Accueil / Parcours et détours / Parcours / Etranger / Irlande du Nord, terre de champions

Irlande du Nord, terre de champions

Petit pays de moins de deux millions d’habitants, l’Irlande du Nord a vu naître d’immenses joueurs de golf formés sur les fabuleux links locaux. Hôte en juillet prochain du 148TH British Open au Royal Portrush, le pays espère ajouter un huitième titre Majeur à sa collection.

Rory McIlroy
Rory McIlroy lors de la Ryder Cup 2018 au Golf National. Alexis Orloff / ffgolf

En partenariat avec l'Office du Tourisme Irlandais.

Rarement l’organisation d’un tournoi de golf n’aura suscité un tel enthousiasme. Pour la deuxième fois seulement de son histoire, le British Open retrouvera du 18 au 21 juillet prochain l’Irlande du Nord. Une 148TH édition attendue par tout un pays. Après une première en 1953, 1,8 millions de paires d’yeux seront à nouveau braquées sur le Royal Portrush. 1,8 millions de personnes prêtes à s’enflammer sur chaque coup du héros local, Rory McIlroy, meilleure chance de victoire nord-irlandaise. Vedette du golf international depuis une dizaine d’années, l’ancien numéro 1 mondial n’est pas pour autant le premier champion à éclore de ce pays aux sept succès Majeurs. Un bilan impressionnant pour un état de moins de deux millions d’habitants uni par une passion commune pour le golf. Une terre de champions dont nous avons retenu les meilleurs ambassadeurs.

Fred Daly, le pionnier

Fred Daly avec la Claret Jug en 1947.

C’est à quelques encablures du fameux Royal Portrush qu’est née la première légende du golf nord-irlandais. Frederick J. Daly, dit Fred Daly, fut le précurseur de cette culture de la gagne nord-irlandaise. Formé au Balmoral Golf Club, du côté de Belfast, Daly fut l’un des tous meilleurs golfeurs de l’immédiat après-guerre. Premier Nord-Irlandais titré à l’Irish Open en 1946, il devenait surtout l’année suivante le premier Irlandais tout court à décrocher un titre Majeur. Au Royal Liverpool, Daly remportait avec un coup d’avance le 76e Open Britannique. Dans la foulée, il était aussi le premier à représenter son île en Ryder Cup lors de l’édition 1947 perdue par les Britanniques à Portland (Oregon). Il en ajoutera trois autres à son impressionnant CV jusqu’en 1953.

Ronan Rafferty, le renouveau

Darren Clarke pose avec la Ryder Cup.

Pendant près de 40 ans, le pays n’allait plus connaître de tel champion. Quelques victoires sur le Tour européen, une poignée de participations en Ryder Cup. Avant que Ronan Rafferty ne replace à son tour l’Irlande du Nord au sommet du golf européen. Au tournant des années 80 et 90, le natif de Newry était l’un des tous meilleurs golfeurs du vieux continent. Titré à 12 reprises autour du monde, il fut surtout le premier Nord-Irlandais à remporter l’ordre du mérite du Tour européen en 1989.

Darren Clarke, le modèle

Capitaine de l’équipe européenne de Ryder Cup en 2016, Darren Clarke prit le relais de Ronan Rafferty au cœur des années 90. Titré à 21 reprises autour du globe, il devint en 2000 le premier Européen à remporter un Championnat du monde après avoir battu Tiger Woods en finale du WGC Accenture Match Play. Il en ajouterait même un second en 2003 au NEC Invitational (ancêtre du Bridgestone Invitational). Vainqueur de quatre Ryder Cup, en cinq participations, au sein de l’équipe européenne, il devint surtout le deuxième Nord-Irlandais à apposer son nom sur le Claret Jug avec sa victoire au British Open 2011. À 50 ans, Clarke fut sans doute celui qui inspira le plus la jeune génération, prouvant qu’un Nord-Irlandais pouvait triompher dans le monde entier. Un rôle de modèle tenu notamment auprès du jeune Rory McIlroy qu’il prit sous son aile dès son plus jeune âge.

Graeme McDowell, l’Américain

Graeme McDowell après sa victoire à l'Open de France 2014.

Un an avant la victoire surprise de Clarke au British Open, Graeme McDowell était lui devenu le premier à décrocher l’US Open, devançant d’un coup Grégory Havret. Il devenait au passage le premier européen titré aux Etats-Unis depuis quarante ans (Tony Jacklin en 1970). Né lui aussi à Portrush, véritable berceau du golf en Irlande-du-Nord, G-Mac s’est façonné sur le Valley Course de Rathmore, collé au parcours hôte du prochain British Open qu’il connaît sur le bout des doigts. Titré à 15 reprises autour du monde, il a également régné sur l’Open de France durant deux années (2013 et 2014). Vainqueur de trois Ryder Cup (pour une défaite), le joueur de 39 ans est entré dans l’histoire de la compétition en inscrivant le point décisif en 2010 ou en accompagnant Victor Dubuisson lors de sa dernière campagne victorieuse en 2014.

Rory McIlroy, la star

Enfant prodige, Rory McIlroy lâchait à peine son biberon qu’il apparaissait déjà sur les plateaux de télévision. Capable de driver à 40 mètres à l’âge de deux ans, il postait son premier trou-en-1 à seulement neuf ans sur son parcours du Holywood Golf Club. Un destin à la Tiger Woods que le prodige rejoindra finalement parmi les stars planétaires quelques années plus tard. À tout juste 30 ans, Rory a déjà presque tout gagné : quatre tournois Majeurs (US Open 2011, US PGA 2012 et 2014, British Open 2014), deux WGC, quatre Ryder Cup, trois fois l’ordre du mérite du Tour européen et deux fois celui du PGA Tour… La liste est longue et lui a permis de devenir le premier Nord-Irlandais à occuper le premier rang mondial. Un trône tenu pendant 95 semaines, en faisant peut être le meilleur joueur de la dernière décennie. Vainqueur en mars dernier du Players Championship, McIlroy rêve de décrocher son deuxième British Open à domicile et sera soutenu par tout un pays.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
28 mai 2019