Quel est l'état idéal et la jouabilité optimale des parcours ?

L’état idéal et la jouabilité optimale des parcours sont des termes subjectifs et variables. Ils reflètent la possibilité pour tout terrain de golf de proposer, tout au long de l’année, des surfaces de jeu fermes et adaptées pour la pratique du golf. Le potentiel de chaque parcours est limité par de nombreux facteurs.

Cette recherche pour tout terrain de golf de fournir, tout au long de l’année, des surfaces de jeu fermes et adaptées à la pratique du golf pourrait passer par l'équation suivante : 

État idéal et jouabilité optimale du parcours =
Potentiel x [Situation du site + Conception + Construction
+ Ressources (machines, main-d'oeuvre, matériaux) + Qualité des décideurs
+ Météo + Objectifs + Fréquentation + Revenus + Réglementation]

Dans cette équation, les objectifs sont liés à la norme de parcours et le marché cible auquel elle s’adresse. Cela peut aller de la norme de championnat (difficile), à la norme récréative (pour tous les niveaux de pratique du golf), à la norme débutant (niveau d'initiation au sport, avec un défi limité), ou toute combinaison de ces normes.

Des performances optimales sur chacun des facteurs révèlent tout le potentiel d'un parcours aussi longtemps et aussi régulièrement que possible. Elles varient en fonction des fluctuations des facteurs limitants comme la saisonnalité. Différents types de parcours seront plus ou moins sujets à certaines des fluctuations. Par exemple grâce à leurs qualités naturelles de drainage, les golfs sur sols sableux auront tendance à conserver une plus grande cohérence en termes de performances optimales que d’autres parcours sur sols argileux dans des périodes de temps humide.

Pour chaque partie d’un trou de golf, il faudra parvenir au meilleur équilibre entre les paramètres suivants :

  • Maintien de la qualité de jeu (portée de balle, roule/vitesse, planéité, fermeté)
  • Résistance à la sécheresse
  • Résistance aux maladies
  • Résistance aux opérations d’entretien et au piétinement

La fermeté des surfaces, le contrôle de la ligne et le maintien d’une vitesse de roule homogène sur l’ensemble du parcours mais pas nécessairement rapide, sont des critères d’appréciation compatibles avec la gestion environnementale qu’il convient de privilégier aux critères esthétiques, ou aux incidences des conditions méteo ou des saisons.