aux curieux. La Ville de Chartres rachètera sa maison appelée la Maison Picassiette, en 1981. Entrée dans le patrimoine de la ville, elle sera classée, ensuite en 1983 au patrimoine des monuments historiques.

En 2017, le site reçoit le label architectural Patrimoine du XXe siècle du ministère de la Culture. Une belle histoire qui montre que derrière une folie créatrice, il faut savoir regarder parfois les choses les plus fantaisistes avec les yeux d’un artiste.

22 rue du Repos
28000 Chartres
Tél. : 02 37 34 10 78

Crédit : Musée des Beaux Arts de Chartres

Par Aude Bernard-Treille
30 avril 2021