Accueil / Actus / Fédération / Covid-19 / Christophe Muniesa : « le golf ne reçoit pas de traitement de défaveur »

Christophe Muniesa : « le golf ne reçoit pas de traitement de défaveur »

Suite à la confirmation hier de la fermeture des golfs, le Directeur général de la Fédération fait le point sur la situation et apporte des réponses aux nombreuses réactions. 

Christophe, la ffgolf a annoncé hier la fermeture des golfs jusqu’au 1er décembre. Cela suscite évidemment des réactions et de l’incompréhension chez certains pratiquants. Pourquoi le golf, sport individuel de plein air est-il impacté ? 

La ffgolf ne fait qu’appliquer les décisions gouvernementales. Tout comme lors de la première période de confinement, les textes réglementaires encadrent la pratique des activités physiques de manière très stricte : jusqu’à 1 KM du domicile, pour une durée d’une heure maximum. Ces contraintes entrainent, de fait, l’exclusion de la pratique du golf, tout comme d’autres sports individuels de plein air, tel que le tennis, l’équitation, les sports nautiques… La réponse des pouvoirs publics à la reprise épidémique se veut donc globale et uniforme. Elle ne dissocie pas les pratiques sportives les unes vis-à-vis des autres, même s’il apparait évident que certains sports sont plus à risque pour la potentielle transmission du virus. En ce sens, le golf français ne reçoit en aucune manière un traitement de défaveur vis-à-vis d’autres activités.

Considérez-vous cette décision juste et appropriée ?

Au même titre que nos voisins irlandais ou gallois, qui ont vu leur pays entrer dans une nouvelle phase de confinement ne rendant plus possible la pratique du golf, nous sommes évidemment particulièrement préoccupés par la fermeture brutale de nos clubs. Mais il ne nous appartient pas de commenter les décisions gouvernementales. Même si nous sommes particulièrement affectés par ces décisions, nous comprenons tous que le contexte sanitaire impose au gouvernement de prendre des décisions drastiques et difficiles. Notre pays fait face à une seconde vague épidémique d’une intensité importante. Il est de notre responsabilité de participer à l’effort national pour contrer la propagation de la COVID-19. Nous devons nous montrer solidaires.

La pratique du golf apparait à travers différentes études scientifiques, comme une de celles occasionnant le moins de risque de contamination. Si la solidarité doit s’exprimer, ne pouvions-nous pas espérer un autre traitement ?

Encore une fois, ce n’est pas en tant que telle la pratique du golf qui est visée par ces mesures restrictives. Les pouvoirs publics mettent en avant leur volonté de limiter au maximum les déplacements et les interactions sociales tout en plaçant l’ensemble des citoyens sur un pied d’égalité. Les autorités sanitaires ont également attiré l’attention du gouvernement sur le fait que toute pratique sportive pouvait – même de manière marginale – occasionner des accidents de la route qui surviendraient lors de déplacements, ainsi que des blessures liées à la pratique. Compte-tenu de la très forte mobilisation des services de secours et d’urgence qui accompagnent la reprise épidémique, ces autorités veulent à tout prix éviter une surcharge dans les hôpitaux. 

Que compte mettre en œuvre la ffgolf pour que les golfs réouvrent leurs portes le plus rapidement possible ?

Vous le savez, le golf a fait partie des premières activités sportives à être « déconfinée » le 11 mai dernier. La réouverture des clubs, qui ont parfaitement mis en œuvre le protocole sanitaire golf, a été, en ce sens, une réelle victoire pour notre sport. Dès le milieu de la semaine dernière, face au retour probable du confinement, nous avons pris l’attache de nos interlocuteurs publics pour « militer » en faveur du maintien de l’ouverture des clubs. Si, aux côtés d’autres sports, ou d’autres activités culturelles, ou commerciales, il s’est avéré impossible d’obtenir de dérogation durant cette nouvelle période de confinement, nous allons tout mettre en œuvre pour que la fermeture soit la plus courte possible. Parallèlement, nous allons continuer à travailler aux côtés des groupements professionnels (GEGF, GFGA, ADGF, AGREF, PGA France) afin d’accompagner les clubs en leur permettant notamment de bénéficier des dispositifs d’aides et de compensations mis en œuvre par l’Etat. L’ensemble des services de la ffgolf reste mobilisé et notre « service clubs » continuera d’informer les joueurs et les clubs de toute avancée ou évolution de la situation, avec le maximum de réactivité. 

Il va donc falloir se résoudre à nourrir sa passion du golf autrement pendant quelques semaines…

Oui. Inévitablement. Nous sommes d’ores et déjà en train de mobiliser nos équipes en charge de la production de contenus pour accompagner ce confinement. Nous sommes tous frustrés de ne pas pouvoir pratiquer notre sport qui apporte tant de bienfaits. Alors nous allons tenter d’atténuer ce manque et nous allons surtout nous projeter vers la reprise. Je suis certain que nous saurons à travers nos contenus offrir un moment d’évasion pour oublier le temps d’un moment ce nouveau confinement et ses conséquences.


Par La rédaction
30 octobre 2020