Accueil / Actus / Amateur / Golf entreprise / Golf d’entreprise : « communiquer pour attirer de nouveaux golfeurs »

Golf d’entreprise : « communiquer pour attirer de nouveaux golfeurs »

Président de la commission nationale développement de la Fédération Française de Golf, Alain Vallet souhaite profiter de la semaine du golf d’entreprise pour attirer de nouveaux joueurs. Au sein de la Ligue qu’il préside, l’AS MMA, l’une des plus dynamiques de France, est un bon exemple à suivre.

Alain Vallet aux côtés de Lucie Rebouilleau, présidente de l'AS MMA, lauréate du Trophée Développement 2018

En quoi la semaine du golf d’entreprise est-elle importante à vos yeux ?

Elle est importante pour moi à deux titres, d’abord en tant que président de la Ligue des Pays de la Loire, mais surtout en tant que président de la Commission nationale Développement. Je suis très attaché à toutes les actions qui vont concourir à trouver de nouveaux pratiquants, que ce soit dans les clubs, dans les structures avec terrain, mais aussi avec le golf d’entreprise qui peut être un acteur important dans ce domaine. Pour eux, il y a une baisse du nombre de licenciés alors qu’ils ont des moyens de communication au sein de l’entreprise pour pouvoir informer et faire découvrir gracieusement notre discipline.

Le nombre de licenciés est en progression dans votre région des Pays de la Loire. Comment l’expliquez-vous ?

L’année dernière nous avions la meilleure augmentation du nombre de licenciés dans notre région avec +2,3 % et cette année nous en sommes à +5,3%. J’aurais tendance à dire que c’est grâce à la politique de développement que nous avons mené depuis plusieurs années. On a des projets de structures, notamment de petites structures dans le cadre des 100 petites structures du projet lancé en amont de la Ryder Cup. À chaque fois, ce sont ces structures là, proches des bassins de population, accessibles au plus grand nombre, aux familles, aux scolaires, qui nous apportent de nouveaux pratiquants.

Le golf d’entreprise joue-t-il un rôle important dans cette progression ?

Il est en développement en terme de sections crées. On en est à 58 sections actuellement. Néanmoins, malgré cette augmentation du nombre de section, cela ne correspond pas à une augmentation du nombre de licenciés. Certaines sections ne sont pas sensibilisées au développement mais sont surtout intéressées par les compétitions de Ligue qu’on met en œuvre. On a des championnats très disputés avec 300 participants à chaque manche de championnat mais la culture de développement n’est pas prioritaire par rapport à leur activité comme c’est le cas dans d’autres disciplines.

Nous au golf on est présent et on met en œuvre des opérations de découverte gratuites à tel endroit. Venez nous retrouver !

Certains joueurs quittent le golf d’entreprise pour jouer en club…

Bien sûr, ce sont des gens qui ont pu découvrir le golf par leur entreprise et qui ont évolué. Ils se sont posés dans une structure avec terrain et ont intégré les équipes du club. C’est un de nos objectifs aussi, de créer un nouveau réservoir de golfeurs qui va aussi alimenter les structures avec terrain.

La semaine du golf d’entreprise est-elle importante pour attirer de nouveaux golfeurs ?

C’est une semaine sur le sport en entreprise, mais le sport en général, toutes disciplines confondues. C’est indispensable que le golf emboite le pas et profite de la communication faite par les Comités Régionaux Olympiques et Sportifs, les Comités Départementaux Olympiques et Sportifs, ou d’autres moyens d’information et de communication dans les médias. Nous devons pouvoir dire « nous au golf on est présent et on met en œuvre des opérations de découverte gratuites à tel endroit. Venez nous retrouver ! » Ca passe aussi par une communication en interne dans l’entreprise. Certaines sections golf ont un effectif relativement réduit mais rien ne les empêche de se regrouper avec d’autres sections du bassin pour se retrouver dans telle structure golfique avec un pro pour proposer une découverte gratuite.

Que peuvent faire les AS pour attirer de nouveaux golfeurs ?

Elles peuvent communiquer. Il y a des points de rassemblement dans les entreprises, que ce soit le restaurant d’entreprise ou d’autres points d’information et lieu de passage. Elles peuvent commencer par mettre une affiche avec un golfeur en disant : « Rejoignez nous, découvrez gratuitement le golf à tel endroit, nous allons vous accompagner ». Sans faire de publicité pour une chaîne en particulier, UGolf est partenaire de l’opération. Au plan national, on a toujours près des grands bassins de population une structure UGolf qui est prête à mettre à disposition ses pros pour une opération de découverte gratuite. C’est du gagnant-gagnant pour le golf d’entreprise et pour la structure car ce sont eux qui vont prendre en charge le futur pratiquant.

Votre région abrite l’une des AS les plus dynamiques avec l’AS MMA…

Oui l’AS MMA, basée au Mans, a eu une évolution du nombre de licenciés très significative puisqu’elle dépasse maintenant les 100 licenciés après trois ans de fonctionnement. Souvent, c’est dû au dynamisme du président ou de la présidente qui a une volonté farouche de développer son activité. Là c’est le cas avec Lucie Rebouilleau qui a remporté avec son AS le Trophée Développement FFGolf l’année dernière.

Que fait-elle de plus ?

Elle fait énormément de communication, et beaucoup de parrainage. Un joueur de la section prend en charge un de ses collègues et cela crée une émulation. Elle organise aussi des opérations découvertes de nouveaux parcours dans le département de la Sarthe. Ce sont des animations à la fois sportive et de loisir. Il faut les deux pour répondre aux attentes des différents pratiquants.

Le Challenge 36, organisé pour les joueurs ayant un index supérieur à 36, est un bon moyen d’attirer de nouveaux pratiquants…

Oui, c’est une bonne façon de se développer. D’une part les compétitions durent moins longtemps et pour le débutant ça permet de mettre un pied à l’étrier, de faire évoluer son index, et de trouver la convivialité de nos compétitions qui reste la priorité : jouer sérieusement mais sans se prendre au sérieux.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
20 mai 2019