Les trois moteurs d'adaptation

Les changements climatiques posent des problèmes aux responsables de parcours. Le gazon est plus stable dans un environnement avec une variabilité limitée. Les changements de conditions météorologiques impliqueront d’adapter la gestion des parcours en fonction des circonstances.

Climat

Pour la France, des changements notables sont déjà à l’oeuvre et les modèles météorologiques de prévisions climatiques suggèrent qu'ils vont se poursuivre, notamment :

• l’augmentation de la fréquence des étés plus chauds et secs ainsi que des tensions plus fortes pour le partage de la ressource entre les différents usages,
• l'augmentation des températures favorise le développement des graminées estivales envahissantes et indésirables dans le sud de la France. Cette dynamique s'étend de plus en plus vers le nord et modifie la composition des pelouses, l’état et la jouabilité des parcours,
• l’accroissement des événements climatiques extrêmes en fréquence et en intensité perturbe, voire impacte la gestion des installations golfiques (tempêtes, inondations, érosion des sols...).

Ressources

Les ressources considérées comme essentielles pour le parcours de golf d'aujourd'hui risquent de se raréfier et de coûter de plus en plus cher : l'eau, les pesticides, les engrais, le sable, l'énergie, la main d’oeuvre...
L'utilisation des ressources sur le parcours de golf varie en fonction du type de parcours.

Un trou de golf est composé de zones engazonnées différentes qui reçoivent chacune un entretien différent.

Les greens sont la partie la plus intensivement gérée du parcours de golf. Ils occupent seulement 1 hectare environ des 60 hectares qui compose un parcours de golf moyen de 18 trous.

Les fairways sont gérés de manière moins intensive mais couvrent environ 16 hectares, donc chaque intrant équivaudra à une quantité plus importante qu'une application similaire sur les greens.

Les aires de départ et le tour de green sont des zones assez similaires à celles des greens et reçoivent généralement un niveau de gestion intermédiaire entre celui des greens et celui des fairways.

Les bunkers sont des obstacles généralement remplis de sable, dont le nombre peut varier sur n'importe quel trou de golf.

Le rough entretenu reçoit une gestion très limitée, principalement la tonte.

Jusqu'à 50% de la superficie d'un terrain de golf se compose d’habitats naturels peu ou pas entretenus offrant des refuges pour la faune.

Réglementation

La législation en France doit être prise en compte lors de l'évaluation des impacts sur l’état et la jouabilité des parcours, sur les coûts de maintenance mais également dans l'élaboration de solutions potentielles aux facteurs limitants induits par la réglementation.

Les principales législations susceptibles d'avoir un impact sur l'état et la jouabilité des terrains de golf ont été transposées des Directives de l'Union Européenne sur l'eau (1) et l'utilisation durable des pesticides (2).

L’État français peut décider d’aller plus loin que l’ambition initiale de ces Directives et réglementer plus sévèrement les usages de l’eau et des pesticides pour les golfs.

Il existe en France un accord-cadre entre l’État et la filière du golf ayant pour objet de maintenir la concertation en ce qui concerne le développement des projets reconnus d’intérêt commun portant sur une gestion durable de la ressource en eau, la réduction progressive de l’impact des prélèvements pour l’arrosage des golfs, la réduction de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et la préservation de la biodiversité. L’accord-cadre a été renouvelé pour la période 2019-2024 (3) et s’inscrit dans la continuité de précédentes Chartes signées en 2006 et en 2010. Ce nouvel accord incite à poursuivre, pérenniser et élargir les engagements réciproques pour garantir les conditions du développement durable de la discipline golf en France.

GOLF COURSE 2030 doit également adopter une perspective mondiale et ses objectifs sont alignés sur le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies (4).

Les objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD des Nations Unies) constituent une référence précieuse et le golf peut contribuer directement aux objectifs suivants :

Eau propre et assainissement
Qualité de l'eau et prévention de la pollution. 

Transition énergétique propre et abordable
Une énergie plus propre et renouvelable.

Innovation industrielle et innovation en infrastructure
Pour accompagner les défis à relever.

Consommation et production responsables
Utilisation sûre et responsable des ressources.

Adaptation à l'action pour le climat
Services écosystémiques et séquestration du carbone.

La vie sous l'eau
Protection des plans d'eau et de leur faune, prévention de la pollution.

La vie sur terre
Protection de l'habitat, amélioration de la biodiversité et prévention de la pollution.

Partenariats pour les objectifs
L'industrie travaille de façon cohésive et coordonnée pour parler le même langage et porter les mêmes messages.

(1) Directive 2000/60 / CE du Parlement Européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une action communautaire dans le domaine de la politique de l'eau
(2) Directive 2009/128 / CE du Parlement Européen et du Conseil du 21 octobre 2009 établissant un cadre d'action communautaire pour parvenir à une utilisation durable des pesticides
(3) Accord-cadre golf et environnement 2019-2024
(4) Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l'horizon 2030