Accueil / Actus / Amateur / Internationaux d’Autriche : Sale et Roussin-Bouchard toujours dans la course

Internationaux d’Autriche : Sale et Roussin-Bouchard toujours dans la course

Leaders respectifs des dames et des messieurs samedi matin, Pauline Roussin-Bouchard et Julien Sale ont vu tous les deux un adversaire les remonter pour les devancer à l’issue du troisième tour. Mais la gagne reste encore totalement envisageable pour les deux Français.

Julien Sale et Pauline Roussin-Bouchard occupent tous les deux la deuxième place. GTGA

>>> Scores messieurs et dames

Du côté des dames

Vous êtes normalement déjà au courant : le golf, parfois, ça frustre. Et lorsqu’on occupe la tête des Internationaux d’Autriche, mais que les coups de fer partent moyennement et qu’un bris accidentel de fer 4 vient gâter le tout, ça frustre, mais alors ça frustre…

Qu’on ne s’y trompe pas pour autant : certes, Pauline Roussin-Bouchard a donc trouvé son jeu moins satisfaisant ce samedi lors du troisième tour, et a connu une fin de parcours délicate avec un double bogey au 18, mais elle est tout de même parvenue à ramener un 71 (-1), pour porter son total à -11. Ses chances de victoire, dimanche à l’issue du dernier tour, sont encore très concrètes, puisque la Varoise compte une petite longueur de retard sur la locale autrichienne Emma Spitz, nouvelle leader.

« En termes d’attitude et d’activation, j’ai respecté ce que je voulais faire, positive la n°1 mondiale amateur. Avec un jeu vraiment pas bon, j’ai réussi à être -4 après 15 trous. Mais c’est le golf, c’est comme ça. Comme pour toute journée moyenne, il faut en sortir plus forte, avoir appris quelque chose, et c’est le cas. »

Roussin-Bouchard ne sera pas la seule Bleue du top 10 dimanche matin, puisque Charlotte Liautier, qui y figurait déjà après le premier tour, y a fait son retour lors de cette troisième ronde. La joueuse de Saint-Nom a rendu un 70 (-2), meilleure carte de sa semaine jusqu’à maintenant, pour occuper la 7e place dans le par total.

Du côté des messieurs

Le destin de Julien Sale ce samedi a ressemblé par certains aspects à celui de Pauline Roussin-Bouchard. Enlevez simplement le bris de fer 4, et même tout ce qui peut concerner les fers, puisque le Réunionnais a surtout eu à se plaindre de son putting. « J’ai eu plein d’occasions, mais je n’ai pas réussi à les rentrer. J’ai dû louper cinq ou six putts à moins de deux mètres. Mais demain (dimanche) sera une nouvelle journée, et les putts rentreront. »

Le joueur de Bassin Bleu n’en a pas moins rentré quatre birdies ce samedi, et signé lui aussi un 71 (-1), portant son total à -13. Une fois de plus, c’est un Autrichien qui s’est glissé dans l’entrebâillement de la porte, en l’occurrence Christoph Bleier, auteur d’un somptueux 62 (-10). Il compte ainsi trois coups d’avance sur Sale, seul deuxième.

Après 14 premiers trous bouclés en -9, Tom Vaillant avait toutes les cartes en main pour égaler (au minimum…) cette performance, et venir se mêler de plus près, lui aussi, à la lutte pour la gagne. Mais une fin de parcours marquée par un double bogey au 15 puis trois bogeys pour finir l’a ramené à un 68 (-4) pour la journée, et une 6e place à -7. « C’est la première fois que j’ai eu à gérer un score aussi bas, donc ce n’était pas évident, explique le joueur de Saint-Donat. Et avec un fin de parcours qui n’est pas facile, ça ne s’est pas terminé comme je l’aurais espéré. Mais c’est cool d’avoir été confronté à un tel score… »

Lors de la dernière journée de dimanche, Tom Guéant (Terre Blanche) aura sans doute à cœur d’intégrer le top 10. Ce samedi, il a signé un 71 (-1), pour occuper le 13e rang, à -2. La tâche sera plus ardue pour Charles Larcelet (Golf Club d’Amiens), auteur d’un 75 (+3), et qui recule ainsi dans le par total, en 24e position. En revanche, le tournoi est terminé pour Antoine Biègle (Cannes-Mougins), qui fait les frais du cut, avec un total de +12.

Le chiffre

2Comme le nombre de birdies enregistrés sur le trou n°18 ce samedi, messieurs et dames confondus. Autrement dit, un final vraiment exigeant.


Par William LECOQ
1 août 2020